Menu Fermer

Le potager en avril/mai 2021

Thèmes d’avril : La véritable résilience alimentaire commence par les semences…. Qu’est-ce qu’un hybride F1 ? – La triste histoire de Rosada…. Semez dès maintenant des graines super rapides pour les salades !…. Problèmes de pucerons au début du printemps ?…. Ma méthode de semis de panais et de carottes à l’aide d’un rouleau de papier toilette…. Cultiver sur les semis d’oignons pour tromper le temps !….. Durcissement des légumes précoces…. Arrêtez les mauvaises herbes et les limaces avant qu’elles ne commencent !….. En cultivant vos propres légumes, vous pouvez choisir les meilleures variétés en termes de saveur et de nutriments….. Semez vos graines ! ….. Un autre avantage de cultiver ses propres aliments est qu’il n’est même pas nécessaire d’avoir un jardin ! …. et enfin, mes réflexions sur certains « soi-disant » scientifiques !

'Jack Ice' is so delicious that it almost needs no dressing - and is the most reliable winter lettuce ever
La ‘Jack Ice’ est si délicieuse qu’elle n’a presque pas besoin d’être assaisonnée. C’est la laitue d’hiver la plus fiable qui soit.

La véritable résilience alimentaire commence par les semences

Over the last year of the COVID19 Pandemic – many of us have learnt for the first time what true food resilience means – and it doesn’t mean having a weekly supermarket ‘sweep’ of hundreds of fresh foods imported from the farthest reaches of the planet!  Because of the difficulty of sourcing fresh produce with restricted access to shops, many people decided to try growing some of their own food for the very first time over the last year, or more of it if they already did so, only to discover that unfortunately most seed suppliers, even the huge global companies, were overwhelmed by the demand, and either limited their websites, or closed them down completely temporarily as they couldn’t cope with the demand. So what can we do now to ensure that we don’t have the same problem in future? We can save our own seeds, that’s what – just as man has done for many thousands of years since we started growing food, rather than just foraging for it, up until recent decades!

It’s surprising how few gardeners save seeds now – but it really couldn’t be easier. Saving seeds is something I’ve done for years of many open-pollinated kinds of vegetables, because apart from anything else – it saves quite a lot of money!  In most cases, you don’t even have to do anything much, except to choose which plant or plants you want to save seed from, then leave them alone and wait for either bees or wind to do the pollination and wait for Nature to do it’s stuff – gradually developing and finally ripening the seed. Then hopefully giving us some good weather to harvest and complete the drying of them indoors until they are perfectly dry. This is why I grow many of the varieties of veg I want to save seed from in my polytunnel – as it’s far easier to give them the perfect dry conditions in there in what often passes for our Irish ‘summers’, and when stored properly they will keep well and remain viable for many years.

What is an F1 Hybrid? – The sad story of Rosada

So how do you choose a vegetable variety to save seed from? Well firstly one which you like obviously, and which is an open-pollinated variety – rather than being an F1 hybrid.  An F1 hybrid is a specific cross between two cultivars of the same variety of plant, performed under isolated conditions in commercial glasshouses, so that there is no possibility of the chosen known varieties crossing with any other plants. This is why F1 hybrid seed is expensive and is also why it is patented by the wholesale companies producing them, with the parents usually being a closely-guarded secret. This is sometimes how excellent varieties like the Rosada tomato – my favourite variety ever – are lost. There were many stories about how this happened, but I think the most likely (which I was told by a small family company who sell direct to the public) –  is that one of the big seed companies apparently tried to buy out the Rosada patent from the original producer, but refused to pay the asking price for the patent of this amazing tomato, which came top of all tasting tests, and so it was lost to us forever. Rosada truly is the best tomato I have ever grown, from every possible growing perspective, and for every kitchen use. I still have a few packets of seed left which have a 2014 date – so hope that they will remain viable for another few years, and by only sowing half each year and then taking cuttings of the resulting plants to produce more plants, I hope to keep it going for as long as I shall be growing tomatoes anyway! 

Many people have tried to reproduce Rosada from seed of it’s fruits – but none come anywhere near to equaling that wonderful cultivar. Quite apart from the fact that one would have to grow literally thousands to even perhaps be lucky enough to find even one let alone several which compared to it in flavour, texture, disease resistance, ease of cultivation, open habit and productivity and usefulness in the kitchen – you would then have to save seed from and grow out 100s of your selections for at least 5-6 years before you could justifiably say that any cultivar was a ‘stable’ variety. I’ve tried one or two of those so-called ‘Rosada seedlings’ – and not one of them even has an iota of it’s flavour, let alone disease-resistance. So sadly unless and until the original producer starts to produce that same hybrid again from the same parents plants – then it’s lost to us forever! 

However – there are many other good so-called ‘heritage’ varieties of not just tomatoes, but also other vegetables to grow, and growing them is extremely important. Doing this keeps them in general cultivation and preserves their genetic diversity so that it will be available for use in future breeding programmes. This is the major reason why I started The Totally Terrific Tomato Festival back in 2012, and even before that I ran various pumpkin, potato and tomato days in the late 1980s and 1990s – with the help of the HDRA Heritage Seed Library. I was trying to raise awareness of the importance of preserving genetic diversity for future food security. Those open-pollinated varieties which have the ability to adapt to local conditions, environments and a changing climate, will be far more valuable to humanity in the future than fussy and expensive patented F1 hybrids, which need to have absolutely perfect and very specific conditions to grow well – and of which we have to buy seeds every year, instead of saving our own – costing nothing but a small amount of effort. 

So what seeds shall I save this year?

