Menu Fermer

Le jardin potager novembre/décembre – 2020

Liste du contenu de novembre : Local ne veut PAS dire biologique – et pourquoi c’est important ! …. La pression sur les prix des supermarchés peut vous permettre de trouver des légumes moins chers – mais ils ont un prix ! …. Délices éternels – Comment manger un chou et en avoir quatre autres ! ….. C’est la saison des aliments de réconfort pour l’hiver ! ….. Une salade croquante et croustillante – la robuste « Jack Ice » ! ….. Attention au sol humide…. Un gros tas de fumier ! …. Préparez-vous à une rapide dissimulation…. Méfiez-vous des personnages de Slimy !… Planter des assortiments d’ail et d’oignons…. Préparez vos Brassicas ! …. Continuez à composter ! …… C’est le « temps du rêve » pour les jardiniers.

Leeks interplanted with Pak Choi - keep soil covered, protecting the surface & stopping nutrients from leaching in heavy rain

 Leeks inter-planted with Pak Choi –  keeping soil covered – protecting the surface & stopping nutrients from leaching in heavy rain

Local does NOT mean Organic – and why it matters! 

A misconception I’ve seen promoted quite a lot recently on social media is that ‘local’ is as good or even better than organic.  It isn’t!  The fact is that the quality of so-called ‘local’ produce is completely unregulated unless it is organic – so how is the consumer to know?  It may well be grown or reared using a lot of chemicals – particularly now with the weather disruptions, droughts and increased rainfall of climate change sometimes making growing conditions more difficult. Because local produce is often being sold directly to customers in farmers markets or straight from the farm, no one is actually checking to see if it contains levels of pesticides which are above permitted limits. This applies not just to vegetables, but also to meat. While the Department of Agriculture will tell you when asked, as I did some years ago when experiencing spray drift, that farmers have to keep records and that these are checked – in practice this rarely happens unless a major problem is highlighted, and often not even if it is.  In the case of my own complaint, they promised to check my neighbouring farmer’s records and when I heard nothing from them and enquired a few months later – they had not done so! 

Local farmers and growers don’t have to answer to anyone. There are no government inspectors at their farm gate.  Now I’m not suggesting for a minute that all of them are unscrupulous – but I personally know of one or two who are – and have the attitude that what you don’t know won’t hurt you!  I know of a few around here who would tell you that their produce is « as good as organic », or « grown without chemicals, but that they can’t be bothered with all the paperwork that being organic entails », or that « applying for organic certification is too expensive », or some other excuse. From that you can usually take it that not only do they not want to go through the rigorous and regular inspection processes that being organic entails, but also that they want to be able to use whatever chemicals or other inputs they like whenever they think it is necessary – especially if it means saving a crop and thereby not losing money. 

Perhaps some producers may think that the customer won’t know anyway, so why does it matter?  Or they may personally believe that chemicals aren’t harmful anyway – as evidenced by the number of angry attacking tweets I get from farmers whenever I talk about the dangers of agricultural chemicals, on social media!  There is one local potato producer who even states that their produce is ‘chemical-free’ on their packaging.  What that actually means in practice no one can tell, since they don’t clarify that statement, and there is absolutely no certification or proof needed to make such a claim, nor apparently any law preventing them from doing so!  Does that mean that they don’t use artificial fertilisers, fungicides to control blight, pesticides to control insect pests, or Glyphosate/Roundup weedkiller to dessicate (dry off) their crops prior to harvest?  They don’t make any of that clear!  

Frankly – that is deliberately misleading the public, and as someone who has spent over 40 years promoting organic food – it makes me very angry and frustrated.  This is because if the consumer is misled into thinking that a product is ‘natural’ (a now very much misused term) – they may decide to buy that perhaps slightly cheaper produce instead of buying certified organic produce, and that can have an impact on the livelihoods of genuine organic producers who care about public health, biodiversity, soil and climate change, and who have also taken the considerable risk of spending three years in conversion to organic before they can sell their produce at only a slightly higher price to cover their costs!

When it comes to the issue of only eating local crops – there is an argument that wherever organic food is grown, it is helping to preserve and increase biodiversity, and also promoting soil health – which is vital to helping mitigate climate change and to the future of the planet.  However I really think there is a balance to be found – do we really need to eat asparagus or strawberries all year round, particularly if this could be contributing to climate change?  The increase in supermarkets importing produce from all over the world in recent decades has led to a culture of having whatever we want, whenever we want it – but that isn’t necessarily good either for us or the planet. To those who experienced the privations of rationing both during and after World War 2 and who wasted not one scrap of anything edible – those imports must have been a taste of absolute heaven!  But just how much of that produce is now taken for granted and wasted by subsequent generations is evident from the ‘bargain bins’ full of out of date vegetables and meats which you can see every day you go into any supermarket. And that’s not taking into account how much is wasted in people’s homes!

Another thing that makes me angry is when so-called ‘healthy eating’ magazines are promoting out of season crops in January!  Apart from the huge carbon footprint of crops imported from the other side of the world, which these magazines almost never consider, the articles are rarely promoting organic, so the produce is stuffed with cocktails of unknown chemicals, many of which are banned in Europe, and actually damaging to health! Apart from things which obviously can’t be grown here or in the UK, like exotic herbs or pantry goods such as rice which have to be imported and then stored – shopping locally, and eating seasonally and organic for our fresh produce is the very best way to support a cleaner environment, biodiversity and also jobs, in our own neighbourhood.  Perhaps that would even lead to a resurgence of greengrocer’s shops?  A temple of vibrantly fresh delights that I remember from my childhood, and which are a rarity now. That would surely be a win/win situation for everybody – except the local shops and supermarkets who negotiate contracts months or sometimes even years in advance, to conveniently buy and sell the same fresh produce virtually all year round!  

Perhaps it’s time that shops promoted local food – since we’re being told we should all think about our carbon footprint and go vegan?  By the way – that argument simply doesn’t hold water!  Going vegan won’t remotely help to save the planet unless it’s organic as well, since soil carbon destruction caused by agricultural chemicals is one of the biggest contributors to soil erosion and pollution, and accelerating climate change.  Sustainably-reared, regenerative organic livestock grazing pasture not treated with artificial fertilisers or selective weedkillers in fact helps to sequester carbon into soils, by stimulating soil health and the microbial activity in soils which fixes carbon and that artificial chemicals destroy.  I agree that we should all be thinking about transportation emissions and air miles – but one interesting point was made quite recently by Dr. Matthew Jebb, Director of our National Botanic Gardens, in his talk at The Totally Terrific Tomato Festival last August.  He told us that he had worked out that most early and late season greenhouse produce grown in Southern Europe, where the climate is warmer, actually has a substantially lower carbon-footprint – often five times lower, than the same produce grown in the UK and Ireland – even making allowances for transportation etc.  That’s because of the high energy use and carbon footprint of forcing early produce in the British Isles. So imported tomatoes or peppers may not be quite so bad after all?  It’s a difficult balance sometimes, and I think that a bit of common sense and consumer education  is needed – but I definitely think that the answer is to eat mainly seasonal organic foods, which are local if possible. Anyway, in my opinion, that’s a far more enjoyable way to eat – as it means that we get to look forward to certain foods, and enjoy them at their absolute peak of freshness and nutritional perfection, in their proper, natural season in our hemisphere.

Les réductions de prix dans les supermarchés peuvent vous donner des légumes moins chers – mais elles ont un prix !

