Menu Fermer

Le potager en février – 2020

Contenu de février: Résilience alimentaire en période d’incertitude …. Le banc de multiplication est l’endroit où se situe actuellement toute l’action de jardinage …. Détails sur le semis de semences …. Semis de semences en modules …. L’importance d’utiliser une bonne tourbe- compost de semences gratuit …. Amélioration du sol pour la plantation – en particulier dans les nouveaux jardins ….. Conseils généraux de février ….. Ma politique de blog «sans publicité»

 

Lush, fast-growing mixed Oriental salads in a large potMy 'stepladder garden' beside the recycled skip bag raised beds

Salades dans un grand pot –

La résilience alimentaire est importante en période d'incertitude

Plus tôt cette semaine, j’ai eu une conversation téléphonique sur la radio LMFM avec Gerry Kelly à propos de ce que nous pourrions commencer maintenant pour nous aider à aller de l’avant pour le printemps – vous le trouverez ici: https://soundcloud.com/nickykylegardening/making-an- début-croissant-veg-a-fevrier-chat-avec-gerry-kelly-on-the-late-lunch-show

Je sais que certaines personnes disent qu’il est trop tôt – mais étant une personne très occupée, je n’aime pas avoir ce que j’appelle une «panique du début mars» – quand j’essaie de tout semer en même temps! Cela me facilite beaucoup la vie si je peux faire mon semis par étapes, chaque fois que j’ai le temps. Si le temps devient trop froid pour planter certaines choses – je peux toujours les mettre en pot pour éviter les chèques, alors j’ai des plantes plus grandes et plus résistantes, et je récolte généralement plus tôt que la plupart des gens sans le stress de tout s’accumuler! Plus loin, je parle de la façon dont je sème en modules.

La plupart des produits biologiques frais dans les supermarchés de janvier à mai ou juin sont maintenant importés d’Europe du Sud, mais nous pourrions en fait en cultiver une grande partie assez facilement ici, soit dans des polytunnels et des serres, soit sous des cloches à l’extérieur pour les premières cultures. Des produits comme la laitue polytunnel, le calabres / brocoli et les épinards proviennent d’Espagne, du Portugal et d’Italie, mais nous pouvons semer tous ceux-ci maintenant, dans une chaleur douce ou sans gel après la germination. Avec l’allongement des jours de printemps, ils arriveront à pas de géant au cours des prochaines semaines – et tout ce que nous pouvons cultiver, en particulier les salades, sera beaucoup plus frais, plus nutritif et beaucoup moins cher que l’achat d’un supermarché de 3 à 4 jours. salades en sac.

Comme je l’ai également mentionné à Gerry dans notre conversation radio – à cette époque de l’année et même plus tard maintenant avec des conditions météorologiques aussi imprévisibles – s’en tenir à des variétés plus anciennes éprouvées est souvent plus sensé que de choisir la nouvelle «  censée être la meilleure jamais réalisée  ». celles qui sont souvent décevantes! Les variétés plus anciennes ont souvent tendance à ne pas semer aussi rapidement ou à être aussi sensibles aux conditions météorologiques fluctuantes comme la température ou les problèmes d’arrosage, que certains nouveaux hybrides F1. Ils ont également tendance à être cultivés sur une plus longue période car ils ne sont pas élevés pour être uniformes et tous mûrs en même temps – et ont également le bonus que nous pouvons conserver nos propres graines, et c’est bien mieux que d’acheter des paquets de graines qui coûtent souvent au moins maintenant 3-4 €! C’est vraiment accroître notre propre sécurité alimentaire et notre santé, et économiser en même temps sur le budget de nos ménages! Qu’est-ce qui pourrait être mieux?

Les fournisseurs de semences irlandais que j’ai mentionnés dans notre conversation sur le Late Lunch Show étaient – Brown Envelope Seeds, Irish Seed Savers et Fruit Hill Farm – (qui vendent également des pommes de terre de semence et de nombreux autres articles utiles comme des outils de jardinage, du matériel de propagation et des outils pour la nourriture. conservation). Ils ont tous une bonne gamme de base de variétés de légumes «à pollinisation libre» dont vous pourrez conserver les semences, ainsi que des légumes plus inhabituels et difficiles à obtenir.

Ma principale préoccupation – comme beaucoup d’entre vous, j’en suis sûr – est de pouvoir continuer à nourrir ma famille des aliments biologiques que nous mangeons depuis plus de 40 ans – peu importe ce qui se passe dans le monde entier. Nous essayons d’être aussi autosuffisants que possible ici à bien des égards, mais en raison de la discopathie dégénérative – je ne suis plus en mesure de faire certains des travaux les plus difficiles, comme la manipulation de moutons de poids, ce que j’ai fait il y a des années. Comme beaucoup d’entre vous le savent, je me concentre maintenant uniquement sur l’élevage de volailles, qui sont plus légères et beaucoup plus faciles à gérer. Si nécessaire – nous pourrions survivre avec du poulet sans acheter d’autres viandes, car nous aurions également nos propres œufs. Nous ne mangeons que de la viande ou du poisson peut-être 2-3 fois par semaine ici de toute façon, mangeant végétalien ou végétarien le reste du temps. Mais nous aimons manger de la viande rouge – peut-être une fois par semaine environ. Toute la viande que nous mangeons ici est biologique, de bien-être plus élevé – et est appréciée comme le régal très spécial qu’elle est – tout comme c’était le cas lorsque j’étais enfant. Le poulet était alors toujours un coq d’élevage – qui avait passé une vie merveilleuse à chercher de la nourriture dans nos vergers avant d’être finalement un dîner du dimanche très spécial et très apprécié.

La plupart des poulets consommés de nos jours sont les viandes les moins chères, les plus sales et les plus élevées possible, et c’est pourquoi une grande partie est probablement gaspillée! L’année dernière, j’ai de nouveau élevé mes propres coqs, à partir de poussins mâles des hybrides de ponte que j’ai achetés, et ils ont fait une superbe alimentation, avec une viande dense, riche en nutriments et au goût de gibier. Leur texture ressemblait plus à un croisement entre le canard et le filet de bœuf – plutôt que des poulets de supermarché mous, flasques, à chair pâteuse et élevés intensivement, et pourtant ils étaient succulents et tendres. Rien de comparable avec eux. C’était un peu frénétique de les élever au printemps mais avec beaucoup de travail à faire – surtout que je me suis cassé la cheville en mars, donc ils n’ont pas été expédiés en un seul lot et étaient toujours là quand ils ont commencé à chanter – quelque chose que mon fils en particulier n’a pas apprécié car sa chambre est sur le côté de la maison la plus proche des poulaillers, et ils chantaient à 3h du matin! Cette année, j’aurai donc d’autres poussins mâles de l’écloserie. mais je le ferai au début de l’automne, afin que les jours raccourcissent à mesure qu’ils mûrissent, que le travail dans le jardin se termine et qu’ils ne se réveillent pas trop tôt! C’est peut-être mon dernier lot depuis un certain temps, car lorsque le «Brexit» se produira, je ne pourrai plus monter dans le nord de l’Irlande pour acheter des poussins d’un jour! Le «  Brexit  » est encore une quantité si inconnue, et avec la façon erratique dont se comporte le gouvernement britannique, je pense qu’il vaut mieux se méfier de la prudence et planifier un «  Brexit sans accord  » – qui, franchement, je ont toujours pensé que c’était la possibilité la plus probable en raison de nombreux intérêts

Toute autre viande que je n’élève plus moi-même – comme le porc, le bœuf ou l’agneau – nous achetons chez un boucher biologique, Coolanowle Farm Meats dans le comté de Carlow – qui livre régulièrement sur les marchés fermiers de Dublin et fait également de la vente par correspondance. Les viandes nourries à l’herbe biologique ne devraient généralement pas être affectées par le Brexit – sauf peut-être dans les supermarchés qui achètent de la viande du Royaume-Uni. Cependant, quand il s’agit d’acheter de la volaille ou d’autres animaux d’Irlande du Nord pour l’élevage – de nouvelles réglementations pourraient bien s’appliquer après le Brexit – il pourrait donc être judicieux de s’enquérir assez rapidement si vous envisagez de le faire.