Winter staples that I shall be saving seed of this year are those that I can’t reliably buy either from shops or farmer’s markets.  Veg which are not just unobtainable favourites, but also those that I have found the most useful for reliably tiding us over the winter and the so-called spring ‘Hungry Gap’ every year – not just during the last year’s lock-downs.  Those ones that over 40 years of experience have taught me are the best and most productive, until our baskets are once again filled by abundant summer harvests.  My criteria are always disease-resistance, productivity, and an ability to stand for a long time before bolting as the weather warms up in spring. Four overwintering veg that I’m specifically picking out now to save seed from this year, and the ones which I would never want to be without growing personally in winter are: 

1. Perpetual Spinach Beet, which has been going strong all winter since it first started producing baby leaves early last September, and is still producing massive harvests now.  
2.Ragged Jack kale – originally from the HDRA Heritage Seed Library about 38 years ago and which I’ve been saving seed from ever since. 
3. Chicory Pain de Sucre/Sugar Loaf – which again has been producing leaves for the tables since last autumn, and also feeding the hens! 
4. Lettuce Jack Ice – originally from « Real Seeds UK – which is truly the best lettuce I have ever grown in over 40 years of gardening and commercial growing. A ‘loose-leaved’ open-hearted variety – it produces huge crops of very substantial, crisp green tasty leaves that I pick individually all winter, it’s hugely disease-resistant and is also very resistant to bolting if kept well-watered as the weather warms up. Lattughino Rossa is also a good variety.
 5. McGregor’s Favourite beetroot which I have saved seed from ever since Carters Seeds were taken over in the late 1980s by Suttons/Dobies – a subsidiary of global giant Vilmorin/Limagraine. Many people profess to have this variety, but none that I have seen look my genuine strain, with long, narrow, strap shaped leaves so decorative that the Victorians used it as a ‘dot’ plant in their amazing bedding schemes. It featured on the BBC TV series – The Victorian Kitchen Garden. It’s stunning deep burgundy-coloured leaves are high in beneficial phytochemicals and make a delicious addition to salads and stir fries.

I shall pick out and mark the best plants of each now, and leave them to flower and then to set seed, rather than taking any more harvests from them.  Then later on in summer I’ll be picking out the best varieties of other veg then too – varieties of beans, peas, tomatoes etc. any of which I don’t currently have plenty of seeds stored. I’ll be talking more about how to do this in future blog posts.

If nothing else, the COVID19 pandemic has shown us that we humans are not totally in control of Nature as some of us mistakenly thought we were.  But also perhaps it’s taught us that Nature can truly be our ally when it comes to the true food security and resilience that comes from being able to grow our own food, or supporting reliable small local and organic producers nearby if we can’t grow our own. It has also perhaps taught many of us never to take anything (or sadly anyone), for granted, to always be as prepared as possible for the unexpected – and that relying on our own ability to produce seasonal, healthy food basics that we genuinely need to survive locally, is a lot safer than relying on global supply chains of whatever out of season produce we happen to fancy – like avocado toast! Am I the only person left on the planet who has never actually eaten it? 

Right now – I’m fantasizing about a world that could remain as unpolluted as it currently is without all the air traffic and other industrial pollution – with Beijing and the Himalayas being seen clearly for the first time in many decades. How I wish my much-missed cousin Mike, a big fan of James Lovelock’s Gaia theory, and who having lived in Beijing for 15 years working for the British Council, could see everything he predicted 25 years ago happening now.  He sadly died of a heart attack a few years ago – brought on by the continuous Beijing smog which doctors said had given him the circulatory problems of someone who would have smoked 100 cigarettes a day. And he had never smoked!  

We have a choice now – we have reached a crossroads – and now must decide the kind of world that we want our children to grow up in.  The old, polluted, unhealthy and undoubtedly dying world – or a brave new bright future for humanity and all biodiversity. It’s up to us……. and to the leaders who WE elect to lead us into that future.

Semez dès maintenant des graines super rapides si vous avez désespérément besoin de salades fraîches !

Certains d’entre vous savent peut-être que je me suis gravement cassé la cheville gauche en mars il y a deux ans – ce qui a mis beaucoup de pression sur d’autres anciennes blessures à ma jambe droite, qui étaient alors une nuisance de plus en plus douloureuse. En conséquence, j’ai finalement décidé en janvier, après avoir beaucoup tergiversé, de subir la chirurgie reconstructive recommandée sur ma cheville et mon genou droits ce printemps, car la douleur s’aggravait – et puis la pandémie de Covid_19 nous a frappés, et toute chirurgie élective a été immédiatement annulée ! Maintenant, je n’ai aucune idée de la date à laquelle je pourrai faire pousser beaucoup de choses à l’extérieur, juste au moment où les choses devraient commencer à s’activer dans le jardin ! Je n’ai pas pu faire grand-chose à l’extérieur, mais les plates-bandes surélevées sont couvertes pour l’instant et, dans les deux semaines à venir, je vais semer quelques légumes à croissance rapide dans des modules sur la table de la cuisine en prévision de pouvoir peut-être faire au moins quelques plantations dans un avenir pas trop lointain – si tout va bien. Si mes problèmes m’empêchent de cultiver beaucoup même à ce moment-là, je les ferai pousser en pots ou dans un jardin à escabeau, comme l’année dernière ! Ayant eu quelques blessures au cours de ma vie de jardinier, j’ai trouvé de nombreuses alternatives pour faire pousser les choses. C’est payant d’être flexible, et la détermination trouvera toujours un moyen ! Heureusement, je peux actuellement cueillir de merveilleuses salades fraîches, des blettes, des betteraves et du chou frisé dans le polytunnel, qui est plus facile à travailler qu’à l’extérieur. Avoir beaucoup d’aliments frais et verts à manger et pouvoir profiter du soleil et de l’air frais est tellement important pour notre santé physique et mentale – et j’ai vraiment pitié de ceux qui ne peuvent pas le faire en ce moment.

The beautiful, delicately marked Rocket flowers taste deliciously of vanilla - so it's not surprising that bees love it!Les belles fleurs de Rocket, délicatement marquées, ont un goût délicieux de vanille – il n’est donc pas surprenant que les abeilles en raffolent.

Le temps jusqu’à présent ce « printemps » a été si erratique, que de nombreux jardins sont encore beaucoup trop humides et froids pour faire quoi que ce soit – en particulier semer des graines directement dans le sol. De nombreux sols qui ont été inondés sont encore saturés s’ils n’ont pas été couverts ou s’ils n’ont pas porté une culture pendant l’hiver – et même si ce n’est pas le cas, ils auront perdu beaucoup de nutriments. Donc si vous avez envie de quelque chose de frais et de vert – en semant des légumes à croissance rapide comme les épinards, les jeunes feuilles de laitue, les pousses de pois, la roquette et les légumes orientaux dans des modules, vous gagnerez au moins 2 à 3 semaines sur tout ce que vous pourriez semer à l’extérieur maintenant – du moins si vous le pouviez ! Vous mangerez tous ces légumes dans les 4 à 6 semaines qui suivent ! Si vous les plantez à l’extrémité de vos plates-bandes de légumes, là où ils ne gêneront pas les cultures suivantes, après avoir cueilli leurs feuilles pendant quelques semaines, vous pourrez laisser fleurir une ou deux plantes. Vous fournirez ainsi une nourriture précoce très appréciée des abeilles et d’autres insectes bénéfiques qui contribuent à la lutte contre les parasites. Beaucoup de leurs fleurs sont également délicieuses dans nos salades d’été, notamment les fleurs de roquette ci-dessus, qui ont un goût de vanille, croyez-le ou non ! Elles sont très jolies sur les salades ou même sur les desserts au chocolat en raison du magnifique veinage brun foncé de leurs fleurs ! Un double ou triple effet !