Malheureusement, comme d’habitude, ce ne sont pas les producteurs qui font de gros bénéfices, mais les supermarchés qui semblent cyniquement penser qu’ils peuvent faire payer ce qu’ils veulent pour des produits biologiques. Bien que certains discounters tels qu’Aldi stockent davantage de produits biologiques à l’heure actuelle – surtout en Allemagne – malheureusement, dans de nombreux cas, les supermarchés compriment ce qu’ils paient aux producteurs afin de maintenir leurs prix artificiellement bas. Si les supermarchés compriment trop les prix des producteurs, ils vont baisser comme beaucoup l’ont déjà fait. Cela signifie que moins il reste de producteurs, plus ils sont vulnérables aux brimades des supermarchés, et cela peut nous laisser
avec moins de choix aussi ! J’ai passé de nombreuses années en tant que producteur biologique commercial et je sais à quel point c’est difficile, surtout lorsque les supermarchés ne veulent que des tailles et des formes adaptées à leurs exigences en matière d’emballage. Ce qui rend la vie encore plus difficile pour les producteurs, c’est qu’il est de pratique courante de payer les producteurs un minimum de trois mois APRÈS que vous ayez fourni votre produit ! Les exigences des supermarchés en matière d’emballage génèrent également une énorme quantité de déchets alimentaires, dont une grande partie est mise en décharge, ce qui génère du méthane, un gaz qui change le climat ! Lorsque j’étais producteur commercial, je me retrouvais avec au moins un tiers de mes concombres soit un peu trop longs, soit un peu trop courbés pour leurs critères ridicules – qui ne concernent bien sûr que l’aspect cosmétique, la taille et la commodité de l’emballage pour eux !

Ma réponse, à savoir qu’environ la moitié de mes produits étaient rejetés pour des raisons purement cosmétiques, a été de mettre en place le tout premier système de boîte biologique à Dublin – au début des années 1980. J’ai également fourni le tout premier marché de producteurs en Irlande, la Dublin Food Coop, qui a vu le jour à la même époque. Bien que cela ait été incroyablement difficile et ait pris beaucoup de temps, l’un des avantages de la vente directe aux clients a été de me permettre d’informer les gens sur les avantages de l’alimentation biologique de manière personnalisée et de répondre à leurs questions. J’ai pu expliquer pourquoi le bio n’est pas seulement meilleur pour nous, mais aussi pour l’environnement et pour la biodiversité. Nombre de mes premiers clients sont toujours mes amis après plus de 30 ans, et tous sont des consommateurs bio engagés, bien que je ne les fournisse plus, ayant arrêté la culture commerciale au milieu des années 1990. Acheter des produits directement auprès d’un producteur local ou d’un marché d’agriculteurs est également une chose très agréable à faire en tant que consommateur. C’est plus frais et souvent moins cher, car on élimine l’intermédiaire – et les producteurs gagnent aussi plus, car ils ne sont pas pressés par les supermarchés avides et sont payés immédiatement. Mais n’oubliez pas que ce sont des gens très occupés qui travaillent de longues heures – et même s’ils aimeraient bien discuter toute la journée, ils n’ont vraiment pas le temps !

Le gaspillage alimentaire est un problème que je souligne depuis de nombreuses années – il est donc vraiment bon de voir des célébrités de haut niveau s’impliquer maintenant dans ce problème. Elles peuvent donner une plus grande visibilité au problème. Il y a quelques années, j’ai regardé une émission à la télévision qui montrait des poireaux taillés et emballés pour les supermarchés – ils coupent presque tous les beaux bouts verts – qui sont en fait les plus nutritifs – gaspillant environ 2/3 des poireaux et ne laissant que le jarret blanc. Sinon, les poireaux n’entreraient pas dans l’emballage du supermarché ! C’est l’un des meilleurs aspects de la culture du poireau : vous pouvez cultiver les variétés les plus savoureuses et utiliser chaque partie nutritive ! Manger en fonction des saisons et cultiver ses propres poireaux vous donne également le plaisir d’attendre avec impatience que les choses atteignent le sommet absolu de la nutrition et de la gourmandise. Aujourd’hui, dans notre monde trop homogène et globalisé où tout ce qui a un goût fade est disponible toute l’année, d’on ne sait où, beaucoup d’entre nous se font voler l’appétissante anticipation de pouvoir manger la toute première chose. Je pense que cela détruit une grande partie du plaisir que nous devrions prendre en mangeant des aliments de saison et en étant en contact avec la nature. On ne peut pas homogénéiser la nature ! Mon billet d’avril expliquant exactement pourquoi il est préférable pour nous de manger des aliments de saison, biologiques et locaux est ici : http://nickykylegardening.com/index.php/blog/492-for-the-highest-nutrients-in-fruits-and-veg-timing-is-everything

Plaisir éternel

Glin Castle Kale

Je suis vraiment ravi de ce chou frisé pérenne « Glin Castle » que des amis m’ont offert il y a quelques années. Non seulement il est apparemment imperméable à presque tous les parasites et maladies connus, mais il est aussi productif, délicieux, résistant et incroyablement facile à propager à partir de boutures ! Elle veut juste pousser et j’aime les plantes comme ça ! C’est un véritable parangon de légumes ! Je me réjouis maintenant de pouvoir cultiver le chou frisé pour toujours – sans aucun problème – et je suis tout à fait d’accord pour faire moins de travail ! Si l’on considère que le chou frisé est l’un des légumes les plus sains que l’on puisse manger, qu’est-ce qui pourrait être mieux ? Mandy Barbour, d’Incredible Vegetables, a des variétés similaires, mais je sais qu’elle a une liste d’attente depuis un article sur les choux pérennes dans un des journaux nationaux. Mes amis ne savaient pas d’où venait ce chou frisé, mais apparemment il a été apporté au château de Glin (ancienne demeure de feu le chevalier de Glin) par un des cuisiniers de son village. Je ne suis pas sûr qu’il s’agisse de la même variété que le chou frisé de Daubenton qui venait de France à l’origine – mais je pense que c’est possible. Il serait intéressant de les comparer. L’histoire des légumes est fascinante, car elle ne se limite pas à l’histoire du jardinage et de la cuisine, mais englobe également l’histoire sociale, puisque bon nombre des légumes utiles dont nous jouissons aujourd’hui ont voyagé avec divers peuples migrateurs venus de nombreux pays du monde entier.

Comment manger un chou et en avoir quatre autres !

Beaucoup de gens pensent que les légumes meurent lorsqu’ils sont récoltés – mais ce n’est pas le cas. Quiconque est aussi désordonné et désorganisé que moi sait qu’en laissant par inadvertance quelque chose au fond du tiroir à légumes du réfrigérateur, il ne le découvre que plusieurs semaines plus tard, en essayant de le faire pousser à nouveau ! Vous pouvez en fait utiliser à votre avantage cette détermination tenace des plantes pour rester en vie, en les encourageant à s’enraciner à partir de leurs tiges. Tous les légumes ne le font pas – mais beaucoup sont prêts, voire désireux de le faire ! Les choux sont particulièrement faciles à enraciner.