J’ai appris il y a des années la manière difficile de toujours être préparé à toute situation d’urgence, car nous avons été enneigés pendant 3 semaines lors de notre premier hiver après notre arrivée ici il y a 38 ans. Heureusement, un très bon voisin a conduit dans la neige sur son tracteur pour aller chercher du lait dans la petite ville la plus proche à 7 miles de là, sinon nous n’en aurions pas eu pendant au moins deux semaines. Maintenant, bien que nous ayons des magasins à 8 miles de là vendant du lait biologique, je m’assure toujours d’avoir suffisamment de lait congelé pour pouvoir survivre sans aller au magasin pendant au moins 2 semaines. Je pense que la plupart des gens qui ne vivent pas dans le pays trouveraient cela assez étrange, à l’ère d’un dépanneur à chaque coin et dans presque toutes les stations-service – mais nous n’en avons pas ici au pays. Même notre magasin du village local, qui ne vend aucun produit biologique, est à 3 km. Quoi qu’il en soit, j’essaie de garder notre empreinte carbone et nos achats au minimum, donc nous n’allons qu’une fois tous les 10 à 14 jours pour acheter du lait biologique et toujours en avoir congelé juste en cas d’urgence!

Je suis toujours conscient de la chance que nous avons par rapport à ceux qui dépendent totalement des magasins pour tous leurs besoins alimentaires quotidiens – mais en même temps, il a fallu beaucoup de travail pour devenir relativement autosuffisant dans certains aliments les années. Je suis toujours très reconnaissant pour le travail acharné de ceux qui produisent ce que nous ne pouvons pas – surtout si ces agriculteurs biologiques essaient également de soutenir la biodiversité et de cultiver d’une manière respectueuse du climat. Tant de gens semblent si éloignés de la réalité d’où vient leur nourriture – que je pense que beaucoup trouveraient impossible de comprendre la nécessité de toujours être préparé à toute éventualité. Cependant, ayant été élevé dans une petite ferme au Royaume-Uni, par des parents qui ont traversé la Seconde Guerre mondiale et qui ont connu un rationnement, j’ai probablement été informé dès le plus jeune âge de la valeur de la résilience alimentaire. Cela m’a vraiment ramené à la maison récemment en écoutant le très inquiet Guy Watson de Riverford – le système de boîtes de légumes biologiques à l’échelle du Royaume-Uni, qui avait récemment acheté une ferme en France spécifiquement pour approvisionner ses clients pendant le soi-disant «  Hungry-Gap  » «de la fin de l’hiver au printemps, lorsque peu de produits frais sont disponibles au Royaume-Uni. Son entreprise pourrait bien sombrer en raison du Brexit et des retards dans l’établissement d’une certification biologique équivalente, etc., qui en résulteront sans aucun doute. Je pouvais parfaitement comprendre quand il a dit dans un programme alimentaire de la BBC qu’il était je cite: « Presque trop en colère pour parler – pour être dit par des gens qui n’ont AUCUNE idée de la façon dont leur nourriture est produite que c’est le Projet Fear qui me rend incandescent de rage » ! Ensuite, je l’étais aussi – après avoir entendu un autre commentaire d’un écrivain britannique vivant au Portugal, disant que « si les agriculteurs cessaient leurs activités – alors c’était une bonne chose, et leur propre faute! » … Une ignorance tout simplement incroyable de quelqu’un qui est, en ce qui me concerne, un peu mieux qu’un parasite vivant de notre système alimentaire! Peut-être que certaines personnes devront peut-être faire face à la réalité de la précarité de la sécurité alimentaire après le Brexit? Si c’est le cas – cela pourrait ne pas être nocif – et peut-être pourrait-il leur faire apprécier un peu plus les agriculteurs qui travaillent dur, au lieu de tenir pour acquis les produits librement disponibles que les acheteurs sont toujours en mesure de «  récolter  » si facilement sur les tablettes des supermarchés?

Les agrafes de placards de magasin importées que nous ne cultivons pas nous-mêmes – comme la farine biologique – pourraient également être en pénurie ici en Irlande après le Brexit, car il n’y a que trois moulins à farine sur toute l’île d’Irlande – et deux d’entre eux sont en fait en Irlande du Nord! Je fais du pain environ 3 fois par semaine, donc j’ai toujours besoin de savoir que j’ai assez de farine et de levure séchée dans le garde-manger frais pour me voir pendant au moins les quatre prochains mois. À certaines périodes de l’année ici – la farine d’épeautre en particulier peut être en nombre insuffisant, en particulier lorsqu’elle approche de la récolte en été, lorsque les disponibilités de farine moulue à partir de la récolte de l’année précédente peuvent commencer à manquer. Vous seul savez cependant quels sont vos aliments de base – c’est donc à vous de décider ce que vous souhaitez stocker ou stocker juste en cas de pénurie. Bien que je ne pense pas qu’il soit vraiment nécessaire de paniquer pour acheter – tout ce que je dirais, c’est qu’il pourrait être judicieux d’avoir au moins quelques mois de fournitures dont vous sentez que vous ne pouvez pas vous passer, que vous ne pouvez pas faire ou ne peut pas pousser vous-même, comme les légumineuses séchées, les noix et les graines, etc. les céréales comme le riz complet, l’avoine et l’orge, les fruits secs, le sel de mer et peut-être les sauces telles que la sauce de soja biologique, etc., le vinaigre de cidre, les herbes et les épices importés du Royaume-Uni. et toute autre chose de ce genre. Gardez toutes ces choses au sec et au frais et tant qu’elles auront une utilisation décente à la date, elles iront bien. La plupart des choses se conserveront en fait beaucoup plus longtemps si elles sont conservées hermétiques et fraîches – ne perdant peut-être que quelques nutriments au pire, mais sinon parfaites.

En ce qui concerne les légumes et les fruits frais – avoir les polytunnels est une aubaine absolue, car ils signifient que nous avons toujours une sorte de légumes de saison disponibles ici, en particulier des salades, même en hiver, et aussi beaucoup de fruits et légumes comme les pois et les haricots verts cultivé l'année précédente et conservé au congélateur.

Toutes les suggestions de ma liste de février «Que semer maintenant» peuvent être cultivées dans des serres ou des polytunnels, et si vous n’en avez pas – elles peuvent également être cultivées sur des patios, des balcons ou sur des sentiers dans des bacs ou d’autres conteneurs , ou même dans des jardinières – si elles sont protégées avec de la toison, si le gel menace. Toutes mes suggestions peuvent maintenant être semées à l’intérieur de la maison – et cultivées en semis sur un rebord de fenêtre, à l’extérieur dans un polytunnel, ou contre un mur orienté au sud dans un cadre froid à nouveau avec une protection contre le gel – puis en plantant quand elles sont grandes suffisant. Vous n’avez pas à dépenser une fortune dans des conteneurs – tout fera s’il a un drainage et peut contenir suffisamment de terre ou de compost – tout ce dont vous avez besoin pour la plupart des légumes, en particulier les salades, est une profondeur d’environ 15 cm ou 6 pouces de compost pour vraiment bonne croissance. Vous trouverez ci-dessous une description exacte de la façon dont je sème mes graines et pourquoi, j’espère que vous trouverez utile.

 

 

Le banc de propagation est l'endroit où se déroule actuellement toute l'action de jardinage!

 
 

The propagating bench is where all the action is currently!À l'heure actuelle, le sol est encore saturé à l'extérieur dans la plupart des endroits – qu'il ait été recouvert de neige ou inondé qu'il est impossible de toucher les plates-bandes, surélevées ou non, sans ruiner la structure du sol, à l'exception des autres raisons ci-dessous.

