Menu Fermer

Réduction des coupes de poinsettia pour réduire les aleurodes 101 : édition 2020

Le laboratoire de biocontrôle du centre de recherche et d’innovation de Vineland, en Ontario, a étudié et mis au point des boutures de poinsettias trempés pour aider à réduire le nombre de Bemisia.

Bien que nous parlions depuis des années, ici au Canada, de tremper vos boutures de poinsettias dans des pesticides à faible risque, certains producteurs n’ont pas encore franchi le pas.

Cette technique préventive améliore l’efficacité des DEUX programmes de biocontrôle et de pesticides contre les Bémisia, puisqu’elle réduit la pression exercée par les parasites au départ.

Si vous n’êtes toujours pas sûr de savoir comment ou quand appliquer les trempettes de découpe, consultez le reste de ce billet.

POURQUOI tremper ?

Il est facile de répondre à cette question. Parce qu’elle vous donne une chance de réduire votre problème de mouches blanches Bemisia dès que les coupes arrivent à la porte.

La figure 1, ci-dessous, montre que les dips peuvent à eux seuls réduire considérablement les problèmes liés aux aleurodes. Comme les produits utilisés pour le trempage sont doux pour le bios, vous pouvez également combiner le trempage avec le biocontrôle pour une saison de poinsettias sans pesticides.

Fig. 1. Expériences du laboratoire de Buitenhuis (VRIC) démontrant comment les trempettes peuvent réduire le nombre d’aleurodes et améliorer les résultats du biocontrôle par rapport à l’utilisation du biocontrôle seul.

Dans l’ensemble, le trempage offre de nombreux avantages, notamment

Le trempage des boutures dans une combinaison de savon insecticide (par exemple Kopa) et de BotaniGard WP peut réduire les populations finales d’aleurodes de 70% (voir plus ici) s’ils sont utilisés en combinaison avec la lutte biologique (voir la figure 1).
Si vous ne voulez pas utiliser de savon, BotaniGard réduit à lui seul la survie des nymphes d’aleurodes d’environ 40 à 50 % par rapport à un contrôle (eau) ou à un traitement uniquement à base de savon (voir la figure 2 ci-dessous).
Même en utilisant un programme de contrôle chimique, en réduisant la pression initiale des aleurodes, les trempages peuvent diminuer de 50% la quantité de pesticides nécessaires sur les poinsettias, selon le Dr Rose Buitenhuis.
Compte tenu des produits à risque réduit utilisés, les produits de trempage sont 100% compatibles avec les programmes de lutte biologique contre les aleurodes.
Les produits de trempage peuvent également être utiles à la lutte biologique contre les aleurodes en aidant à rincer les résidus de pesticides, ce qui permet une meilleure survie des ennemis naturels comme Delphastus.
Les produits de trempage présentent peu de risques pour la propagation de l’agent pathogène Erwinia des poinsettias, bien que d’autres agents pathogènes (par exemple Pythium) n’aient pas été testés.

Pour plus d’informations sur les recherches du Vineland Research and Innovation Centre sur les dips dans cet article de magazine et dans cet article scientifique.

Fig. 2. Les essais en laboratoire montrent que le fait de tremper les boutures dans le BotaniGard, même seul, est préférable à l’absence de traitement (contrôle de l’eau) ou de savon insecticide pour lutter contre les aleurodes. (ici, BugBGon) Voir le rapport complet ici.

QUAND plonger :

Le trempage de la coupe doit être initié dès que les boutures commencent à arriver (par exemple début juillet ; voir la figure 3 ci-dessous). Pour de meilleurs résultats, les boutures doivent être trempées peu après leur réception. Une fois plongées, les boutures doivent sécher avant d’être collées et placées sur le banc de brumisation.

Figure 3. Calendrier de mise en œuvre des différentes stratégies de lutte intégrée contre l’aleurode Bemisia chez le poinsettia. Tableau élaboré par le Dr. S. Jandricic, MAAARO.

Cependant, certains producteurs ont également essayé de tremper des boutures racinées (voir ci-dessous). Ainsi, même si vous avez déjà reçu et collé tous vos poinsettias, il est peut-être encore temps d’ajouter le trempage à votre programme !

QUOI à tremper :

Les enregistrements d’étiquettes canadiennes comprennent BotaniGard WP (voir l’étiquette la plus récente en cliquant sur le numéro d’enregistrement de BotaniGard WP ici) et le savon insecticide Kopa (ici), tant pour les nymphes d’aleurodes. Ensemble, BotaniGard + savon est le traitement le plus efficace contre les mouches blanches (voir les figures 1 et 2 ci-dessus).

Tous les produits de trempage sont à faible risque, ce qui signifie qu’ils sont « doux » pour les bios en raison de leur faible temps résiduel.