Une chose amusante à faire si vous avez oublié de semer des choux d’hiver et que vous achetez actuellement des choux rouges ou blancs à cœur ouvert, ou si vous voulez une récolte continue de feuilles de choux pour les salades, est d’en arracher le cœur. Ce que vous devez faire, c’est couper les feuilles de l’extérieur du chou, en laissant un cœur intact, en forme de pyramide. Placez ce cœur dans un verre ou un bocal, avec un peu d’eau dans le fond. Veillez à ce que la base de la tige ne soit pas submergée, sinon elle risque de pourrir. Il doit juste toucher l’eau ou se trouver juste au-dessus. Vérifiez quotidiennement, en faisant l’appoint si nécessaire pour maintenir le niveau constant. Dans quelques jours, les racines auront germé et lorsque celles-ci seront assez grosses, vous pourrez les mettre en pot dans un petit pot de compost bien drainé, de préférence sans tourbe. À cette époque de l’année, mettez-le sur un rebord de fenêtre ensoleillé, au printemps et en été dans une serre ou un cadre froid. Lorsque vos nouvelles plantes sont bien enracinées dans leurs pots, vous pouvez les planter soit dans le jardin ou dans le polytunnel, soit dans un pot plus grand.

Les nouvelles plantes produiront plusieurs tiges, une à partir de chaque joint de feuille restant, qui seront assez encombrées. Vous pouvez soit les laisser telles quelles et les couper pour obtenir des feuilles de salade selon les besoins, soit les éclaircir pour obtenir de petites têtes cordiales. Vous pouvez aussi couper la tige en quatre lorsque vous la sortez de l’eau, si elle a suffisamment de racines pour soutenir chaque partie. Vous aurez alors quatre plantes à rempoter, et si vous limitez les tiges à une seule pousse, elles produiront des têtes de taille normale, selon la période de l’année. Comme les choux sont bisannuels, s’ils ne sont pas coupés, ils finiront par devenir des pousses fleuries en été, qui produiront à terme des graines. Ainsi, même si vous oubliez de les arroser et qu’ils s’envolent prématurément, les abeilles seront quand même heureuses !



1. Oignons de printemps ou gallois enracinés dans un bocal d’eau, prêts à être rempotés et à repousser
2. Oignons de printemps ou oignons gallois, alias oignons verts, bien enracinés et mis en pot pour repousser


3. Les oignons gallois alias oignons de printemps ou oignons verts peuvent également être facilement replantés pour devenir une culture pérenne utile
4. Le chou fait un nouveau cœur – il repousse à partir de la tige après avoir été coupé en 4 quartiers !

Vous pouvez faire exactement la même chose avec les oignons de printemps, qui dans la plupart des cas sont maintenant en fait des oignons japonais ou gallois, et qui sont en fait vivaces. Enracinez-les dans un bocal avec une petite quantité d’eau de la même manière, et dès qu’ils sont suffisamment bien enracinés, rempotez-les ou plantez-les, selon la période de l’année. Elles se multiplieront progressivement et pourront être coupées plutôt que d’être arrachées au début, laissant les racines dans le sol pour faire germer à nouveau les pousses supérieures. Elles se multiplient progressivement et peuvent ensuite être arrachées comme des oignons verts si vous le souhaitez, mais je trouve que les couper directement fonctionne bien et qu’elles sont toujours là quand j’ai besoin de goût d’oignon dans les salades ou les frites.




1. De minuscules feuilles et racines commencent à germer à partir des restes du cœur du chou rouge pour repousser
2. Nouvelle plante de chou repoussée à partir d’une tige coupée en quatre
3. De belles racines sur un plant de chou repoussé, prêt à être planté

Giant winter spinach ViroflexEpinards d’hiver géants Viroflex

Jusqu’à récemment, l’automne a été plutôt doux et ma deuxième année d’essai de « récolte tardive » d’épinards d’automne dans la plate-bande du nord-est, à l’extérieur du jardin potager, a de nouveau été un grand succès. Les trois variétés continuent à pousser et à donner de très bonnes récoltes. Les variétés que j’ai cultivées sont Matador, Missouri et Viroflex. Cette dernière remporte un franc succès pour sa texture, sa saveur et sa résistance au gel ! C’est maintenant la cinquième année que je le cultive. J’en ai été ravi l’année dernière, en particulier la culture tardive dans le polytunnel – qui a duré beaucoup plus longtemps que toutes les autres – jusqu’en avril. En fait, j’ai dû le sortir avant qu’il ne soit terminé car j’avais besoin de sa place ! C’est un hybride de la vieille variété française Monstreux de Viroflay – et la famille l’a votée de loin la plus délicieuse, tant crue que cuite. Il s’agit en fait d’une variété spécifiquement destinée aux semis d’automne pour passer l’hiver à l’extérieur et elle a des feuilles très grandes, épaisses, charnues et fermes. Les autres sont des variétés d’été que j’ai cultivées à titre de comparaison, mais il y a une différence marquée dans la texture de leurs feuilles. Par rapport à Viroflex, elles ont toutes deux des feuilles beaucoup plus fines, moins savoureuses et beaucoup plus vulnérables au gel. En outre – aucun des deux n’a aussi bien réussi dans le polytunnel l’hiver dernier – la floraison est beaucoup plus rapide. Viroflex est disponible auprès des producteurs de semences biologiques Real Seeds au Royaume-Uni.

Ces dernières années, nous avions déjà eu – 6 degrés. C soudainement au tout début du mois de novembre. La même chose s’est produite cette année encore – mais nous avons maintenant besoin de quelques bonnes gelées pour les panais. Je pense qu’ils ne sont jamais bons tant qu’ils n’ont pas eu quelques bonnes gelées pour les inciter à transformer leur amidon en sucre. Au fait, n’oubliez pas que ces sucres sont enveloppés dans l’emballage complet du légume, avec tous les autres nutriments et fibres. Il est donc un peu injuste de les comparer au sucre pur comme le font certains « low-carbers », d’autant plus qu’ils contiennent beaucoup de fibres prébiotiques, de vitamines, de minéraux et d’autres phytonutriments importants. Comme nous n’ajoutons pas de sucre « libre » non nutritif à quoi que ce soit, je pense que nous pouvons nous permettre quelques panais sucrés et nutritifs ! Il peut sembler étrange à certaines personnes de se réjouir du temps plus froid, mais les panais sont si beaux que j’ai hâte de les manger ! Ma façon préférée est de les rôtir – mais les panais sont très polyvalents et peuvent être utilisés de nombreuses façons différentes – même dans des gâteaux rares ! C’est l’un des légumes de saison dont je ne voudrais jamais me passer, mais ils sont si chers à l’achat dans les magasins si vous voulez du bio – toujours environ un euro par panais !

C’est la saison de la nourriture réconfortante de l’hiver !

Early red cabbage 'Red Rookie' & celeriac 'Albin'Je ne soulève pas encore de panais – mais voici une photo de la nouvelle variété de céleri-rave que j’ai essayé pour la première fois il y a quelques années – appelée Albin. Il donne de grosses et délicieuses racines idéales pour rôtir, écraser ou utiliser dans les choux d’hiver. L’autre légume que j’aime dans les salades d’hiver ou les ferments est le chou rouge – et la variété représentée ici est appelée « Red Rookie » (photo ici), dont j’ai parlé au début de l’année. C’est la variété la plus précoce jamais obtenue et elle était prête à être utilisée en août. Il a un goût délicieux et m’a vraiment impressionné depuis, avec sa capacité à résister à la fissuration après les fortes pluies que nous avons eues. Elle n’a cessé de grossir. Les deux photos que j’ai coupées ce matin pesaient presque 2,5 kg chacune ! Il est certain que je vais continuer à les faire pousser à partir de maintenant. Ses frères et soeurs vont maintenant être coupés et stockés dans le hangar frigorifique pour l’hiver. (Vous trouverez la recette de ma « salade de chou arc-en-ciel » dans la section « recettes »), je l’utilise également pour les cornichons et pour préparer mon délicieux chou rouge braisé, cuit lentement et épicé, qui accompagne très bien les viandes riches comme l’oie ou le canard, et aussi, curieusement, les lasagnes.