Sur le banc illustré ici, j'ai deux cadres froids Lidl bon marché assis sur un tapis chauffant dépliable – qui est un peu comme une couverture électrique – (de Fruit

 

Conseils généraux sur le semis

Si vous êtes impatient de commencer tôt, vous pouvez voler une marche au printemps et semer quelques graines précoces maintenant si vous avez un éclairage de fenêtre assez chaud à l’intérieur, ou mieux encore un propagateur chauffé dans une serre ou un polytunnel où la lumière sera mieux. Vous pouvez maintenant semer vos graines dans des pots ou des modules pour les planter plus tard à l’extérieur – il y a une liste sur la page « Ce que vous pouvez semer ». Même si le «démangeaison du jardinage» ne vous est pas encore arrivé cette année et que vous ne voulez pas commencer assez tôt – alors c’est une bonne idée d’avoir tout prêt à partir quand vous le faites. J’adore semer des graines – c’est une chose si optimiste et positive à faire – c’est un investissement dans l’avenir, à court ou à long terme, qui porte ses fruits en abondance. Un grand nombre des choses qui doivent être semées au cours des prochaines semaines, nous allons manger cette fois l’année prochaine.

C’est le début de la période la plus importante de l’année pour le semis – et le même conseil s’applique que vous ayez seulement un cadre froid ou juste un rebord de fenêtre chaud. Pour le moment, le sol est saturé partout – beaucoup trop froid et humide pour tenter de semer quoi que ce soit à l’extérieur – et même d’ici la fin du mois, je doute que ce sera beaucoup mieux à moins que le temps ne s’améliore beaucoup. Il est inutile de gaspiller des semences coûteuses en les semant dans un sol froid et humide. Ce n’est vraiment qu’au début de mars que le soleil est suffisamment fort pour même commencer à réchauffer le sol pour le semis – et quand c’est le cas, vous commencerez à voir les graines de mauvaises herbes germer, ce qui est toujours le meilleur guide. Si le sol est assez chaud pour eux, alors il fait assez chaud pour que certaines des cultures les plus résistantes germent. Je sème maintenant presque toutes mes cultures en modules, car cela me permet d’avancer quelle que soit la météo, ce qui signifie que je peux mieux planifier et que cela permet de tirer le meilleur parti d’un espace de culture précieux. De toute évidence, la chose la plus importante à faire est toujours d’adapter les directives en fonction de votre propre climat et sol local. Cela peut varier énormément selon l’endroit exact où vous vivez dans le pays – et souvent même dans des jardins individuels dans la même région. Par exemple – le début du printemps peut arriver dans l’extrême nord de l’Irlande jusqu’à trois semaines plus tard que dans le sud plus chaud – et il en va de même pour le Royaume-Uni. Même en quelques kilomètres, il peut varier de façon surprenante. Où j’habite maintenant – 400 pieds au-dessus du niveau de la mer sur une pente orientée sud-ouest dans les dents du vent de sud-ouest dominant – la saison est au moins dix jours plus tard que celle où j’habitais il y a 35 ans – près de la mer à seulement 9 miles de là.

Semer la plupart des choses dans des modules toute l’année gaspille beaucoup moins de graines et je sais que je peux être plus sûr des résultats! La seule exception à cela serait les plantes-racines comme les panais ou les carottes – qui sont vraiment beaucoup plus faciles à semer directement dans le sol, si vous pouvez les protéger des limaces affamées!. Je ne les sème dans mes modules recyclés «  loo roll middle  » que si je veux commencer très tôt – ou si leur espace alloué n’est pas encore libre. Comme je le mentionne plus tard – faire cela fait vraiment le meilleur usage de votre espace, car à la minute où vous avez une récolte dégagée – vous en avez un autre prêt et en attente d’être planté. En semant dans des modules, vous ne perdez pas de temps à attendre que les graines germent dans un sol qui au début de l’année peut être beaucoup trop humide et froid. Les carottes et les panais aiment un lit de semence assez chaud et peuvent être très lents et même pourrir si le sol est trop froid. Ils peuvent également prendre jusqu’à trois semaines pour apparaître et avec les carottes – les minuscules feuilles des graines précoces sont si fines qu’elles sont assez difficiles à voir – si souvent les limaces les auront mangées avant même que vous n’ayez remarqué qu’elles germaient!

Si vous prévoyez de semer des cultures tôt à l’extérieur, peut-être en mars, et que leur espace prévu est libre pour le moment – alors c’est une bonne idée de le recouvrir de polyéthylène noir ou de quelque chose d’autre imperméable maintenant (il devrait être couvert de toute façon si vous J’ai suivi mes conseils!) Ensuite, vous pouvez le découvrir de temps en temps et éliminer les limaces qui se cachent juste en dessous et les devancer aussi! Vous serez étonné du nombre de personnes qui se cachent là-dessous – elles ne prendront pas la peine d’aller sous terre si elles peuvent se cacher dans l’obscurité dans un endroit humide et confortable et elles pensent qu’elles sont hors de vue!

Si vous laissez le sol à découvert, comme certaines personnes le préconisent – les limaces se cachent également sous terre ou sur les bords des lits. Ils ont évolué pour se cacher des oiseaux et des hérissons affamés – pas des jardiniers affamés! Soyez donc intelligents et déjouez-les – c’est toujours une bonne idée de piéger et d’éliminer autant de limaces que possible avant de commencer la saison de croissance – cela vous donne une longueur d’avance sur le jeu! S’il vous plaît, ne soyez pas paresseux et utilisez inconsidérément des boulettes de limaces – elles tuent également tous les animaux sauvages qui mangent des limaces et des traces de métaldéhyde toxique qu’elles contiennent se trouvent de plus en plus dans notre eau potable! Si vous avez des canards, ce sont les meilleurs chasseurs de limaces du lot – ils semblent avoir un radar anti-limaces au bout de leur bec – et ils mangeront même les très gros espagnols comme des pneus en caoutchouc que les poules ne mangeront pas. Mais méfiez-vous – car les canards sont également très friands de tout ce qui est comestible, succulent et vert – alors ne les laissez pas près de laitues, etc. Soyez également prudent si votre sol est une argile lourde car ils l’emballeront avec leurs pattes palmées – provoquant un compactage, une aigreur et une acidification – ne les laissez donc pas sur une parcelle de terrain trop longtemps. Après avoir semé les récoltes – une bande de polyéthylène noir ou un morceau d’ardoise à divers endroits le long du lit donnera aux limaces restantes un endroit où se cacher – de sorte que vous puissiez ensuite les suivre de temps en temps, les retirer et les jeter d’entre eux – ou coupez-les avec des ciseaux pointus et laissez-les pour que la faune en profite! Lorsque vous vous êtes débarrassé de la plupart des limaces, vous pouvez mettre du polyéthylène transparent sur le lit. Cela permettra au sol en dessous de se réchauffer afin qu’il soit prêt. Si vous voyez des graines de mauvaises herbes germer à ce stade – un désherbeur à flamme peut être très utile pour brûler de minuscules semis afin de créer ce que l’on appelle un «  lit de semences rassis  » – qui est parfaitement propre en surface et idéal pour les carottes et autres petites graines (Si vous avez un état d’esprit désagréable – un désherbeur à flamme est également idéal pour cuire les limaces!) Rappelez-vous – les désherbants ne sont pas seulement toxiques – ils ne tuent pas réellement les graines de mauvaises herbes, ils sont donc un empoisonnement inutile!

Semis en modules

(Cela s’applique à tous les légumes, herbes et fleurs, qu’ils soient à planter plus tard à l’extérieur ou à couvert – quelle que soit la période de l’année.)