Problèmes de pucerons au début du printemps ?

Les insectes qui participent à la lutte contre les nuisibles aiment autant que nous ces fleurs précoces – ils comptent sur elles pour démarrer la saison de reproduction et aiment aussi donner un peu de protéines à leur progéniture en pleine croissance ! Ainsi, pendant qu’ils font leurs courses de nectar et de pollen, ils ramassent aussi quelques mouches vertes ou des chenilles précoces ! Le moment le plus probable où vous verrez des parasites comme la mouche verte dans un jardin biologique est sur les très jeunes et succulentes pousses émergentes de certaines plantes à cette époque de l’année – les roses en particulier y sont sujettes. Si vous avez attiré des insectes bénéfiques dans le jardin en cultivant beaucoup de fleurs précoces et en nourrissant les oiseaux de votre jardin tout l’hiver, vous aurez déjà une armée de contrôleurs de parasites prêts à vous aider à les éliminer ! Toutes les formes de jardinage perturbent dans une certaine mesure la nature – mais le jardinage biologique essaie de le faire le moins possible et de favoriser l’environnement le plus naturel possible. Très souvent, si vous constatez une forte infestation de pucerons, cela signifie que les plantes subissent un certain stress, ce qui les rend beaucoup plus vulnérables aux parasites. Cela peut souvent être dû au fait que les gens ont utilisé trop de fumier, provoquant une croissance molle et molle des plantes, ce qui perturbe les mécanismes d’autodéfense de la plante et la rend beaucoup plus attrayante pour les nuisibles.

Je vois beaucoup de gens qui utilisent des préparations maison comme des sprays à l’ail, du liquide vaisselle, etc. pour « tuer » les pucerons à cette époque de l’année en particulier – mais de nombreux liquides vaisselle contiennent des produits chimiques comme le formaldéhyde, des parfums artificiels perturbateurs d’hormones, des détergents, etc. Si ces sprays tuent les pucerons, ils doivent certainement tuer ou endommager d’autres petits insectes comme les syrphes, les chrysopes et les coccinelles, qui sont d’une importance vitale dans la lutte contre les pucerons. S’il y a trop de pucerons pour que les insectes prédateurs et les oiseaux résidents puissent s’en occuper, parce que leur nombre n’est pas encore assez élevé, un jet d’eau rapide d’un tuyau d’arrosage, avec un doigt sur l’extrémité, est tout aussi efficace, et l’eau ne tue rien ! Les pucerons ne reviennent pas sur les plantes et, plus important encore, l’utilisation d’eau ordinaire permet de manger les pucerons morts, car ils ne sont pas contaminés par quoi que ce soit d’autre, de sorte que les oiseaux et les insectes peuvent les ramasser pour nourrir leurs petits plus tard ! Je n’ai jamais eu d’infestation de pucerons que je n’ai pas pu maîtriser en utilisant ma méthode à l’eau – bien aidée par l’armée de Dunnocks, de troglodytes, de rouges-gorges, de moineaux et de parulines des saules ici présents ! Quand on y pense, n’est-il pas opportun que la nature semble organiser une surabondance de pucerons au moment où les bébés oiseaux ont besoin d’être nourris ? La nature ne fait jamais rien sans raison – comme je le dis toujours – vraiment « tout est lié » !

Ma méthode de semis de panais et de carottes « en rouleau » pour un succès garanti !

Loo roll sown parsnips, hardened off and ready for plantingPanais semés en rouleau, durcis et prêts à être plantés.

Mes panais semés au rouleau de papier toilette sont déjà endurcis et supplient d’être plantés, ils ont deux belles premières feuilles « vraies » et ils attendent impatiemment maintenant – les premiers de la file. Ils n’apprécient pas du tout d’être retardés ! Il reste encore beaucoup de temps pour les semer dans des modules longs comme des rouleaux de papier toilette, si vous n’en avez pas encore semé. Si vous n’avez pas de propagateur, elles germeront beaucoup plus vite à température ambiante dans la maison que dans un sol froid et humide. Ensuite, dès qu’ils sont levés et ont besoin de lumière, vous pouvez les mettre dans la serre ou dans un cadre froid pendant quelques semaines avant de les planter. Ils seront bien plus avancés que tout ce qui a été semé dans le sol il y a 2 ou 3 semaines – qui pourrait bien avoir pourri à cause des conditions froides et humides – et ils n’auront pas été mangés par les limaces qui sont malheureusement toujours très actives malgré le froid !

Parsnips multi-sown 3-4 seeds per module of peat-free compost.

Panais multi-semis 3-4 graines par module de compost sans tourbe.

Si la terre est encore trop collante dans les plates-bandes surélevées, je ferai ce que font les spécialistes des légumes d’exposition, comme le merveilleux Medwyn Williams, et j’enlèverai une truelle pleine de terre, je la mélangerai avec un peu de terreau organique sans tourbe pour l’assécher un peu, je la replacerai et je planterai dans ce terreau. Ils vont vraiment décoller comme des fusées. Rien n’aime être planté dans de l’argile froide et collante, car l’affermir compacte et écrase l’air. Les racines ont besoin d’une certaine quantité d’air. Le tout premier « module » devra être extrait avec précaution du coin de la boîte à champignons qui l’abrite depuis deux mois. Pour ce faire, j’utilise deux truelles étroites, de part et d’autre du premier module de rouleau de papier hygiénique, dans une sorte de mouvement de pince qui soulève très doucement le rouleau de papier hygiénique et son précieux paquet. Puis je l’abaisse dans son trou – en poussant doucement la terre vers les côtés plutôt que de la pousser du haut, ce qui écraserait le rouleau de papier toilette et dérangerait son contenu. Le secret, c’est beaucoup de soins, mais cela vaut la peine pour obtenir ces beaux panais droits plus tard !