C’est drôle comme le goût de la nourriture rappelle des souvenirs – j’ai goûté pour la première fois à des lasagnes et à du chou rouge en ragoût ensemble il y a de nombreuses années, lors de la fête d’hiver du 21e anniversaire d’un ami – et cette soirée me revient toujours à l’esprit lorsque je les mange ensemble. Il se marie aussi très bien avec des panais rôtis ou en purée. J’ai maintenant essayé presque toutes les variétés de panais hybrides F1 – et même s’il est vrai qu’elles sont plus vigoureuses et plus uniformes, une nouvelle variété n’est pas toujours meilleure. Le plat le plus réconfortant pour moi à cette époque de l’année est un énorme plat de panais, de betteraves, de carottes, d’oignons rouges et de patates douces, mélangés à de l’huile d’olive et à des feuilles de thym, puis rôtis à four chaud jusqu’à ce qu’ils soient tendres et légèrement caramélisés sur les bords. Irrésistible – chaud ou froid ! Une délicieuse friandise sans culpabilité qui peut être dégustée tout au long de l’hiver ! Maintenant, chaque fois que je passe devant le lit de panais – avec leurs larges têtes blanches si prometteuses – j’ai l’eau à la bouche à la perspective ! Roulez sur une autre bonne gelée !!

Une salade croquante et croustillante – la robuste « Jack Ice ».

Lettuce 'Jack Ice' - just after planting in early SeptLettuce 'Jack Ice' - just after planting in early Sept
Une salade que je fais pousser depuis plusieurs années est la délicieuse « Jack Ice », toujours de Real Seeds (photo ici). Ces dernières années, elle s’est avérée être une très bonne laitue d’hiver pour le polytunnel. Cette année, je la cultive à nouveau dans le tunnel. Ses feuilles sont fermes comme l’extérieur d’un iceberg et sont délicieusement croquantes. Jusqu’à présent, elle s’est avérée résistante aux maladies et elle a tout le croquant des feuilles extérieures d’un Iceberg, avec un goût bien meilleur et vraiment sucré que tout le monde aime. Il ne fait pas de cœur du tout et continue à être cultivé pendant des années. Il suffit d’arracher les feuilles de l’extérieur quand on en a besoin. Elle est également beaucoup plus nutritive que la laitue Iceberg et constitue une très bonne alternative à la salade César si vous n’avez pas la classique laitue romaine aux feuilles croquantes ou une Little Gem que j’aime également pour cela. C’est l’une de mes laitues préférées maintenant et je la ferai toujours pousser maintenant. Comme c’est une variété hybride non F1, vous pouvez aussi en conserver vos propres semences, ce qui est utile si vous vivez ici, car Real Seeds UK n’envoie plus de semences en Irlande à cause de Brexit !

La Jack Ice est sans aucun doute une bonne idée pour vos commandes de graines si vous aimez la salade croquante comme moi – et que vous ne supportez pas ces mauviettes à tête de beurre qui se flétrissent rapidement dans les salades ! Il y a quelques années, j’ai même fait l’expérience de transplanter une assez grosse Jack Ice dans le tunnel à cette époque de l’année, depuis l’extérieur – avec une bonne grosse motte de racines. Cela ne m’a pas dérangé et j’ai semblé apprécier l’abri – je ferai donc de même avec les bonnes racines qui restent dehors maintenant, car on prévoit d’autres gelées dans les prochains jours. Vous ne pourriez pas vous en tirer au printemps, sinon ils s’envoleraient immédiatement – mais à cette époque de l’année, la croissance ralentit et ce n’est généralement pas un problème. C’est bien mieux que de laisser une laitue en parfait état, avec potentiellement plusieurs semaines de récolte supplémentaires, dehors à la merci des gelées ou des pigeons en maraude ! Je vais enlever le reste de la laitue extérieure le lendemain environ et recouvrir le lit libéré de quelque chose pour empêcher les mauvaises herbes de pousser et empêcher la perte de nutriments en cas de fortes pluies d’hiver. J’en aurai besoin au début de l’année prochaine, afin d’éviter que le lit ne soit plus humide et que les nutriments ne soient perdus par lessivage lors des pluies d’hiver.

Attention au sol humide maintenant

Si votre sol est très humide après toutes les pluies que nous avons eues récemment – alors ne faites pas de plantation même si vous poussez sur des plates-bandes surélevées comme moi, et ne marchez pas du tout sur le sol si vous poussez sur le plat – vous ferez plus de mal que de bien. Le vieil adage du jardinier qui s’applique toujours est le suivant : « Si la terre colle à vos bottes, c’est qu’elle est trop humide pour travailler » ! – Ou même pour marcher ! Tout ce que vous ferez, c’est endommager gravement la structure du sol, en le compactant et en écrasant l’air. Cela réduit sa capacité de drainage, ce qui rend la pénétration des racines des plantes beaucoup plus difficile et les empêche de trouver les nutriments dont elles ont besoin. Le sol est une chose vivante – il a également besoin d’air, et la protection de sa structure est tout aussi importante que la protection de vos plantes – en fait, plus importante. Une bonne structure du sol qui contient de l’air est vitale pour tous les micro-organismes qui y vivent, ainsi que pour le compost riche en nutriments et en humus et les fumiers d’animaux.

Un grand délire sur le fumier !

Il y a quelques années, j’ai été pris à partie par quelqu’un qui citait un « expert » particulier – qui entasse du compost et du fumier sur des plates-bandes de légumes vides, les laissant ouvertes et vulnérables à tous les éléments pendant l’hiver. Apparemment, cet « expert » disait que « certaines personnes travaillant dans le domaine de l’agriculture biologique ne savent pas de quoi elles parlent » lorsqu’elles affirment que cela entraîne une perte de nutriments et de la pollution ! L' »expert » pourrait-il alors expliquer exactement pourquoi il est désormais illégal, en vertu de la législation européenne, de faire cela à l’échelle d’une exploitation agricole pendant l’automne et l’hiver – précisément en raison des risques potentiels que je mentionne ?

En tant qu’ancien membre du comité irlandais des normes biologiques, je sais que le comité de certification n’accorderait jamais le statut de « certifié biologique » à un agriculteur ou à un producteur qui le ferait, même à petite échelle. Les agriculteurs biologiques doivent faire preuve d’une extrême prudence dans la gestion du fumier, sans quoi ils risquent de causer autant de pollution que les agriculteurs non biologiques. Les jardiniers et les jardiniers associés ne devraient pas le faire non plus ! Dire que le fait de le faire à l’échelle du jardin « n’a pas d’importance » – ou que « ce compost organique « bien fait » conserve tous ses nutriments » – même lorsque de fortes pluies le traversent, est franchement absurde !

C’est un peu comme si l’on disait que « l’utilisation de quelques boulettes de limaces n’a pas d’importance » (même expert !) – après tout, elles ne font que tuer la faune et polluer les eaux souterraines, n’est-ce pas ? Ou peut-être en disant que « l’utilisation d’un peu de tourbe n’a pas d’importance » ! …Après tout, l’utilisation de la tourbe ne fait que détruire les tourbières et toute la biodiversité qui y est associée, en libérant autant ou plus de carbone stocké que la coupe des forêts tropicales ! Et aussi en permettant aux eaux de crue de s’écouler dans les systèmes fluviaux beaucoup plus rapidement que la normale, avec les inondations qui s’ensuivent !)