Cela peut sembler un peu compliqué de semer des choses dans des modules comme des plateaux de prise, des pots ou des plateaux de semences, mais c’est ce que j’appelle ma «méthode garantie en une étape pour perfectionner les plantes»! Cette méthode de semis signifie que vous n’avez pas à les manipuler à nouveau jusqu’à ce que vous les plantiez. La germination des graines est beaucoup plus fiable dans les meilleures conditions. Je fais la plupart de mes semis en modules toute l’année maintenant. Cela signifie que je n’attends pas qu’un patch soit libre avant de pouvoir semer des graines – et que je puisse avoir quelque chose de prêt à aller directement dans le sol dès que toute récolte est effacée – de cette façon, je reçois beaucoup plus de légumes. hors de mon espace. Essentiellement, ce que je fais, c’est des cultures qui se chevauchent continuellement. En ne prenant pas de terre juste en attendant que les graines germent – au cours d’une année, je gagne plusieurs semaines supplémentaires de temps de croissance hors de mon espace au sol et je peux rentrer dans une autre culture à croissance rapide. Je fais cela depuis des années depuis que j’ai commencé dans un petit jardin et c’est un moyen encore plus précieux de faire pousser des choses si vous n’avez qu’un petit espace.

Le semis sur module implique également beaucoup moins de manipulation des semis et évite les risques de «  piquer  » les semis dans de grands bacs à graines – moins vous les manipulez, moins il y a de chances de gaspiller les graines à cause de dommages possibles, ce qui peut provoquer des revers, des maladies fongiques ou même la mort. La seule fois où je semerais quelques graines dans des pots ou de petits bacs à graines pourrait être lorsque les graines ont besoin d’une température beaucoup plus élevée pour la germination – des choses comme les aubergines ou les tomates. Sinon, je n’aurais pas assez d’espace pour tout dans le petit propagateur chauffé – parce que je grandis tellement. L’autre grand avantage du semis en module est que je peux faire tout mon semis à l’intérieur sur la table de la cuisine – au chaud! Je garde soigneusement toutes les «actions» sur un plateau de sac de culture sous la table – puis chaque fois que j’ai cinq minutes – je le sors et je sème quelque chose! Pour moi, cela signifie également que les choses sont beaucoup plus susceptibles d’être semées au bon moment. Je n’ai pas à prévoir de consacrer une journée entière à tout faire en même temps – ce qui facilite beaucoup mon intégration dans une vie très occupée! N’oubliez pas – vous pouvez rattraper tout le reste – mais si vous ne semez pas les graines au bon moment – il n’y a pas de rattrapage à ce sujet. Le temps n’attend personne! (ou femme!)

Carrots sown in loo roll middles - early Feb.

La plantation de modules lorsqu’ils sont prêts signifie également que les plantes poussent déjà fortement, sont plus grandes et, par conséquent, mieux en mesure de résister au grignotage occasionnel de limaces ou autres ravageurs sans être complètement détruites. Et il y en a toujours un ou deux qui échappent à mes premières incursions en ciseaux! Je reçois souvent des questions de personnes qui pensent avoir acheté de mauvaises semences et qui n’ont pas germé – mais généralement, les graines n’apparaissent pas parce que le sol était trop froid et humide au début du printemps, donc elles pourrissaient ou elles se desséchaient dans l’été, ou les limaces les mangeaient à mesure qu’ils montaient! Semer dans des modules évite tous ces problèmes. Les mauvaises graines qui ne germent pas du tout sont heureusement extrêmement rares. Quel que soit le pot ou le module dans lequel vous choisissez de semer, cela dépend de vous, il y a des tas de choses qui peuvent être recyclées à cet effet, et comme d’habitude, le choix n’est limité que par votre imagination! L’important est de s’assurer qu’ils sont propres, ont de bons trous de drainage dans le bas et que les jeunes plants sortiront assez facilement, sans déranger la motte si vous les poussez doucement du bas – sinon vous perdez le tout point de modules – qui est d’éviter toute perturbation qui provoque des revers!

Juste un mot sur l’utilisation de middles de rouleaux de toilettes comme illustré ci-dessus. Je trouve ces brillants pour les choses à racines longues comme les carottes et les panais très tôt car ils peuvent être plantés intacts tels qu’ils sont – en évitant complètement la perturbation des racines – mais je ne les trouve pas aussi bons pour d’autres choses comme la laitue ou d’autres cultures à feuilles qui avoir une racine fine – je pense que c’est parce que les rouleaux de carton sont si riches en carbone – qui a besoin d’azote pour se décomposer naturellement – donc il a tendance à voler cela du sol environnant ou du compost comme il le fait – et peut-être aussi à tout jeune plante qui y pousse.

L’autre chose à retenir à propos de l’utilisation de tubes en carton comme les middles de rouleaux de toilettes est qu’ils DOIVENT être plantés avec le carton des rouleaux de toilettes sous le niveau du sol – s’ils sont exposés à l’air, ils agiront comme une mèche, se desséchant et rétrécissant – évaporant l’humidité de autour des jeunes plants et des racines fines avec des résultats éventuellement désastreux! Il en va de même pour l’utilisation de pots en papier. Je reçois beaucoup de questions à ce sujet de la part de personnes qui ont essayé i et ont eu des résultats décevants – mais je n’ai jamais vu personne mentionner le danger que cela se produise. Je sais que cela nécessite un peu de compost supplémentaire pour semer de cette façon, mais le semis en modules signifie également que je ne gaspille pas de semences coûteuses – ce qui compense largement le faible coût du compost supplémentaire utilisé. Cela signifie également que j’ai de plus grandes usines prêtes à aller sans pertes de limaces. Cela signifie également que je peux planifier l’utilisation de l’espace beaucoup mieux – en plantant des rangées soignées et attrayantes, au lieu d’avoir peut-être des lacunes disgracieuses! J’aime vraiment ce genre de jardinage potager instantané. C’est très satisfaisant de prendre du recul et de regarder les résultats!

L'importance d'utiliser un bon compost de graines sans tourbe

Il est logique d’utiliser un bon compost de semences biologique sans tourbe – PAS un compost polyvalent contenant de la tourbe! Un bon compost de graines sans tourbe aura été spécialement formulé pour convenir à de minuscules semis pendant leurs premières semaines lorsque leurs minuscules racines ressemblant à des cheveux sont très sensibles – et vaut son poids en or! De nombreux semis n’aiment pas une teneur élevée en nutriments dans les composts – il est donc très important d’en utiliser un spécifiquement pour le semis des graines – sinon une teneur trop élevée en nutriments dans le compost pourrait inhiber la germination, donnant des résultats décevants. Je n’ai jamais trouvé ces composts de tourbe polyvalents ‘semence et empotage’ bons pour cette raison particulière quand je n’avais pas d’autre choix que de les utiliser il y a de nombreuses années. Ils ont également tendance à attirer les ravageurs du sol qui mangent les racines – car tous les composts contenant de la tourbe le font! Je ne les utilise pas depuis de nombreuses années car je n’utilise maintenant qu’un compost organique sans tourbe.