En plus de 40 ans de jardinage biologique, j’ai appris un grand nombre de choses grâce à des expériences amères ! L’une d’entre elles est que lorsque quelque chose a été cultivé dans des  » modules  » de papier hygiénique ou dans des pots en papier, il est très important que le trou soit plus profond que le module de papier hygiénique. Je ne saurais trop insister sur le fait qu’il doit être enterré bien en dessous de la surface et ne pas être exposé à l’air – sinon, il se dessèchera sur le dessus et agira comme une mèche ! L’humidité sera extraite du module au fur et à mesure que le temps se réchauffe et que le sol s’assèche. Le module va alors également se dessécher et rétrécir – ce qui peut être un désastre complet ! Lorsqu’ils sont bien enfouis sous la surface, les modules humides de papier hygiénique ou de papier se décomposent lentement, ajoutant sans problème du carbone précieux au sol.

Une fois que vous avez extrait le premier module de la boîte ou du plateau de semis, vous constaterez qu’il est beaucoup plus facile de les retirer intacts. Je les retire de la boîte à champignons à l’aide d’une longue truelle étroite et légèrement inclinée, de façon à ce que le rouleau de loo déjà pourri soit soutenu et ne se désagrège pas. Ensuite, je les plante de la même manière, en les espaçant d’un pied environ, car un module contient trois plantes. Après cela, il suffira de désherber légèrement une fois, puis de pailler (j’utilise de l’herbe coupée), puis les feuilles légères se refermeront sur le sol et je n’aurai plus besoin d’y toucher du tout, jusqu’à ce qu’elles soient prêtes à être consommées après les premières gelées d’automne !

Au fil des années, j’ai constaté que ma méthode de module de  » rouleau de papier hygiénique  » est le moyen le plus facile de semer des panais suffisamment tôt pour qu’ils atteignent une taille décente – les petits panais n’ont jamais la même saveur ni la même utilité. Le sol est généralement beaucoup trop humide et froid avec mon sol lourd ici au début du printemps pour qu’ils germent bien – même sous des cloches. Nous n’avons pas beaucoup de chaleur précoce dans cette partie de l’Irlande – c’est différent dans le sud-est de l’Angleterre ou même dans les Midlands là-bas, où la plupart des livres qui donnent des conseils de jardinage ont tendance à être écrits ! Il a fait près de 10°C de plus là-bas pendant la majeure partie de la semaine dernière ! Les panais prennent environ 3 semaines pour germer, même dans un sol chaud. Cela les rend beaucoup plus vulnérables aux dommages causés par les limaces, etc. avant qu’ils ne soient assez grands pour résister à un grignotage occasionnel. Et ce, s’ils ne pourrissent pas dans le sol froid. J’obtiens toujours des panais fabuleux de cette façon, trois par module plantés comme ça dans chaque endroit de plantation – avec seulement un ou deux qui ont une forme un peu bizarre ou qui sont enroulés autour des autres ! Qui sait, je pourrais même faire pousser des panais standard cette année ! Même si ce n’est pas le cas – avec des panais à près d’un euro l’unité pour des panais biologiques de taille décente qui ont du goût – ils valent bien ce petit effort supplémentaire.

Une fois plantés, ils ne posent pratiquement aucun problème, si ce n’est de les maintenir bien arrosés dans les plates-bandes surélevées. Elles poursuivent leur croissance jusqu’aux gelées d’automne, quand elles développent leur goût sucré et que je les arrache selon mes besoins pour la cuisine. Vous pouvez aussi cultiver des carottes de cette façon, en semant une petite pincée dans chaque module, pour finir par obtenir de belles touffes espacées d’un pied environ – juste ce qu’il faut pour récolter une botte parfaite pour chaque repas. Beaucoup de gens trouvent que les carottes posent problème parce que, là encore, elles mettent du temps à germer et que leurs minuscules feuilles de graines  » herbeuses  » sont très vulnérables aux dégâts causés par les limaces au moment de la germination. Cette méthode permet d’éviter totalement ce problème et constitue un excellent moyen de produire les graines très coûteuses des nouvelles carottes violettes. Une fois qu’elles ont atteint une taille décente dans les modules, vous pouvez les planter dans un sol propre et sans mauvaises herbes, vous n’aurez donc pas à désherber, ce qui attire la mouche de la carotte. Tout ce que vous devez faire ensuite, c’est de les couvrir en permanence d’un filet fin comme ‘Enviromesh’ pour empêcher les mouches de la carotte d’entrer.

Ma méthode peu conventionnelle de culture sur des plants d’oignons trompe aussi la météo !

Les oignons issus de semences ont toujours beaucoup plus de succès que les semis, en particulier les mauvaises années – et bien sûr, ils ne courent pas le risque d’apporter des maladies, ce que les semis peuvent faire. Cela peut être encore plus probable lors d’une année humide. La bonne nouvelle, c’est qu’il n’est pas encore trop tard pour les semer si vous vous dépêchez et les semez maintenant !

Onion seedlings in a module tray, sitting on tray of compostSemis d’oignon dans un plateau modulaire, assis sur un plateau de compost.

J’ai aussi une astuce dans ma manche pour les oignons – et celle-ci vaut vraiment la peine d’être essayée si jamais vous êtes retardé quand quelque chose de sensible doit être planté à partir de modules. J’y ai pensé pour la première fois lorsque j’étais en retard pour une raison quelconque (météo, ou problèmes de dos probablement !) et que je n’ai pas pu planter mes oignons et mes poireaux au bon moment – ce qui signifiait qu’ils risquaient sérieusement d’être affamés et de s’enliser dans les racines – ce qu’ils détestent et qui peut provoquer la montaison. L’astuce que j’utilise maintenant est de placer le plateau du module sur environ un pouce de compost assez lâche dans un grand bac à plantes. Je mets d’abord quelque chose comme une feuille de papier journal sur le fond – juste pour empêcher le compost de passer au travers, puis je mets 2 à 3 cm de terreau organique sans tourbe – que j’arrose bien – et je pose le bac à module par-dessus. Cela évite complètement le travail fastidieux et chronophage d’avoir à empoter plus de 100 modules juste pour quelques semaines ou plus – et signifie que les oignons, poireaux ou autres ne sont absolument pas freinés dans leur croissance. Ils continuent de pousser, d’envoyer leurs racines vers le bas, sans s’en rendre compte et sans être le moins du monde dérangés. Lorsque je suis enfin prêt à les planter dans le sol, je leur donne un bon arrosage, je retire très doucement le plateau du compost, en prenant chaque motte de plantes dans le plateau du module et je plante normalement. Il se peut que je n’obtienne qu’un ou deux « bolters » sur 3-400 oignons – donc cela ne les dérange pas le moins du monde ! Pendant ce temps, ils auront généralement mis quelques centimètres de racines dans le compost en dessous, mais en les sortant très doucement, ils ne savent même pas qu’ils ont été déplacés et ne reçoivent aucun contrôle. Cette méthode a connu un grand succès il y a quatre ans, lorsque le temps était si humide que les oignons de nombreuses personnes étaient un désastre total. J’ai eu une récolte formidable grâce à cette astuce, dont la plupart ont bien mûri et se sont conservés tout l’hiver.