Pour moi, l’attitude « que mon/notre petit bout ne fait pas de différence » est égoïste à l’extrême – et franchement, il me semble souvent qu’elle courtise la popularité bon marché – au détriment de notre santé, de celle de l’environnement et qu’elle contribue au changement climatique. Je préfère plutôt risquer l’impopularité en disant des choses qui ont vraiment besoin d’être dites !

Si les composts et les fumiers ne contenaient pas de nutriments solubles dans l’eau, les plantes ne pourraient pas pousser ! Pour le démontrer, il y a quelques années, j’ai pris une poignée de mon précieux compost organique « bien fait », mûri pendant deux ans (je défie tout le monde de produire mieux !), dans son tas qui a toujours été couvert, sauf quand j’en sortais. Je l’ai mis dans un bocal avec de l’eau, je l’ai remué et je l’ai laissé se déposer pendant 4 heures. Vous pouvez voir le résultat clairement ici. La matière organique lourde s’est déposée au fond, les fibres plus légères de carbone insoluble au sommet et l’eau riche en nutriments entre les deux – qui serait naturellement la première à s’écouler si le compost était laissé dehors par tous les temps ! Au cours d’un hiver normal, de nombreux autres éléments nutritifs de la couche inférieure, plus lourde, seraient également décomposés progressivement par l’action des bactéries, des champignons et des microbes du sol, et seraient ensuite lessivés. Essayez vous-même l’expérience si vous ne me croyez pas ! (Celui du pot de confiture – ne pas laisser des tonnes de fumier ou de compost à découvert tout l’hiver dehors !)

2 yr old compost stirred into jar of water - after settling shows heavy organic solids at bottom, lighter material at top and water soluble nutrients in between

Un compost de 2 ans mélangé à de l’eau. Au moment de la décantation, il présente des solides organiques lourds en bas, des matières carbonées plus légères en haut et des nutriments solubles dans l’eau entre

Five star, two year old matured compost! - Almost edible!

Compost mature cinq étoiles, âgé de deux ans. Presque comestible – il sent délicieusement bon !

I know it’s very often difficult for some people to accept that something they may have been doing for years – and also advising others to do – could perhaps be wrong. But I have to say that such a blinkered and rather selfish ‘refusal to accept reality’ attitude, particularly when it applies to possible pollution, reminds me somewhat of the 1960’s and the passionate advocates of the pesticide DDT!  As you know it was later banned!  Or again reminds me of the current Glyphosate debate – and in the future I have no doubt that it will also be banned – but sadly not soon enough for the many more people whose health will be ruined by it, or the biodiversity which will undoubtedly be killed by it in the meantime!  

Forty years ago people like me were labelled as ‘organic fascists’ and ‘extreme nutcases’ by many pro-chemical agricultural journalists and the farmers who read their columns! Now a much more enlightened Irish Farmers Journal actually has it’s very own dedicated organic section!!  The climate change and antibiotic-resistance that we were also warning about over 35 years ago are sadly also now an accepted fact.  Although again – we were called extremists and nutcases at the time for voicing our concerns about their overuse – especially their use as gut-microbe destroying growth promoters in livestock, purely in order to extract more profit! 

I hope it doesn’t take as long to ban the poisonous DNA damaging EDC (endocrine-disrupting) pesticides and weed killers like Roundup/Glyphosate which I believe are responsible for many of our modern non-communicable diseases like cancer and Type 2 diabetes – but sadly it’s a constant fight against vested commercial interests, corrupt politicians and also sadly even many of the scientists who are in their pocket! I was actually even threatened by direct personal message on Twitter a few years ago by one well-known, pro-GMO and pesticides scientist who I was following at the time, and who works for a seed company secretly owned by a multinational chemical company, as many now are. Although I didn’t mention who he was (just saying that some scientists were for sale to the highest bidder) – I clearly touched a nerve there!  Needless to say I unfollowed him after that, so that he was no longer able to threaten me by Direct Message on Twitter!

However, time and science move on, and hopefully we also learn! Perhaps gardening ‘experts’ who lash on the manure and use peat composts think that the EU experts and concerned scientists also don’t know what they’re talking about?  I’m not always well known for being a supporter of EU legislation – particularly when it comes to things like seed and plant patents etc. – but I wholeheartedly agree with any legislation which stops pollution or damage to humans, biodiversity and soil health! Unfortunately the protections of EU environmental law may no longer protect the UK after the Brexit decision. The environment will then sadly be under even more threat, when the UK is keen to placate the vociferous pro-chemical farming lobby and also cultivate USA trade and the large multinationals who don’t give a damn about anything other than profit! 

Just another ‘geeky’ fact to back up my argument – under Irish implementation of EU wide legislation – it is actually illegal to spread manure or composts onto land after 15th October, and illegal to inject slurry after 31st October. According to the Irish farm advisory service Teagasc’s expert Stephen Alexander – even in warm sunny weather, heavy gaseous ammonia (nitrogen) losses into the atmosphere can also occur – so leaving manure or compost uncovered is not actually a good idea at ANY time of year – as I’ve so often said!  I rest my case! 

DON’T dig in manure and then leave ground bare over winter either, as suggested by all the old-fashioned gardening books written in another era and also those ‘to do’ lists copied straight out of them, by many of today’s supposedly informed columnists in garden magazines! This may seem to be the easy route to a good soil structure with frost breaking up heavy clods of clay to a fine ’tilth’ – but as I’ve just mentioned – there is absolutely no doubt that doing this does lead to leaching of nutrients, pollution of ground water and carbon loss. It costs us all vast sums of money in taxes to clean up our drinking water and rivers etc. which are polluted by organic nutrients, as well as by agricultural chemicals such as the metaldehyde slug pellets and weed killers etc. used in conventional farming. Ground should always be covered either by a current crop, a ‘cover-crop’, a green manure or even just weeds, as these will hold onto nutrients and protect the surface of the soil. Otherwise cover it with polythene, old carpet etc. – or anything that will stop rain washing through it!  The worms will then do just the same job that frost and piles of manure would have done – with the added benefit that if we get a mild winter – the ground won’t get covered with slug-encouraging weed growth while your back is turned!  This is terribly important in Ireland with our normally mild, wetter winters. Winters everywhere seem to be getting wetter now as a consequence of climate change – and we have to change our gardening methods to take account of that – not stay stuck in a very different past!

A healthy living soil – full of everything plants need to be healthy is the basis of all successful organic gardening. Take care of your soil – and your soil will then take care of your plants – ensuring that they have all the nutrients they require and as a consequence are healthy! Those healthy plants will in turn take care of your health!

When you’re ordering seeds – buy some green manure seeds to sow after clearing summer crops next year, on any ground that may be empty and won’t be needed too early in 2020.  In Ireland our early spring weather can often be very mild, but too wet to allow the digging in of more fibrous green manures like Hungarian grazing rye early enough for them to have time to rot down sufficiently before sowing early crops, so cover ground you will need for any very early sowing or planting with a light layer of good compost, and then black polythene such as recycled silage cover, which will block the light and stop weeds growing. This will keep the worms working snugly undercover all winter – leaving a perfect weed-free, nutrient-rich crumbly surface that will not require the action of frost to break it down in order to be ready for minimal cultivation – the work will all be done for you, and all you will need to do in spring is just scratch over the surface with a hand cultivator, or fork it over very lightly. My favourite garden tool is a long-handled, three-pronged cultivator that has a hoe on the reverse – I’ve had it for about 30 years and it’s brilliant – almost the only tool I ever use. It’s ideal for shallow cultivation. I’ve had to renew the handle quite a few times! I only use my father’s lovely sharp old garden spade for planting trees now.