Le Suffoil X a également été récemment homologué pour l’aleurode sur les boutures ornementales en serre en général (voir l’étiquette ici). Ce produit peut être très efficace (voir la figure 2 ci-dessus).

Cependant, les taux indiqués sur l’étiquette sont BEAUCOUP PLUS ÉLEVÉS que ceux qui ont été signalés par les chercheurs du CIRV comme étant SÛRS pour la plupart des boutures de plantes. Pour éviter la phytotoxicité pour le poinsettia, réduire les taux à 0,1% de suffoques (1ml/L d’eau). Des taux plus élevés peuvent provoquer des brûlures lorsqu’ils sont utilisés comme trempette, et ne sont tout simplement pas nécessaires lorsqu’il s’agit de tuer des Bemisia.

Pour nos lecteurs des États-Unis, BotaniGard WP est enregistré pour les trempettes là-bas, tout comme Rootshield et Rootshield plus, que certains producteurs ajoutent à leur solution de trempage pour aider à contrôler les maladies du poinsettia, comme le Pythium.

Comment tremper :

Pour garantir le succès de votre programme de trempage, voici quelques conseils, dont un vidéo sur la bonne technique de trempage:

Les taux d’immersion sont inférieurs aux taux de pulvérisation pour le savon et l’huile afin de prévenir la phytotoxicité. Mais, par mesure de précaution, testez toujours un petit lot de boutures de n’importe quelle nouvelle variété de poinsettia avant de vous engager dans un programme complet de trempage.
Placez les boutures non racinées dans un bac d’immersion à mailles avec un couvercle pour le trempage. Pour que le trempage soit efficace, il faut que le feuillage soit entièrement couvert. N’emballez pas les boutures trop serrées.
Vérifiez que les boutures racinées ou non racinées ne présentent pas de surface sèche après le trempage pour vous assurer que votre technique est efficace.
Une bonne hygiène est essentielle. Des recherches ont montré que le le risque de transfert de maladie par la solution de trempage est faiblemais les agents pathogènes peuvent encore s’accumuler. Ne réutilisez pas l’eau de trempage de plusieurs cargaisons de poinsettias. Idéalement, l’eau de trempage devrait être changée toutes les 4 heures.
N’utilisez pas l’eau sur des boutures faibles ou stressées et n’exposez pas les boutures trempées au plein soleil.

Fig. 1. Cevidéo hébergé sur le site de Greenhouse Canada Magazine peut vous aider à vous familiariser avec le processus de trempage :

Si vous envisagez d’essayer de tremper des boutures enracinées, cela se fait pendant que les boutures sont encore dans des plateaux. Les plateaux de coupe doivent être retournés dans la cuve d’immersion et maintenus sous la solution pendant 3 bonnes secondes (avec un léger battement) pour assurer un contact complet et régulier. Le contact de la solution d’immersion avec la zone des racines doit être évité. (Bien qu’il soit peu probable que le savon et le Beauveria aient des effets négatifs sur les nouvelles racines, le trempage des boutures enracinées dans des huiles peut être plus risqué).

Une vidéo rapide du trempage des revêtements de coupe enracinés peut être vu sur you-tube. Vidéo fournie par Jamie Aalbers, Northern Horticultural Consulting.

Le trempage des boutures enracinées peut être choisi par rapport au trempage des boutures non enracinées pour deux raisons :

Les producteurs constatent parfois que le trempage des boutures non racinées ralentit l’adhérence, ce qui peut affecter la qualité de la coupe. Le trempage des boutures APRÈS enracinement permet de contourner ce problème logistique, tout en appliquant un traitement préventif dès le début de la production (une situation gagnant-gagnant !).
Bien qu’elle n’ait pas encore été testée, cette approche PEUT contribuer à réduire encore plus le nombre d’aleurodes. Pourquoi ? Parce que vous obtiendrez probablement une meilleure couverture, plus régulière, de la solution de trempage en immergeant des plateaux entiers de bouchons verticaux, plutôt que de submerger une pile de boutures non enracinées et superposées.

Il reste à voir si le fait de tremper les boutures le plus tôt possible (dès leur réception) ou d’attendre l’enracinement finit par être la meilleure stratégie en termes de lutte contre les aleurodes. Mais NE PAS tremper les boutures, c’est définitivement se priver d’une chance d’anticiper dès le départ les problèmes de Bemisia.

Bonne baignade !

Partagez ceci :

Comme ceci :

Comme Charger…

Cet article a été rédigé par Sarah Jandricic, spécialiste de la lutte antiparasitaire intégrée en floriculture sous serre, OMAFRA et traduit par serre2jardin.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Serre2jardin.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.