La tourbe n’est qu’un milieu naturel pour les plantes qui poussent dans les tourbières – et elle devrait rester dans les tourbières où elle appartient! L’utiliser est un choix très égoïste! Il soutient une énorme biodiversité et agit également comme un puits de carbone très efficace. Il ne devrait pas être déterré pour le confort des jardiniers irréfléchis qui recherchent simplement l’option la moins chère – en particulier lorsque la culture de votre propre nourriture permet d’économiser tellement d’argent de toute façon! En termes de dommages à la planète et d’accélération du changement climatique – l’utilisation de la tourbe n’est certainement pas l’option bon marché à terme! Tout gain financier à court terme provenant de l’utilisation de tourbe bon marché et facilement disponible est annulé à plusieurs reprises par la perte d’habitats importants pour la biodiversité, ainsi que par les inondations inévitables causées par la réduction de la capacité de rétention d’eau du sol. Les tourbières agissent comme d’énormes éponges – capturant les précipitations et ralentissant d’énormes volumes d’eau qui autrement s’écouleraient immédiatement de la surface du sol, submergeant les systèmes de drainage naturels et inondant non seulement les terres agricoles mais aussi les maisons et les jardins des peuples.,

Comme je l’ai mentionné précédemment – j’utilise un très bon compost biologique, sans tourbe et certifié. Ceci est disponible en Irlande auprès de Fruit Hill Farm – (appelez-les pour les revendeurs locaux – obtenir un sac par la poste coûte cher!). Il est également disponible auprès de White’s Agri, à Ballough, Lusk. Le compost est produit par Klassman en Allemagne, à partir de déchets verts organiques compostés. Il est tout à fait brillant et c’est le meilleur compost de toutes sortes que j’ai trouvé en plus de 40 ans de croissance. Il est également disponible au Royaume-Uni, et il vaut la peine d’enquêter si vous y habitez. Il existe également un certain nombre d’autres composts organiques sans tourbe – mais je ne les ai pas essayés, donc je ne peux pas les recommander. Je préférerais toujours un compost organique – car ceux contenant des engrais artificiels ne produisent pas les plantes les plus saines de mon expérience. Ils sont beaucoup plus susceptibles d’attirer les pucerons et autres ravageurs car les systèmes de défense immunitaire de la plante ne sont pas aussi sains. Une fois que vous avez utilisé le Klassman – je vous promets que vous n’utiliserez plus rien d’autre! (J’aurais aimé y avoir des parts!) C’est le meilleur compost de toutes sortes que j’aie jamais utilisé. Que vous soyez biologique ou non – croyez-moi – ce compost vaut chaque centime! Les plantes y prospèrent vraiment – je pense peut-être parce qu’il contient une bonne gamme de bactéries bénéfiques, ayant été fabriquées avec des déchets verts issus de l’agriculture biologique, compostés spécifiquement à cette fin. Mais quelle que soit la marque que vous choisissez, n’utilisez pas de terreau pour semer les graines – il sera beaucoup trop riche en nutriments qui inhibent la germination et brûlent les racines des minuscules plants dès leur émergence. Ils peuvent alors être malades, voire même se mettre à quille et mourir! Je cultive beaucoup de plantes rares – dont beaucoup sont difficiles et les graines coûteuses. Je ne peux pas me permettre de risquer de gaspiller des semences. De nos jours, personne ne peut – alors optez toujours pour un compost de semences fiable et de bonne qualité – et choisissez de préférence sans tourbe – si vous vous souciez de l’environnement.

De plus, assurez-vous que tout compost est aussi le lot de compost fraîchement livré cette année! Pas de vieux compost saturé qui traîne dehors dans la jardinerie tout l’hiver depuis l’année précédente! Ce serait rassis, aurait perdu beaucoup de ses nutriments et pourrait bien abriter des moisissures et des maladies. Je m’assure toujours d’avoir quelques sacs de rechange dans un endroit sec pour en avoir suffisamment pour les semis précoces l’année suivante. N’utilisez pas non plus de terre de jardin pour semer dans des pots – c’est une fausse économie – surtout si vous êtes un jardinier débutant. Il contiendra également des graines de mauvaises herbes et peut-être des ravageurs, et la texture est peu susceptible d’être appropriée pour semer de petites graines dans des pots ou des modules. Je sais qu’un bon compost n’est pas bon marché – mais en fait, la plupart des sacs ne coûtent pas plus de deux ou trois paquets de graines de nos jours et vous n’aurez pas besoin d’une énorme quantité. Si vous faites attention, un peu ira très loin et vous obtiendrez de bien meilleurs résultats. Vous éviterez ainsi de perdre des graines coûteuses et un temps précieux.

Un autre point que je voudrais mentionner ici est que, bien que certains jardiniers au Royaume-Uni n’aiment pas utiliser des composts de tourbe produits en Grande-Bretagne – certains d’entre eux ne semblent pas avoir de problème avec la tourbe extraite d’Irlande. Je ne comprends tout simplement pas cette attitude «  NIMBY  », car elle est tout aussi dommageable pour l’environnement et la biodiversité, et libère tout autant de carbone qui change le climat qui affecte la planète entière. Veuillez donc repenser si cela s’applique à vous! Je pense que c’est un peu comme jeter inconsidérément vos déchets par la fenêtre de la voiture et s’assurer que cela devienne le problème de quelqu’un d’autre!

Rappelez-vous le conseil « Quoi que vous n’ayez pas le temps de faire – semez toujours la graine – vous pouvez rattraper tout le reste sauf cela ». – Un des meilleurs conseils que j’ai jamais reçus – qui mérite d’être rappelé – et une autre bonne raison de semer en modules pour ne pas être retardé par la météo ou en attendant la fin d’une autre récolte. C’est souvent quelque chose dont il est vraiment difficile de se souvenir au milieu de l’été, lorsque vous profitez d’une abondance de légumes glorieux! Si vous ne semez pas beaucoup de choses en juin, juillet et août, vous aurez très peu à manger en hiver! Ne passez pas trop de temps à attendre pour préparer le sol parfaitement, en particulier pendant une année pluvieuse, ou vous pourriez trouver qu’il est alors trop tard pour semer les graines. Semez d’abord la graine, en modules si nécessaire, puis rattrapez tous les autres travaux plus tard pendant que vos semis poussent bien ailleurs, jusqu’à ce qu’ils soient assez gros pour être plantés.

Semis – les détails

Il est évident de répéter que la plupart des semences de nos jours sont chères – un peu de soin fera aller vos semences beaucoup plus loin et donc votre argent aussi! Toutes mes excuses à tous les « anciens » comme moi qui connaissent tout ça – mais peut-être pouvez-vous le faire différemment – et il n’y a pas de mal à réévaluer la façon dont nous faisons les choses à l’occasion, n’est-ce pas? Le jardinage est un métier où l’on n’arrête jamais d’apprendre, c’est ce qui le rend si intéressant.

1. Remplissez d’abord vos modules, pots ou quoi que ce soit avec un bon compost de graines, en le raffermissant doucement mais sans le presser trop fort. Ensuite, faites de petites dépressions de taille appropriée dans le haut de chacune avec l’extrémité d’un vieux crayon, un stylo ou tout ce qui est à portée de main. Les graines diffèrent dans la profondeur qu’elles préfèrent être semées, alors consultez votre sachet de graines sur celui-ci, il n’y a pas assez de place ici! Généralement, je trouve qu’une dépression d’environ 1 / 2-1 cm convient au semis en module de la plupart des choses en fonction de la taille de la graine. Une règle de base très approximative est cependant de semer à environ deux fois la profondeur de la graine. Comme certaines graines très fines comme le céleri ou la Nicotiana préfèrent être semées en surface et ne sont pas couvertes du tout – Si vous allez semer de très petites graines, c’est une bonne idée d’arroser les conteneurs avant de semer, pour éviter de laver les graines minuscules non plus trop profondément dans le compost, ou bien le laver complètement du compost! Certaines marques de composts de semences peuvent être assez difficiles à mouiller si elles sont devenues exceptionnellement sèches – donc lorsque vous semez quelque chose, c’est probablement une bonne idée d’humidifier un peu tous les composts en premier – et de laisser tout excès s’égoutter.