Uncover the ground a few times over the winter on dry days – the birds will be delighted to clear up any slugs and their eggs etc, but be sure to re-cover securely again before any rain. If you have ducks you can let them in to clear up slugs too. I kept Khaki Campbells and other rare breed ducks for many years – and if I just touched a piece of polythene in the garden – the ducks would come running, quacking excitedly and all piling in almost before I’d uncovered the bed! All rushing to be the first to gorge on any slugs – their favourite gourmet food! Their next favourite is anything soft and green – like juicy lettuce.  I was a bit amused to see poor Hugh Fearnley-Whittingstall losing lettuce to the ducks that some ‘expert’ had advised him to get to clear up his slug problem a few years ago, on one of those River Cottage TV programmes. Anyone who’s ever actually kept ducks could have told him that lettuce is what they really love most to eat in the whole world! 

I miss my ducks, they were such chatty, intelligent and sociable companions in the garden.  I lost so many to the foxes though that I just couldn’t bear the heartbreak any longer – particularly of losing the children’s pet ones that they used to carry around under their arms. I wouldn’t keep them in small pens – ducks can’t bear being shut up in a small area – they pine and it’s very cruel to them. I was terribly upset a few years ago to see ducks in a ‘Bloom show’ garden penned into their minute pond all day – cruelly forced to swim round and round because there wasn’t even room to get out to sit on any dry land at the side. They also had no plants to shade them from the blisteringly hot sun which they hate. It was torture for them, and was a disgraceful example to the public – making them think that it was the way you should keep ducks! I complained several times but was, as usual, treated like some kind of extreme nutcase. Some people seem to think that poultry are just ornaments and don’t have feelings! When in reality they are highly intelligent and ducks will even answer to their individual names! 

Soyez prêt à une rapide dissimulation

Je sais que certains d’entre vous n’aiment pas utiliser le polyéthylène, mais je réutilise la plupart des miens depuis plus de 25 ans maintenant, ce qui est parfaitement possible s’il s’agit d’une forte teneur et si vous le rangez soigneusement à l’abri de la lumière lorsqu’il n’est pas nécessaire, au lieu de le laisser traîner dans le jardin comme certains que j’ai vus ! Si vous n’en trouvez pas pour le recyclage, vous pouvez acheter des couvertures d’ensilage à un prix relativement bas dans les magasins de fournitures agricoles – et elles sont bien plus avantageuses que les produits fragiles en petits paquets des jardineries ou des magasins de bricolage, qui se dégradent rapidement à la lumière, puis se décomposent et polluent l’environnement. Rassemblez quelques amis et achetez-en. Il est facile de les couper à la taille de vos lits, car elles sont soigneusement pliées puis enroulées ; il suffit de les dérouler et de les couper sur la largeur des plis. Peut-être que votre groupe local de GIY pourrait se réunir et acheter un rouleau. Veillez à le couper plus large que vos lits pour que la pluie puisse s’écouler et que vous puissiez le fixer de chaque côté avec des planches, des blocs ou autre chose de lourd.

Assurez-vous d’avoir suffisamment de polaire pour pouvoir en avoir toujours une sèche prête à couvrir les choses en cas de gel prévu si vous n’avez pas de cloches – ce qui peut être coûteux. Les pinces à linge en bois sont également utiles, car elles permettent de fixer la toison à des cannes ou à des arceaux, plutôt que de la laisser reposer sur la récolte. Le soir, il peut souvent y avoir de la brise, puis le vent tombe soudainement vers minuit et il peut y avoir un gel dur. Les piquets en plastique ne fonctionnent pas aussi bien. Un cadre ou une cloche fait maison peut être tout aussi efficace, mais vous devrez quand même l’enlever ou la soulever pour la ventiler par moments, sinon l’air froid et humide provoquera très rapidement la pourriture des cultures de salades. Ce n’est pas si grave, quand on pense à l’argent que vous économiserez en achetant de la laitue biologique – importée et âgée de 3 à 4 jours minimum – même si vous la trouvez ! Cela remonte vraiment le moral par une froide journée de novembre grise et sans gaieté de voir les couleurs vives de certaines salades d’hiver lorsque je passe devant leur lit en montant chaque jour vers les tunnels.

Méfiez-vous des personnages de Slimy !

Continuez à surveiller attentivement les limaces et les escargots – si vous le pouvez, vérifiez à la tombée de la nuit et au petit matin – vous en attraperez la plupart à ce moment-là. Gardez les mauvaises herbes au sol, ce qui les encourage, et si vous avez des chemins herbeux, coupez-les très serré pour que les limaces n’aient nulle part où se cacher – elles n’aiment pas traverser un terrain dégagé. Je trouve que mettre de temps en temps de grosses pierres ou des ardoises sur les lits est un moyen très efficace de les piéger – les limaces se cachent souvent en dessous et vous pouvez les enlever et les éliminer comme vous le souhaitez ! Si vous posez des pièges à bière, recouvrez-les également d’un toit en ardoise incliné, sinon ils se dilueront sous la pluie et seront inutiles. Ne vous contentez pas de vous retirer dans la maison et de ne rien faire à cette époque de l’année – comme semblent le faire tant de gens ! Les limaces continueront à se multiplier s’il fait doux – et vous aurez un problème encore plus grave l’année prochaine ! Si vous avez un problème vraiment sérieux, il est conseillé de faire pousser des salades dans un lit surélevé entouré d’un anneau de fil de cuivre ou de ruban adhésif, ce qui les dissuade. Les autres cultures ne sont pas aussi vulnérables ! Encouragez les oiseaux à venir dans le jardin en les nourrissant – les merles et les grives aiment particulièrement les escargots – vous pouvez souvent entendre le bruit de « tap-tap » qu’ils font lorsqu’ils brisent les coquilles d’escargots en utilisant une grosse pierre comme enclume ! Mais ne jetez pas les escargots par-dessus la clôture dans le jardin d’à côté – les scientifiques ont maintenant prouvé qu’ils ont un instinct de retour et qu’ils reviendront comme des boomerangs ! …… Mais juste un peu plus lentement !

Plantation de plants d’ail et d’oignons

Vous pouvez maintenant planter l’ail dans un sol bien drainé, dans un endroit ensoleillé et dans des plates-bandes ou des conteneurs surélevés. Novembre est votre dernière chance si vous voulez de très gros bulbes avec de beaux gros caïeux. L’ail est en fait très rustique et la plupart des variétés ont en fait besoin d’une période de froid pour un bon développement des racines – mais la famille des oignons déteste rester dans l’eau et va pourrir. La seule variété d’ail que j’ai trouvée jusqu’à présent qui donne des bulbes aussi bons si elle est plantée après le Nouvel An est la « Christo ». Il y en a peut-être d’autres, mais je ne les ai pas encore trouvés. Si le sol est trop humide, vous pouvez alors planter les gousses dans des modules individuels ou des petits pots, et les planter plus tard en mars. C’est ce que j’ai fait cette année et le « Christo » a fait d’énormes bulbes avec de très gros clous de girofle. Il a un bon goût fort et c’est toujours ma culture la plus fiable. J’ai essayé de planter le « Thermidrome » après le Nouvel An il y a quelques années à titre expérimental, mais j’ai fini par obtenir de gros bulbes sans gousse comme l’ail des éléphants ! – De nombreuses variétés le font si elles ne sont pas plantées à l’automne.