BON. Comme beaucoup de choses que je fais, ce n’est peut-être pas la façon la plus conventionnelle de faire les choses, mais ça marche ! Le fait d’être « conventionnel » ne m’a jamais beaucoup dérangé de toute façon, ayant été un jardinier biologique pendant 40 ans ! J’ai toujours eu l’impression que le « conventionnel » était toujours là pour être remis en question – (ce n’est pas un trait de caractère que mes professeurs d’école appréciaient) ! L’astuce de l’oignon est quelque chose que j’ai appris à faire très bien par expérience – et l’expérience est toujours le meilleur professeur. Sinon, je devrais passer beaucoup de temps et d’efforts à rempoter, en utilisant beaucoup plus de compost. Le gain de temps est souvent aussi important que le gain d’argent pour moi ! Si vous ne les placez pas sur du compost, ou si vous ne les rempotez pas et les laissez simplement sur une surface dure, se privant de nourriture si leur plantation est retardée – alors les racines commenceront à tourner en rond à l’intérieur des modules, devenant très encombrées. Elles seront alors beaucoup moins efficaces, les plantes ne pousseront pas aussi bien qu’elles le devraient lorsque vous les planterez et elles seront plus enclines à  » boulonner « . Si elles reposent sur un tapis capillaire, les effets peuvent être encore pires ! En effet, elles commencent à s’enraciner dans la natte, puis les racines sont cassées lorsque vous essayez de les soulever de la natte, et cela peut leur causer un tel choc que beaucoup d’entre elles vont  » boulonner « , c’est-à-dire courir directement vers la fleur au lieu de produire un beau bulbe ferme et mûr, ce qui est un gaspillage de tout votre travail !

Les poireaux ne sont pas aussi sensibles que les oignons, donc si vous devez vous absenter à court terme ou si vous êtes retenu d’une autre manière, vous pouvez les planter en rang dans un petit carré d’un lit de légumes au lieu de faire cela, et les planter comme d’habitude plus tard, mais cette astuce fonctionne fantastiquement bien pour eux aussi. En fait, je fais cela tous les ans maintenant avec mes oignons – j’aime les semer tôt pour avoir de belles grosses plantes et ainsi obtenir de beaux gros oignons bien mûrs ! J’utilise encore les derniers oignons ‘Golden Bear’ et ‘Red Baron’ de l’année dernière (catalogue bio) – et ils sont plus fermes que jamais ! Cela vaut vraiment la peine de garder cette astuce à l’esprit de nos jours, alors que nous ne pouvons pas toujours compter sur le temps pour se comporter de manière prévisible comme il l’a toujours fait – et que nous sommes tous si occupés ! Suivre les mêmes conseils que ceux donnés dans les vieux manuels de jardinage, juste parce que c’est ainsi que les choses ont toujours été faites, vaut toujours la peine d’être remis en question. Et comme je le dis souvent, c’est aussi la seule façon de faire progresser la science – mais nous y reviendrons plus tard !

Légumes précoces semés sous abri « Hardening off ».

Le terme « durcissement » est un terme que les jardiniers débutants ont souvent du mal à comprendre. Il s’agit simplement d’une acclimatation progressive des plantes au monde extérieur, après avoir été élevées dans de bonnes conditions de chaleur à l’intérieur. À cette époque de l’année, j’ai tendance à opérer une sorte d’aéroport avec des plantes à différents stades de durcissement, qui se rapprochent de plus en plus de l’extérieur. Mais la clé, c’est la progressivité ! Soyez toujours prêt à les remettre à l’abri rapidement si un temps violent est prévu. J’utilise cette méthode pour tout ce qui est semé tôt sous abri – y compris mes oignons. Le temps est si mauvais ici aujourd’hui que les coups de vent auraient battu et détruit tout ce qui ressemble à des laitues tendres en plateaux. Un temps typique d’avril ! Cela vaut vraiment la peine de prendre ce petit effort supplémentaire pour endurcir correctement les plantes cultivées en module. Si c’est bien fait, dans quelques semaines vous aurez des lits parfaits remplis de belles salades saines et d’autres légumes à récolter.

Lettuces, onions, parsnips and mangetout peas - hardening off outside tunnel, raised on upturned plant crates to keep any hungry slugs at bay!
Normalement, à cette époque de l’année, j’entre et je sors des tunnels matin et soir – je mets dehors pendant la journée ce qui doit commencer le processus de  » durcissement  » – et je rentre tout le soir en cas de gel soudain et inattendu. J’ai des plateaux surélevés par rapport au sol sur des caisses de plantes retournées, de sorte que les limaces ne puissent pas les atteindre – ou se faufiler en dessous et être amenées involontairement dans le tunnel la nuit. Lorsque le temps s’améliorera, je les laisserai jour et nuit sur le côté des tunnels, juste recouverts d’un tissu polaire la nuit pendant quelques jours. Après cela, ils peuvent être plantés dans les lits surélevés – qui ressemblent à une toile blanche très invitante (mais très froide et humide) en ce moment – la plupart des cultures d’hiver ayant été dégagées. Le surplus de plants de poireaux tardifs ‘Bandit’ que je n’ai pas pu supporter de gaspiller l’année dernière, j’ai planté des crayons minces – 3 par touffe en août ou début septembre – en les paillant avec des tontes de gazon pour limiter les mauvaises herbes et maintenir l’humidité. Sur la photo, vous pouvez voir des laitues, des oignons, des panais et des pois mangetout – en train de durcir à l’extérieur du tunnel, surélevés sur des caisses de plantes retournées, pour tenir à distance les limaces affamées !

Arrêtez les mauvaises herbes et les limaces avant qu’elles ne commencent !