2. Ensuite, après avoir préparé vos modules, avant même de manipuler le paquet de semences, assurez-vous que vos mains sont absolument propres et sèches! N’essayez pas d’ouvrir le paquet avec des mains mouillées et sales pour préparer votre compost, votre sol ou quoi que ce soit! À moins que vous ne semiez toutes les graines en même temps, ce qui est peu probable, vous devez vous assurer que l’atmosphère autour des graines restantes dans le paquet est aussi sèche et propre que possible. La plupart des gens avec des jardins de taille moyenne n’auront pas besoin de semer un paquet entier de graines à la fois – malgré ce que le paquet vous dit! (évidemment, ils essaient de vendre des graines!) Lorsque vous avez pris toutes les graines dont vous avez besoin, essorez autant d’air que possible, scellez avec du ruban adhésif, écrivez la date de son ouverture et entreposez dans un endroit vraiment frais et sec. La plupart des graines, sauf la carotte et le panais, dureront bien pendant au moins quelques années de cette façon. Les gens disent toujours «mais les experts disent de les stocker au réfrigérateur» – tout ce que je peux dire, c’est que ces «experts» ne doivent avoir rien d’autre dans leurs réfrigérateurs – ou avoir des réfrigérateurs de semences dédiés! Depuis quand la plupart des réfrigérateurs domestiques sont-ils absolument secs? Mais alors le vôtre est peut-être un peu plus ordonné que le mien! Franchement – je rangerais mon polytunnel plus tôt que mon réfrigérateur!

3. Lorsque vous ouvrez le paquet de graines, assurez-vous que toutes les graines sont d’abord secouées vers le bas. Ensuite, ouvrez-le avec un couteau bien aiguisé ou avec des ciseaux plutôt que de simplement déchirer le dessus – cela rend beaucoup plus facile à refaire soigneusement après. La graine peut également être dans un sachet de papier d’aluminium «frais» à l’intérieur du sachet en papier, alors ouvrez-le soigneusement aussi, puis lorsque vous avez terminé, refermez ensuite de la manière décrite. Il est toujours indiqué sur le paquet « Ne pas refermer » – ne faites aucune attention à cela! Les graines absorberont simplement l’humidité atmosphérique beaucoup plus facilement si vous ne les refermez pas correctement – alors vous devrez acheter plus de graines car elles ne germeront pas aussi bien!

Lettuce - sown 2 per module - ready for thinning. 21st. Feb.Laitue – semée 2 par module – prête à éclaircir. 21e. Fév.

Peas and beans sown in a variety of recycled containers - mid. Feb.
Je sème mes oignons en 3, 5 ou 7 selon la taille à laquelle je veux qu’ils grandissent. Plus vous semez dans le module et plus vous les cultivez, plus les oignons seront évidemment petits. Trois graines dans un module semées du début à la mi-mars me donneront généralement des oignons d’environ 4 à 5 onces – une taille moyenne que je trouve généralement les plus utiles pour la cuisine. Oignons rouges Baron Je sème en 5 car j’aime les petits oignons rouges entiers à rôtir. Ils sont plantés plus tard à environ 20-30 cm de distance fin mars ou début avril. Ils se sépareront ensuite très heureusement à mesure qu’ils grandissent, vous donnant une récolte beaucoup plus grande et plus fiable. Les premières carottes (une petite pincée) et les panais (en 3) peuvent être semés en rouleaux de loo ou en 1/2 rouleaux de cuisine et facilement plantés avec soin à l’aide d’une longue truelle plus tard. Les pois et les haricots peuvent être semés dans de grands pots de yogourt – comme indiqué sur la page du tunnel et ici – également 1/2 cartons de lait, paniers de fruits, etc. – tous avec de bons trous de drainage. Vous pouvez voir comment je sème le mien dans le journal polytunnel. Certaines personnes sèment dans de vieux demi-tuyaux de drainage, mais je trouve qu’elles sont trop peu profondes, elles n’ont pas beaucoup d’espace pour les racines, puis si la plantation est retardée par le mauvais temps, comme c’est souvent le cas à cette période de l’année, les plantes peuvent subir un revers et ne recadreront pas aussi bien qu’ils le devraient plus tard. Les racines peuvent souvent aller au lieu de descendre.La RHS recommande des tuyaux de drainage peu profonds avec des trous percés – mais encore une fois, les retards peuvent être un problème et les racines peuvent commencer à traverser les trous de drainage – ce qui rend plus difficile de les faire glisser facilement et peut-être de se déchirer les racines lorsque vous essayez de les faire glisser. Les pois et les haricots illustrés ci-dessus poussent dans une variété de contenants recyclés à la mi-février

5. Couvrez les petites graines de légumes avec de la vermiculite, qui est maintenant disponible dans tous les bons centres de jardinage en petits paquets (si c’est trop, divisez-la avec un ami – elle dure des années car elle est stérile et vous n’avez pas besoin de beaucoup). Cela favorise un très bon drainage et une bonne circulation de l’air autour des semis, ce qui est vital et évite généralement les maladies de «  fonte des semis  » désagréables, qui peuvent sinon être un gros problème avec les semis précoces en particulier (mais jamais dans les composts sans tourbe). Asseyez le bac à graines, les pots ou les modules dans un bac à eau pendant quelques secondes (les nouveaux bacs à litière pour chats sont de bonne taille pour les bacs à graines standard et beaucoup moins chers que quelque chose de similaire vendu dans les jardineries!) Mais ne laissez pas les modules ou les plateaux deviennent saturés. Si c’est le cas par erreur – alors une bonne astuce est de les asseoir sur un journal plié avec un peu de papier absorbant sur le dessus, ce qui agit comme du papier buvard pour éliminer l’excès d’humidité – le journal seul ne fonctionne pas si bien . N’oubliez pas que si les choses sont trop humides – même si elles sont chaudes – elles sont beaucoup plus susceptibles de pourrir. Les graines plus grosses comme les pois et les haricots peuvent être recouvertes de compost, puis arrosées par le haut initialement. J’ai mis mes premiers pois et haricots sur du papier absorbant humide sur une assiette ou un plateau couvert quelque part au chaud pour les faire germer en premier. Habituellement, l’arrière de ma cuisinière où je peux les surveiller. C’est particulièrement bon pour les haricots verts plus tard au printemps – qui peuvent être très sujets à la pourriture s’ils restent trop longtemps dans du compost humide. J’ai ensuite mis les graines germées dans un pot de la manière habituelle et les ai recouvertes de compost de graines. Je les arrose ensuite légèrement au début, en m’assurant encore une fois de ne pas saturer!

6. Couvrir le bac à graines ou les modules après le semis en mettant un sac en polyéthylène transparent, sous une feuille de film alimentaire ou de verre pour les garder humides et les empêcher de sécher, et les placer dans un endroit convenablement chaud. Vérifiez la température de germination optimale sur le paquet de graines – car tout n’aime pas être trop chaud. Cela s’applique particulièrement aux laitues et aux épinards. Vérifiez ensuite la germination tous les jours, et dès qu’ils apparaissent, découvrez-les immédiatement et mettez-les sous un bon éclairage – mais pas un fort ensoleillement car cela pourrait les brûler et les tuer très rapidement. S’ils sont dans la maison sur un rebord de fenêtre, retournez-les un peu tous les jours afin que tous les semis reçoivent une lumière égale pour éviter qu’ils ne soient étiolés (ou dressés et grêles), ce qui les affaiblit et les rend beaucoup plus sujets aux maladies. Vous pouvez également faire un réflecteur de lumière en feuille d’étain fixé à quelques brochettes de barbecue à l’arrière du pot comme je le faisais il y a des années! La nuit, apportez-les dans la pièce avant de fermer les rideaux, sinon ils pourraient être endommagés par le gel. S’ils sont dans un cadre froid, une serre ou un tunnel à l’extérieur, protégez-les légèrement du soleil de midi très brillant – qui peut être étonnamment fort à travers le verre, même à cette période de l’année. Encore une fois, assurez-vous qu’ils sont protégés du gel la nuit avec de la toison suspendue sur eux – ne reposant pas sur eux – ou du papier journal. Les cercles en fil métallique sont utiles pour cela, également les vieux paniers de congélation recyclés, un couvercle de propagateur ou des cloches, etc.