Veillez à acheter des bulbes exempts de virus dans les jardineries ou en ligne – si possible biologiques. Les bulbes biologiques sont beaucoup moins susceptibles d’être porteurs de maladies car les producteurs biologiques doivent effectuer une rotation correcte, contrairement aux producteurs chimiques qui peuvent cultiver la même culture au même endroit année après année, une pratique qui peut entraîner l’accumulation de nombreux parasites et maladies. Pour la même raison, ne plantez jamais de clous de girofle provenant de bulbes de supermarché, car ils peuvent introduire des maladies et des virus dans votre jardin. La pourriture blanche de l’oignon peut durer 20 ans dans le sol, et se propager dans le jardin sur vos bottes ! Il en va de même pour les oignons et les échalotes – ils sont en fait bien mieux cultivés à partir de graines semées au début du printemps, ce qui est très facile

Early overwintered onion sets'Electric' made such large bulbs in a tub it split!Les premiers sets d’oignons hivernants « Electric » faisaient de si grosses ampoules dans cette baignoire qu’elle se fendait !

Si vous voulez faire pousser des plants pour obtenir des oignons vraiment précoces, faites-les pousser dans des pots ou des conteneurs comme sur la photo. Plantez les ensembles à environ 10 cm de distance les uns des autres. En grandissant, ils feront leur propre chambre et donneront de beaux bulbes gras de taille moyenne à grande s’ils sont arrosés régulièrement. De cette façon, si vous avez la malchance de contracter une maladie, vous pouvez jeter le compost dans le bac de recyclage des déchets verts et alimentaires, et non pas sur votre tas de compost !

Je plante mon doigt d’ail à une profondeur de 1 pied/30 cm de chaque côté à l’extérieur pour pouvoir l’intercaler avec de la laitue de printemps ou d’autres salades à croissance rapide. Cela n’affecte en rien la vigueur de l’ail et protège la surface du sol. Comme vous pouvez le voir sur la photo au tout début, je le fais aussi avec des poireaux. Mes plates-bandes font 1,5 m de large, ce qui me permet d’obtenir 5 rangées d’ail – cela a l’air propre et fonctionne bien – si vous plantez à la distance recommandée de 7-8 pouces/10 cm, il n’y a pas vraiment de place pour une culture intercalaire, qui protège en fait la surface du sol et maintient les mauvaises herbes entre les rangées d’ail en raison de l’obstruction à la lumière. J’ai essayé la culture intercalaire avec des carottes, mais cela n’a pas empêché la mouche de la carotte de voler ! Ici, le seul moyen est de couvrir les carottes de façon permanente avec un filet ou une toison, alors je les cultive séparément.

Préparez vos Brassicas maintenant !

Brussels Sprouts 'Nautic F1' making nice firm sprouts

Il faut maintenant planter des pieux dans les brassicacées comme les choux de Bruxelles pour les empêcher de se balancer par vent fort – cela peut créer un trou qui se remplit d’eau et fait pourrir les racines. Veillez également à ce que vos brassicacées et vos laitues soient protégées par un filet pour éviter que les pigeons affamés ne s’y aventurent ! Surveillez les pucerons gris, qui peuvent poser problème après le mois d’octobre doux – traitez-les immédiatement et ne les laissez pas s’accumuler, car ils peuvent être très difficiles à éliminer car ils se cachent dans toutes les crevasses des choux de Bruxelles et des brocolis, etc. De préférence, vaporisez-les avec votre doigt sur l’extrémité du tuyau d’arrosage pour les déloger – c’est généralement suffisant. Ils ne remonteront pas à la surface et les oiseaux les mangeront. Encouragez donc vos oiseaux de jardin en les nourrissant près de la parcelle de légumes. Ou utilisez un savon insecticide biologique si vous devez le faire. Nettoyez également les feuilles qui jaunissent ou qui pourrissent – ne les laissez pas traîner pour répandre des maladies – mettez-les sur le tas de compost ou donnez-les aux poules si vous en avez. Les miens apprécient vraiment les feuilles supplémentaires en hiver et ne s’inquiètent pas si elles sont moins que parfaites ! Choux de Bruxelles « Nautic F1 » sur la photo, qui font de beaux choux fermes.

Continuez à composter !

Continuez à faire du compost – essayez d’obtenir un bon mélange varié de matériaux – pas de couches épaisses de trop de choses molles comme des tontes d’herbe. Si vous avez un poêle à bois, vous pouvez également ajouter les cendres au tas, en les dispersant sur les couches, de manière à ce que la potasse soluble qu’elles contiennent soit retenue dans le compost et libérée lentement. Si vous nettoyez les feuilles, au lieu de les empiler dans des cylindres grillagés comme il est recommandé, essayez de faire ce que j’ai découvert il y a de nombreuses années. Mélangez les feuilles avec les tontes d’herbe dans un bac ou une enceinte et recouvrez-les de polyéthylène noir ou mettez-les dans un sac. Cela améliore considérablement le rapport carbone/azote, de sorte qu’elles pourrissent très rapidement en un beau compost friable et sans mauvaises herbes, tant que l’herbe était courte et ne contenait pas de graines de mauvaises herbes. N’utilisez pas de gazon traité chimiquement pour cela, ni dans votre autre bac à compost. Ces traitements de pelouse à base de mauvaises herbes et d’aliments pour animaux sont très toxiques et pourraient même provoquer des cancers chez les animaux de compagnie ! (Je suis sûr que vous n’utiliserez pas de mousses et de désherbants, mais il arrive que des amis « bien intentionnés » essaient de vous jeter des déchets d’herbe coupée).

Quelqu’un pourrait-il me dire ce qui ne va pas avec quelques soi-disant « mauvaises herbes » dans une pelouse ? Y a-t-il une loi contre les marguerites et les pissenlits – après tout, ils sont la nourriture vitale des abeilles, des papillons et autres insectes pollinisateurs qui ont désespérément besoin de notre aide ! L’utilisation de désherbants pour obtenir une surface de gazon parfaite est-elle une sorte de « contrôle » remplaçant l’instinct frustré du « chasseur-cueilleur » ? Vous ne croiriez pas le nombre de courriels que je reçois de personnes qui n’arrivent pas à persuader leurs partenaires de ne pas utiliser de désherbants – croyez-moi, je ne connais que trop bien cette difficulté !

Si des amis veulent VRAIMENT vous aider, demandez-leur de commencer à vous épargner tous leurs pots de yaourt usagés, leurs plateaux en plastique, leurs grandes bouteilles en plastique pour les mini-cloches, etc. – en fait tout ce qui peut être utilement recyclé. Les pots, plateaux de graines et étiquettes, etc. sont très chers et la plupart du temps inutiles. Faites le tour de votre service végétarien local lorsqu’il remplit les rayons au début des journées chargées – il y a une foule de choses utiles que vous pouvez recycler – demandez gentiment et expliquez pourquoi vous voulez des boîtes, etc. la plupart des gens sont généralement très heureux de vous aider. Le vrai prix, ce sont ces boîtes à champignons en plastique profond, qui sont parfaites pour semer des carottes, etc. Je les utilise aussi sur les marches de mon jardin à escabeau. Les seaux de 10 litres de mayonnaise et de salade de chou des rayons charcuterie sont également utiles – parfaits pour faire pousser des tomates ou en fait n’importe quoi d’autre ! Je n’ai jamais eu d’aussi bonnes aubergines depuis que j’ai commencé à les cultiver dans ces seaux gratuits !