Si, comme moi, vous jardinez toute l’année, vous avez probablement déjà couvert le terrain laissé vacant par les cultures d’hiver levées le mois dernier. Si vous ne l’avez pas fait, faites-le vite ! C’est important pour empêcher les mauvaises herbes de pousser joyeusement pendant que vous avez le dos tourné à faire autre chose ! Sinon, vous le regretterez sérieusement dans quelques semaines, lorsque la préparation d’une plate-bande pour les semis ou les plantations prendra plusieurs heures à cause de la jungle de mauvaises herbes à enlever, au lieu des quelques minutes qu’il vous aurait fallu si vous l’aviez couverte avant qu’elles ne commencent à pousser ! N’oubliez pas que les mauvaises herbes ont également tendance à encourager les limaces, car elles leur offrent plus d’endroits où se cacher ! Vous pouvez profiter du temps où le sol est couvert pour soulever la couverture de temps en temps et ramasser les limaces – ou simplement les couper en deux si vous ne supportez vraiment pas la bave ! N’importe quelle couverture étanche à la lumière et, de préférence, à la pluie, fera l’affaire pour empêcher les mauvaises herbes de pousser et garder le sol sec et en bon état jusqu’à ce que vous puissiez le préparer pour une nouvelle culture. Dès que le temps s’améliorera, les mauvaises herbes sortiront du sol pratiquement du jour au lendemain ! Elles sont toujours les premières à germer à des températures plus basses – c’est pourquoi elles ont tant de succès !

N’oubliez pas que la nature a des stratégies qui peuvent déjouer les plans les mieux conçus des jardiniers. C’est pourquoi les jardiniers biologiques travaillent avec elle plutôt que contre elle. La nature est toujours la plus sage à long terme et peu importe à quel point nous pensons être intelligents, la nature aura toujours le dernier mot !

Avec une croissance rapide, les parcelles peuvent rapidement devenir un désordre ingérable si les mauvaises herbes ne sont pas traitées rapidement !

Si cela se produit, c’est souvent le moment où de nombreux jardiniers débutants abandonnent, pensant que le jardinage est beaucoup trop difficile ! Ou bien ils se tournent vers les désherbants sur les conseils de jardiniers à l’esprit chimique ! C’est un désastre pour toute la vie du sol et aussi pour votre santé si vous mangez des légumes cultivés dans un sol désherbé chimiquement ! Récemment, j’ai rencontré un ami qui avait ouvert des jardins familiaux dans sa ferme. Il m’a dit que plusieurs personnes s’étaient lancées dans des activités beaucoup trop ambitieuses et que cela avait provoqué un désordre. C’est dommage – avec les bons conseils, ils n’auraient pas été aussi déçus. Si cela vous est arrivé dans le passé, mais que vous avez l’intention de retenter votre chance, tant mieux pour vous, mais n’en faites pas trop.

Il vaut mieux maîtriser parfaitement une seule petite zone et couvrir le reste ou simplement la tondre pour l’instant. Vous pouvez utiliser les déchets de tonte pour commencer un tas de compost ou pour pailler les pommes de terre afin de limiter les mauvaises herbes. Elles adorent l’effet acidifiant sur le sol. À ce propos, ne cultivez des pommes de terre que sur un quart de la parcelle la première année, et non pas partout comme le conseillent certains  » je-sais-tout  » ! Vous pouvez même faire pousser des citrouilles, des courgettes ou même du maïs à travers une couverture qui empêche la lumière de passer plus tard – ou placer des bacs dessus pour les faire pousser cette année.

Si vous répandez du fumier ou du compost en surface et que vous le recouvrez jusqu’à l’année prochaine, vous n’en reviendrez pas de voir à quel point le sol s’améliorera sans que vous ayez à faire quoi que ce soit d’autre. Ne vous compliquez pas la tâche et essayez d’être autosuffisant en fruits et légumes si vous n’avez que quelques heures par semaine à disposition. Cultivez seulement quelques produits faciles à cultiver – ou qui sont peut-être chers et difficiles à trouver frais dans les magasins – ou des produits qu’il vaut mieux cueillir frais juste avant de les manger, comme les salades. N’essayez pas de cultiver des produits en vrac comme des carottes, des oignons ou des pommes de terre si vous n’avez pas beaucoup de place ou de temps – les produits biologiques sont faciles à acheter presque partout maintenant. Cultivez quelques arbustes fruitiers permanents qui ne posent pas autant de problèmes et ne demandent pas autant de temps que les légumes. Et surtout – et cela semble évident – faites pousser ce que vous aimez et que vous mangerez !

En cultivant vos propres plantes, vous pouvez cultiver les meilleures variétés en termes de goût et de nutriments.

Two types of Oca tubers - 1 scarlet with white eyes on left & 2 orange oca on rightDeux types de tubercules d’Oca – 1 oca écarlate aux yeux blancs sur la gauche &amp ; 2 oca orange sur la droite

Les producteurs commerciaux doivent souvent utiliser des variétés qui produisent beaucoup, voyagent bien et ont une longue durée de conservation – ce qui signifie généralement beaucoup moins de saveur ! Je trouve que la chose la plus difficile pour moi est de me limiter aux choses que je sais que j’aurai le temps de cultiver ! Je veux tout faire pousser, y compris les choses les plus inhabituelles et exotiques. Mais il est vrai qu’il faut parfois s’amuser un peu avec le jardinage, sinon la vie pourrait être très ennuyeuse. J’aime aussi expérimenter la culture de nouvelles variétés de mes plantes préférées, c’est une façon intéressante et utile de découvrir de meilleures variétés. Ce qu’il y a de bien avec le jardinage, c’est qu’on ne cesse d’apprendre – et le faire est la meilleure façon d’apprendre !

Un autre avantage de cultiver ses propres légumes est que vous pouvez essayer des cultures plus inhabituelles qui ne sont jamais disponibles dans les magasins. J’ai essayé de nombreuses cultures inhabituelles au fil des ans – certaines ont réussi, d’autres non ! L’une d’entre elles était l’Oca (oxalis tuberosa), une ancienne culture andine. Les tubercules cuits à la vapeur ont le goût d’une pomme de terre nouvelle farineuse, citronnée et beurrée. Vous pouvez également utiliser les délicieuses feuilles au goût acidulé de citron et les jolies fleurs jaunes avec parcimonie dans les salades d’été. Mais avec parcimonie, car comme l’oseille, elles ont une forte teneur en acide oxalique qui peut provoquer des calculs rénaux en cas de consommation excessive ! C’est un point que de nombreux experts omettent de mentionner – ou peut-être ne le savent-ils pas ? Il existe plusieurs couleurs d’ocas, mais je m’intéresse aux plus colorées pour leur possible teneur en antioxydants. Ce sont des petits tubercules fascinants et de très jolies plantes, mais j’ai constaté qu’ils produisaient des masses de petits tubercules partout où les tiges touchent le sol, ainsi que des tubercules plus gros. J’ai l’impression qu’ils pourraient devenir aussi envahissants et difficiles à éliminer que les topinambours ! Ils apparaissent partout maintenant, partout où ils ont été cultivés auparavant, malgré le fait qu’ils aient été nettoyés à fond – ou du moins je le pensais ! Ils ne forment leurs tubercules que très tard dans la saison – en novembre environ – mais ils constituent une culture alternative intéressante dans la rotation des tunnels où ils étaient manifestement très heureux en 2012, et aussi à l’extérieur ces dernières années !