7. Arrosez toujours les plateaux de jeunes plants en croissance par le bas lorsque cela est nécessaire – placez-les dans un plateau comme décrit ci-dessus, en utilisant si possible de l’eau propre à température ambiante. Les arroser par le haut avec un arrosage peut à nouveau encourager la fonte des maladies. Je garde l’eau de pluie propre dans un tonneau dans le tunnel pour l’arrosage, qui n’est généralement pas trop froid. Les semis n’apprécient pas plus d’être assis dans un bain froid glacial que vous! Et ils apprécient surtout l’eau de pluie. Comme toutes les plantes, elles n’ont pas évolué pour apprécier le chlore, ou quoi que ce soit d’autre dans l’eau du robinet!

8. Après la germination, pousser sur des semis de légumes tendres. comme les tomates, etc. à une température légèrement plus basse mais toujours dans un endroit chaud et lumineux – où elles ne se refroidiront pas s’il fait froid la nuit. Un tapis chauffant dépliable que vous pouvez mettre sur un banc de serre est pratique pour cela – ou si vous êtes bon en bricolage – vous pouvez créer une grande zone moins chère de chaleur douce en utilisant des câbles de réchauffement du sol enfouis dans le sable. Veillez à ce que les propagateurs ne surchauffent pas, installez-les et continuez pendant quelques heures avant de commencer à semer vos graines, car tout aussi peu de chaleur peut endommager les semis – tout comme la surchauffe. Cela peut sérieusement endommager leur potentiel de culture. À partir de mars, tous les petits semis auront besoin d’un peu d’ombre à midi sous verre ou dans un tunnel – la toison fait également un bon écran solaire temporaire. Un petit thermomètre max-min vaut bien l’achat, ils sont beaucoup plus utiles dans le jardin qu’un thermomètre à sol, et moins cher. Comme je l’ai déjà dit – vous n’avez pas besoin d’un thermomètre à sol dans le jardin pour vous dire quand le sol à l’extérieur est suffisamment chaud pour semer – toutes les graines de mauvaises herbes qui germent vous le diront de manière fiable!

Amélioration du sol pour la plantation – en particulier dans les nouveaux jardins

Je trouve que les deux choses sur lesquelles les gens se foutent le plus sont de faire du compost parfaitement et d’avoir un sol parfait. La perfection n’est en fait requise dans aucun des deux! Si vous commencez avec un nouveau patch comme beaucoup de gens à qui j’ai parlé récemment – vous aurez évidemment besoin de quelque chose pour planter vos modules! Être réaliste! Le sol n’a pas besoin d’être un lit de semence parfait pour une simple plantation. N’oubliez pas non plus que les plantes veulent pousser! Avec un départ décent, ils vous surprendront souvent et grandiront très bien même dans les terrains les plus difficiles. Si vous êtes désespéré parce que votre sol est mal compacté et bosselé – peut-être au cours de sa première année environ après que les constructeurs l’ont laissé dans un état – alors brisez-le un peu et faites-lui des «  poches de plantation  ». Mettez un peu de terreau ou de compost de jardin dans un trou de plantation pour planter – tout comme la plantation dans un pot – mais dans le sol à la place! Votre compost va donc beaucoup plus loin! Lorsque vous avez fait cela, utilisez des paillis organiques comme des tontes de gazon entre les rangées qui se décomposeront progressivement et seront entraînés par des vers. Les engrais verts sont également utiles – ils améliorent le sol et réduisent également les mauvaises herbes – tuant deux oiseaux avec une pierre. Vous n’avez pas à empiler des tonnes de fumier. C’est inutile, peut être beaucoup trop élevé en azote conduisant à une croissance malsaine, peut être un gaspillage de nutriments et pourrait causer de la pollution, en particulier avec nos précipitations actuelles! Le fumier émettra également de l’oxyde nitreux – un gaz à effet de serre dommageable pour le climat 300 fois plus puissant que le CO2! Quoi qu’il en soit – dans le monde réel – la plupart des jardiniers arrières trouvent le fumier organique bien pourri difficile à obtenir. Le fumier non organique peut contenir toutes sortes de choses désagréables comme les traitements contre les vers d’animaux (pas bons pour la vie du sol), les désherbants et aussi les produits chimiques qui raccourcissent la paille. Le compost de champignons non biologique en contiendra généralement! Ces produits chimiques agricoles toxiques peuvent endommager votre sol, vos plantes et votre santé.

Quelque chose que l’on me demande toujours lors des conférences est quelle est la meilleure façon d’améliorer le sol? Ma réponse à cela est toujours de faire pousser des choses dedans! Je sais que cela semble un peu intelligent ou ressemble à une contradiction idiote – mais tant que vous venez de casser un peu le sol et qu’il s’évacuera assez bien – vous serez étonné de la rapidité avec laquelle même le sous-sol virtuel répondra à certains TLC! Je l’ai prouvé! La farine d’algues (algues laminaires moulues – algues non calcifiées) est vraiment utile sur les sols endommagés et fonctionne incroyablement vite. Vous le trouverez bien moins cher chez les marchands d’aliments agricoles que dans les jardineries – 25 euros pour un 25 kg. sac. Les jardineries en facturent au moins le double! C’est génial pour encourager toute la vie microbienne dans le sol à se multiplier rapidement. et en encourageant également les sols argileux lourds et collants à «floculer» (ou en d’autres termes à rester ensemble entre vous et moi)! Cela l’aide à mieux s’égoutter. La farine d’algues est même maintenant utilisée sur les côtés des nouvelles autoroutes pour préparer le sol à la plantation – et je dois dire que j’ai vu beaucoup de nouveaux jardins qui ressemblaient à des autoroutes après le départ des constructeurs !! Là où mes nouveaux polytunnels ressemblaient à ça il y a quelques années!

Pour améliorer les sols très gravement endommagés ou compactés, j’utiliserais une combinaison de paillis organiques et de farine d’algues. Ensuite, je ferais pousser des pommes de terre dans 1/4 de celui-ci, peut-être des pois et des haricots qui ne sont pas trop pointilleux dans un autre 1/4 – plantés dans des poches comme je l’ai dit – puis je couvrirais peut-être le reste pour l’instant ou encore planter dans des poches – peut-être cultiver quelque chose de grand comme des courgettes ou des citrouilles à travers du polyéthylène noir avec un joli paillis organique en dessous, plus tard dans l’été, pour encourager les vers à vous aider!. Voilà le début de votre rotation en quatre cours! Et la vie microbienne du sol et les vers feront tout simplement le reste! Une culture très profonde n’est pas non plus bonne pour la vie du sol – elle n’apprécie vraiment pas d’être bouleversée chaque année, tout comme elle se réchauffe et s’habitue à un peu d’air frais et de soleil, pas plus que nous! Laissez-le près de la surface – là où tout a évolué. Chaque type de microbe ou de champignon préfère son propre niveau – mais la plupart vivent dans les quelques pouces supérieurs. Un peu de lumière «  se gratter avec une fourchette  » ne lui fait pas trop mal – pas plus que les oiseaux le grattant – en fait, l’introduction de l’oxygène supplémentaire peut augmenter un peu toute la vie microbienne au printemps, car elle a réellement besoin un peu d’air. Mais tous ces trucs macho et cauchemardesques à double creusement l’enfouissent si loin qu’il faut des siècles pour récupérer et combattre à nouveau à la surface! Il détruit également les terriers de vers qui facilitent le drainage et les hyphes fongiques (ou fils de mycélium) qui décomposent et recyclent le carbone, libérant des nutriments et aidant les plantes à croître. Si vous continuez à le faire chaque année comme certaines personnes que je connais le font naturellement – votre sol ne sera jamais vraiment sain parce que vous donnez à toute la vie du sol une période très difficile! De toute évidence, vous devrez peut-être d’abord décomposer un nouveau sol, éventuellement compacté, en cultivant la surface ou en desserrant tout compactage possible du sous-sol en y enfonçant une longue fourche et en soulevant légèrement pour aider à améliorer le drainage – mais ne pas amener le sous-sol à la surface par double creusement. C’est quelque chose que je n’ai jamais fait depuis 38 ans que nous sommes ici – en plus d’être le meilleur pour le sol – c’est beaucoup trop de travail!