C’est le « temps du rêve » pour les jardiniers qui attendent déjà l’année prochaine avec impatience. Ce n’est pas loin !

Cette période de l’année est le « temps du rêve » pour les jardiniers. Assis devant un feu de bois crépitant un soir d’hiver avec un catalogue de graines, imaginer de longues et chaudes journées d’été et d’abondantes récoltes à venir est toujours l’une de mes occupations préférées. Mais je marque toujours beaucoup trop de choses – alors après avoir fait cela, je passe en revue mes collections de sachets de graines restants de cette année, pour m’assurer que je ne fais pas de doublons et aussi pour vérifier si certains sont bien dépassés. De nos jours, il faut commander les semences assez rapidement, car les variétés populaires ou nouvelles se vendent souvent avant la fin du mois de janvier. Certaines personnes ne pensent même pas aux potagers de l’année prochaine avant le début de la nouvelle année, quand il peut être trop tard. J’ai été pris au dépourvu plusieurs fois dans le passé en ne commandant pas assez tôt !

Une autre chose que vous pouvez faire pendant les froides nuits d’hiver est d’établir le plan de culture de l’année prochaine (j’utilise du papier millimétré), en utilisant au moins une rotation de quatre cours. Il faut s’assurer qu’aucune culture n’est faite sur un terrain particulier plus d’une fois en quatre ans, afin d’éviter une éventuelle accumulation de maladies et un épuisement des nutriments spécifiques. Une rotation conventionnelle consisterait à faire suivre les pommes de terre de pois et de haricots (légumineuses), puis de la famille des choux (brassicacées), puis des racines. Cette rotation est beaucoup plus facile à planifier sur un système de lit. Dehors, dans le potager, j’utilise une rotation d’au moins cinq ans en tenant compte de cultures comme le maïs doux, les courges, etc. Dans le polytunnel, il est difficile de s’en tenir à quatre ! Essayez de noter ce qui était bon ou pas cette année, pendant que tout est encore frais dans votre esprit.

Si vous commencez à peine à cultiver des légumes ou des fruits – n’essayez pas d’en faire trop – c’est la raison pour laquelle la plupart des gens abandonnent. Il suffit de bien faire un mètre carré la première année. C’est incroyable ce qu’on peut cultiver sur une si petite surface. Le succès vous encouragera et vous apprendrez beaucoup – un désordre de mauvaises herbes peut vous décourager pendant des années ! Commencer à petite échelle vous permet également de mieux comprendre vos plantes et leurs besoins individuels – c’est la clé pour devenir un jardinier à succès.

Commandez de nombreux catalogues de semences, ils sont gratuits et remplis d’informations vraiment utiles comme les temps de culture, l’espace nécessaire, etc. – même si vous n’achetez pas chez eux. Je préfère toujours avoir les catalogues en main, plutôt que de regarder en ligne. Non seulement ils contiennent souvent beaucoup plus d’informations, mais il est aussi beaucoup plus facile de comparer les prix, à moins que vous ne passiez des heures à les écrire ! Il est étonnant de constater à quel point le prix des mêmes graines peut varier – certains catalogues contiennent beaucoup plus de graines pour moins d’argent.

Il en va de même pour les pommes de terre de semence. Si vous ne trouvez pas les variétés que vous souhaitez en Irlande, vous pouvez les commander en ligne auprès de certaines entreprises britanniques, qui disposent toutes de certificats européens. Si elles ne sont pas envoyées en Irlande, vous pouvez utiliser Parcel Motel, comme je le fais actuellement, pour beaucoup de choses, notamment les noix biologiques et d’autres produits qui sont souvent quatre fois plus chers dans les magasins d’aliments naturels irlandais, si vous pouvez vous les procurer, qu’ils ne sont affranchis par Amazon ! J’utilise une adresse de Parcel Motel à Belfast (Royaume-Uni) et ils les transportent ici et les laissent dans un casier sécurisé personnalisé pour vous dans un de leurs dépôts. Tah Dah ! Les entreprises de semences commencent à envoyer des pommes de terre en décembre, en fonction du temps. Ne reportez pas vos commandes avant de sentir la sève commencer à monter au printemps – comme le font beaucoup de jardiniers – il sera trop tard pour que les pommes de terre germent assez tôt ! Je ne suis pas sûr et beaucoup d’entreprises de semences ne savent pas non plus exactement ce qui se passera après Brexit – alors surveillez cet espace !

Si vous n’avez pas conservé les tubercules de vos premières plantations de printemps et que vous souhaitez obtenir une variété pour ma plantation « extra précoce » afin d’avoir des pommes de terre de primeur pour Pâques, commandez la variété précoce séparément pour toutes les cultures principales, car les semences ne parviennent souvent aux fournisseurs des producteurs de pommes de terre de semence que plus tard, et il peut alors être trop tard pour obtenir des pommes de terre vraiment précoces. Je contourne ce problème en conservant quelques-unes de mes meilleures « précoces supplémentaires » pour les utiliser comme semences l’année suivante, comme je l’ai déjà mentionné. Certaines années, je les ai souvent plantées quelques jours après Noël et vous aurez la chance de voir des plants de pommes de terre en vente partout ici au moins jusqu’à fin février ou mars. Mes pommes de terre de primeur habituelles sont généralement des Apaches, des Red Duke of York et des Lady Christl (qui sont les plus précoces pour le grossissement – je les cultiverai dans le tunnel à la mi-avril à partir d’une plantation de la mi-janvier). Ces dernières années, j’ai également cultivé des Mayan Gold en « primeur » – nous les avons mangées une semaine seulement après les Lady Christl à la mi-avril de cette année !

Si vous effectuez un test de pH en automne avant un éventuel chaulage – ne chauler pas le sol où vous cultiverez des pommes de terre l’année prochaine – cela peut provoquer la gale de la pomme de terre. Ils préfèrent un sol légèrement acide. Les algues calcifiées ou la chaux dolomitique sont préférables et se libèrent plus lentement que la chaux ordinaire achetée dans les jardineries. Elles apportent également d’autres minéraux et oligo-éléments précieux. L’ajout de chaux au sol chaque année va de soi, comme le font certains jardiniers, ce qui peut éventuellement entraîner un excès de calcium dans le sol. Cela peut provoquer une « chlorose », c’est-à-dire un « blocage » des éléments nutritifs qui ne sont plus disponibles pour les plantes en raison d’un pH trop élevé. Une analyse du sol vaut la peine d’être faite et un kit de test du pH bon marché peut être acheté dans n’importe quelle jardinerie ou magasin de bricolage de nos jours. Une trop faible teneur en chaux (calcium) dans le sol et un pH trop bas découragent les vers de terre et encouragent en fait le redoutable ver plat de Nouvelle-Zélande, qui préfère un sol acide – ce dont vous ne voulez pas !

J’aime partager avec vous mes idées originales et mon expérience de la culture et de la cuisson de mes propres aliments biologiques. C’est très satisfaisant et aussi très gratifiant que d’autres personnes trouvent « l’inspiration » dans mon travail. Si vous l’utilisez ou le répétez de quelque façon que ce soit, j’apprécierais beaucoup que vous mentionniez qu’il vient de moi. Je vous remercie. Bon jardinage et bon rêve pour l’année prochaine !

Cet article a été rédigé par et traduit par serre2jardin.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Serre2jardin.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.