Semez vos graines à temps !

Vous pouvez commencer à semer de nombreuses graines dès maintenant – la liste se trouve ailleurs dans le blog. Si vous manquez de temps (et qui n’en manque pas de nos jours ?), semez vos graines avant de faire quoi que ce soit d’autre. Comme je l’ai déjà mentionné, vous pouvez rattraper tout le reste quand vous avez le temps, mais les graines doivent toujours être semées au bon moment, sinon vous allez manquer le bateau ! Il s’agit d’un équilibre délicat – je fais souvent deux semis d’une culture de base vraiment importante comme une police d’assurance. Si elles sont semées trop tôt, certaines plantes risquent d’être mises en échec en cas de vague de froid soudaine, puis de fleurir et de semer presque immédiatement au lieu de produire une récolte correcte. Ou bien, si elles sont semées trop tard, elles risquent de ne jamais avoir le temps de développer une culture, surtout si l’été est très mauvais. En Irlande, nous avons la chance de vivre dans un climat où il est possible de faire pousser la plupart des choses la plupart des années, avec un peu de soin.

Les graines de certaines plantes alimentaires, comme les épinards et la laitue, qui poussent mieux dans des températures plus fraîches, ont un inhibiteur de germination intégré qui est déclenché par des températures élevées – il est donc préférable de les garder au frais pendant les 24 heures qui suivent le semis. N’essayez pas de les presser davantage en les plaçant dans un propagateur chauffé, car elles pourraient ne pas germer du tout. À 30 °C, la graine devient en fait dormante – c’est une façon intelligente pour la nature de s’assurer qu’elle ne germe pas dans des conditions inadéquates et qu’elle a les meilleures chances de se développer jusqu’à l’âge adulte et de produire elle-même des graines.

Je sais qu’elles sont très jolies et que nous aimerions tous en avoir une, mais il n’est pas nécessaire d’avoir un livre d’images parfait, un abri de jardinage en briques anciennes dans le style de Country Living (comme on peut le voir sur Gardener’s World), ni même de se tenir dehors dans une serre glaciale, les doigts engourdis, pour essayer de semer de minuscules graines ! Je préfère semer les miennes dans le confort ! À cette époque de l’année, je garde un grand plateau sous la table de ma cuisine, avec quelques plateaux de modules et de petits pots, un bol de terreau, un peu de vermiculite et quelques étiquettes, prêts à prendre quelques minutes entre deux tâches, quand je le peux, pour semer quelques graines. Le plateau est en fait un plateau « grow bag » – environ 1m de long par 45cm de large (une largeur standard de plateau de semis), ce qui est la taille idéale. Il a des côtés profonds, permet de regrouper toutes les affaires sales, est imperméable, et peut être retiré du chemin et glissé sous la table à tout moment si quelqu’un arrive, ou à l’heure du repas ! J’utilise un nouveau bac à litière pour chat dans lequel je place des bacs à graines pour arroser les semis par le bas. Vous pouvez penser que cela semble un peu débraillé, mais c’est en fait assez ordonné, très pratique, et au moins il reste là où il est mis – contrairement aux agneaux, poussins ou canetons qui fréquentaient souvent dans le passé une boîte en carton sous la table dans ma cuisine bien chaude, quand ils avaient besoin d’un peu de soins ! Ces jours-là me manquent un peu – et la joie des enfants avec tous nos différents petits bébés duveteux ! Mais c’était un peu frénétique parfois ! Hey ho – la vie continue…….

Oui – je sais que les livres nous disent tous de semer les graines dans un parfait « lit de semence friable » ! Mais comme beaucoup d’entre vous, je suppose, lorsque j’ai emménagé ici, j’ai passé des heures et une énergie infructueuses, aggravant un dos déjà mal en point, à m’efforcer de briser les mottes d’argile compactes, semblables à du béton, qui faisaient office de sol ! J’étais désespérée de faire « le lit de semence parfait » comme on me l’avait recommandé. C’était avant que je découvre, plus ou moins par accident, les résultats plus pratiques et plus sûrs que l’on obtient en semant les graines en modules, ce que je fais la plupart du temps maintenant, même pour de nombreux légumes à racines précoces comme je l’ai décrit plus haut. Ensuite, j’ai simplement fait des « poches de plantation » dans le sol des lits plus tard, comme je l’ai décrit dans un article précédent du blog. Après des années de culture, mon sol fait maintenant un bon lit de semence – mais je sème encore la plupart des choses dans des modules maintenant parce que vous pouvez être plus sûr de la température, du temps et surtout de l’absence de limaces ! Les graines sont si chères aujourd’hui que l’on ne peut pas se permettre de les gaspiller – et la seule chose qui échappe totalement à notre contrôle est le temps. Les semis les plus précoces se font à l’intérieur de mon polytunnel, et les semis extérieurs plus tardifs se font par modules dans une zone de propagation extérieure surélevée et protégée contre les limaces. Vous pouvez également faire un lit de semence surélevé, si vous le souhaitez, mais je trouve toujours que le semis en modules évite les revers et les dommages occasionnels qui peuvent être causés par le  » repiquage « , l’arrachage et la transplantation. Les plantes s’établissent beaucoup mieux, beaucoup plus rapidement et de manière plus fiable si elles ont déjà une très bonne motte de racines.

Un autre avantage de cultiver sa propre nourriture est que vous n’avez même pas besoin d’un jardin pour le faire !

Comme le prouvent mon jardin en escabeau et mes conteneurs dans le journal du polytunnel ce mois-ci, cultiver une partie de sa propre nourriture est facile, très satisfaisant et peut vous faire économiser beaucoup d’argent. Je sais qu’il y a beaucoup d’informations ici, mais vous n’êtes pas obligé de tout faire ! J’essaie simplement de donner des conseils et des encouragements que j’aurais trouvés très utiles lorsque j’ai commencé ma vie de jardinier. J’espère que vous pourrez bénéficier de mes 40 années d’expérience à cultiver de la nourriture pour ma famille et pour les clients de ma boîte à légumes et de ma coopérative il y a des années (je n’arrive pas à le croire !). De nombreux clients sont devenus des amis pour la vie, car l’intérêt pour une alimentation saine est quelque chose que nous avons en commun – et vous aussi, d’ailleurs !