Après cela, le travail minimum pour un rendement maximum a toujours été ma méthode préférée. J’aime rendre la vie aussi simple que possible – mais je ne l’appelle pas «pas de fouille» parce que ce n’est pas le cas – En réalité, il n’y a vraiment rien de tel! C’est juste une idée attrayante qui sonne bien! La fouille minimale est la façon dont la nature le fait – avec le grattage ou l’enracinement occasionnel par des oiseaux ou de grands animaux en quête de nourriture – comme nous – ou des porcs!

Vous n’avez pas à vous soucier des analyses de sol coûteuses pour les micro-nutriments! Dans un nouveau jardin ou lotissement, faites d’abord un test de pH du sol. C’est vraiment tout ce que vous devez faire – il n’est pas nécessaire de trop compliquer les choses. Si le pH est bon – alors les plantes peuvent se servir de tout ce dont elles ont besoin, aidées et encouragées par leurs amis microbiens symbiotiques dans le sol! Vous pouvez acheter un petit kit de test facile à utiliser avec les instructions de la plupart des jardineries ou des magasins de bricolage maintenant. Un pH du sol de 6,5 à 7 est ce que la plupart des légumes préfèrent. Si vous devez augmenter le pH de votre sol, vous pouvez l’ajuster si nécessaire en ajoutant soit des algues calcifiées – qui contiennent du calcium ainsi que des oligo-éléments précieux, du calcaire broyé ou du calcaire dolomitique – qui contient du magnésium. Tous ces éléments ont une action beaucoup plus douce sur le sol que la chaux hydratée. Il est préférable d’ajouter la chaux en automne dans les lits vacants après les légumineuses (pois et haricots) – où les cultures de brassica (famille du chou) devraient pousser l’année prochaine.

N’ajoutez jamais de chaux sur les plates-bandes de pommes de terre avant la plantation – cela peut provoquer une croûte de pomme de terre. Les pommes de terre préfèrent un sol légèrement acide. N’ajoutez jamais de chaux en même temps que du fumier – car cela peut provoquer une réaction qui «  emprisonne  » les nutriments afin qu’ils deviennent indisponibles pour les plantes – cela se traduit par un jaunissement des feuilles appelé «  chlorose  ». Cela peut souvent être un problème dans les vieux jardins, qui peuvent avoir été chaulés régulièrement chaque année sans faire de test de pH pour voir si cela était réellement nécessaire. Les algues calcifiées sont le seul type d’agent augmentant le pH que j’utiliserais si nécessaire juste avant de planter une culture. Les tomates semblent l’apprécier particulièrement. Quel que soit le type de jardin avec lequel vous commencez – il est toujours bon d’avoir une idée approximative du pH du sol de toute façon. Une fois que c’est vrai – les plantes seront en mesure de s’aider elles-mêmes pour la nourriture dont elles ont besoin – aidées par les vers et toute autre vie microbienne vitale dans le sol qui décompose les nutriments sous une forme que les plantes peuvent absorber. Les vers et les bactéries vitales du sol n’aiment pas les sols acides – il est donc également très important pour eux d’obtenir le bon pH. Par intérêt – l’acidité est la raison pour laquelle la mousse de spaghnum des tourbières a souvent été utilisée comme un antibactérien s’habillerait pendant la Première Guerre mondiale!

Les vers et autres formes de vie du sol sont également encouragés par la culture d’engrais verts, par l’ajout de matière organique comme le compost et par l’utilisation de paillis organiques. Ne soyez pas tenté dans un nouveau jardin d’utiliser un glyphosate, le soi-disant désherbant «  total  », pour vous débarrasser des mauvaises herbes avant de commencer – il existe de nombreuses preuves qui montrent que le glyphosate tue en fait la vie aquatique comme les grenouilles et nuit au sol vital vie microbienne. Donc, si vous l’utilisez, vous tueriez les choses qui vous aident réellement, en mettant des nutriments à la disposition des plantes! Il a également été démontré qu’il persiste dans le sol et qu’il est absorbé par les plantes qui y poussent par la suite – malgré les affirmations mensongères des fabricants du contraire! En dehors de cela – même si vous ne vous souciez pas de l’environnement, ou de vous empoisonner, de vos animaux de compagnie, du sol et de l’approvisionnement en eau local – le glyphosate ne tue pas réellement les graines de mauvaises herbes! Ils germent dès que vous cultivez le sol! Donc, non seulement c’est un produit chimique très dangereux – mais c’est aussi un gaspillage d’argent hideux et coûteux! Si vous avez trop de terrain pour y faire face, cultivez d’abord un petit peu – et tondez le reste, gardez des poulets ou d’autres animaux dessus, ou recouvrez-le avec de l’herbe coupée, du compost ou du fumier bien pourri, puis un paillis étanche à la lumière. Cela fera travailler les vers avec fureur – ce qui améliore énormément l’état du sol et prévient et tue également les mauvaises herbes en excluant la lumière. Lorsque vous le découvrirez dans quelques mois ou un an – vous serez étonné de la transformation! Le Roundup (glyphosate) ne fera pas cela pour vous – vous vous retrouverez avec un sol mort et sans vie – incapable de cultiver des plantes véritablement saines! Comme je le dis toujours – laissez la Nature faire le travail – c’est gratuit – et seulement trop disposé à aider si vous l’encouragez un peu!

Ne soyez pas tenté d'utiliser du compost de champignons non biologique partout où vous cultivez des aliments – cela peut sembler une bonne option facile, mais ce sera presque certainement

Je vais répéter encore une fois!

 

Conseils généraux de février

Si vous achetez des choses comme la rhubarbe, les asperges ou les racines de Seakale dans ces emballages en plastique dans les jardineries – mettez-les dans un beau compost de drainage gratuit immédiatement vous les ramenez à la maison car elles sont chères et peuvent bien pourrir dans les paquets si vous attendez jusqu’à l’extérieur les conditions sont appropriées. Ensuite, vous pouvez les planter en quelques semaines lorsque le sol est plus chaud.

Pot grown potatoes 'Mayan Gold' & 'Lady Christl' - mid Feb. in tunnel - almost ready for planting.
'Chit' de pommes de terre de semence dans un endroit frais, sans gel et léger si elles doivent être plantées directement à l'extérieur en mars – ou si vous voulez les planter plus tôt dans le tunnel ou dans des pots – les mettre dans un endroit chaud dans une boîte sombre et ils auront des germes ou des «chits» dans une semaine!

Ma politique de blog «sans publicité»

Ce n'est pas un site qui rapporte de l'argent, je n'ai aucun produit à vendre et toutes les informations qu'il contient sont données gratuitement, dans l'espoir qu'elles seront utiles aux lecteurs.

 

Veuillez également noter –

En conséquence, mon blog peut sembler un peu démodé par rapport à certains – mais les sites Web de fantaisie avec des cloches et des sifflets coûtent de l'argent.

Si vous êtes un nouveau lecteur, vous avez peut-être remarqué que je peux parfois être assez franc – mais je fais mes recherches!

Une autre raison pour laquelle je n'accepte pas les publicités. c'est que je les trouve personnellement énormément ennuyeux qui surgissent un peu partout, souvent totalement sans rapport avec le contenu du site. Je déteste également lire quelque chose qui peut sembler intéressant, puis découvrir à mi-chemin qu'en fait, il s'agit en fait de promouvoir un produit!

Je pense que des informations utiles tirées d'une longue expérience et une opinion honnête et vraiment objective sont importantes. C'est ce que j'essaie de donner aux lecteurs de mon blog et j'espère que vous continuerez à en profiter.

 

(PS