Quelle que soit votre activité dans le jardin, j’espère que vous prendrez le temps de profiter de chaque instant de ce merveilleux printemps – c’est une période de l’année tellement joyeuse et pleine d’espoir ! Le jardin est plein d’espoir. Planter un jardin, c’est vraiment planter de l’espoir ! C’est quelque chose dont nous avons tous besoin en abondance – et c’est quelque chose que nous pouvons renouveler chaque année. N’avons-nous pas de la chance, nous les jardiniers !

Dernier point mais non le moindre ! Mes réflexions sur certains soi-disant « scientifiques » – après tout, si la science n’avait pas été remise en question il y a des siècles, nous penserions tous que la terre est plate, n’est-ce pas ?

Malheureusement, trop de soi-disant scientifiques refusent d’accepter que ce qu’on leur a enseigné à l’université s’est avéré faux. Cela peut être particulièrement le cas si leur science est biaisée par un intérêt financier direct dans le maintien du statu quo actuel – comme c’est le cas de nombreux scientifiques employés (ouvertement ou secrètement) par les fabricants multinationaux de semences et de pesticides qui dominent le marché mondial. En fait, aujourd’hui, certaines sciences sont à vendre au plus offrant et n’ont pas l’intégrité qu’elles devraient avoir ! Il semble que ce soit un cas de « donnez-moi l’argent – et je vous donnerai les résultats que vous voulez » – plutôt que ce qui pourrait être la vérité réelle ! Certains scientifiques sur les médias sociaux ne sont pas toujours ce qu’ils semblent être – leurs visages publics souvent divertissants, amusants et apparemment innocents peuvent dissimuler un côté beaucoup plus sombre, intéressé et lié au commerce.

Dire de telles choses ne me rend évidemment pas populaire dans certains milieux, mais cela ne m’a jamais dérangé ! En fait, j’ai même été menacé par DM – (message direct privé) sur Twitter il y a plus de 4 ans par un défenseur extrêmement arrogant mais très populaire et bien connu de l’agriculture chimique industrielle et des OGM. Et ce, bien que je n’aie mentionné que « certains scientifiques » – dans un tweet faisant référence à mes sentiments à l’égard d’un tel parti pris financier évident – et que je n’aie pas mentionné leur discipline scientifique particulière ! Cela m’a prouvé que cette personne avait un intérêt particulier à l’époque – et les événements qui se sont produits depuis ont prouvé que j’avais tout à fait raison !

Pour ces personnes, utiliser les hashtags #organic, #local, #wholefood, #processedfood ou #realfood – semble être comme agiter un chiffon rouge devant un taureau – ils deviennent presque apoplectiques de rage ! Leurs tweets déduisent que les partisans de l’agriculture biologique durable sont des luddites et des hippies ignorants – en utilisant des hashtags tels que #SenseAboutScience, ou #FactsNotFear – qui sont les favoris de la brigade de l’agriculture chimique biaisée !

Certains journalistes pro-chimie vont jusqu’à dire que nous souffrons d' »orthorexie » – un phénomène curieux, puisque si vous regardez l’étymologie grecque de ce mot, il signifie en fait « bon régime » ! Il est clair qu’ils ne sont pas fans de la science de l’évolution, car si nous ne suivions pas le « bon régime », l’homme ne serait pas arrivé jusqu’au 20e siècle, lorsque les engrais artificiels et les pesticides ont été inventés. Et ce n’est pas tout : la science émergente sur le COVID19 montre que ce sont les personnes qui mangent le plus d’aliments transformés, ou qui ont peut-être des problèmes de santé sous-jacents causés en partie par ces aliments, qui sont malheureusement les plus touchées par les complications causées par le virus. Les fabricants d’aliments transformés bon marché et de pesticides pourraient donc avoir beaucoup à répondre lorsque l’on saura comment ces régimes alimentaires ont pu affecter notre système immunitaire.

Ce n’est qu’au 20e siècle que les produits chimiques utilisés aujourd’hui comme pesticides ont été introduits dans l’alimentation humaine.

ont été inventés. À l’origine, ils étaient utilisés comme agents neurotoxiques, des armes de guerre comme celles utilisées en Syrie et dans d’autres régions en guerre.

! Si les scientifiques sont si sûrs que leur méthode est la bonne et que leurs produits chimiques ne nuisent pas à la biodiversité ou à la santé des gens, on pourrait penser que les défenseurs de ce qu’ils appellent l’agriculture biologique « luddite » ne les dérangeraient pas le moins du monde, n’est-ce pas ?

Comme je l’ai dit, cela ne me rend pas trop populaire de les remettre en question – et ceux qui préfèrent une vie tranquille ne le feraient probablement pas. Mais c’est trop facile de détourner le regard et de laisser se produire un autre Printemps silencieux. Ne vous méprenez pas, il y a beaucoup de bons scientifiques qui sont aussi inquiets que moi pour l’avenir. Ce qui me rend si impopulaire, c’est le fait de remettre en question ceux qui semblent ne se soucier que d’amasser le plus d’argent possible maintenant, sans se soucier du mal que cela peut faire à la nature et à l’avenir de nos enfants ! Mais je ne me soucie pas d’être populaire – ce qui m’importe, c’est l’avenir de nos enfants, leur santé, mais aussi celle de la nature et de la planète. Quiconque a des enfants doit certainement se préoccuper de ces choses ?

La nature et mes enfants sont les seuls intérêts personnels que j’ai à déclarer. Et je ne les cache pas – contrairement à certaines personnes !

(Veuillez noter. J’aime beaucoup partager avec vous mes idées originales et mes 40 années d’expérience dans la culture et la préparation de mes propres aliments biologiques. C’est très satisfaisant et naturellement aussi très flatteur si d’autres trouvent de l' »inspiration » dans mon travail……Mais si vous copiez une partie de mon matériel, ou le répétez de quelque manière que ce soit en ligne – j’apprécierais beaucoup que vous mentionniez que cela vient de moi. C’est le résultat de nombreuses années de travail acharné et d’une expérience durement acquise. Merci.)

Cet article a été rédigé par et traduit par serre2jardin.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Serre2jardin.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.