Menu Fermer

Le potager mai/juin – 2021

Sujets de mai : Abandonnez les suppléments – Cultiver vos propres légumes verts, c’est cultiver votre propre médecine !… Un sujet délicat pour certains ? – HLA, une source de fertilité perdue…. Règle d’or numéro un dans la vie – Soyez toujours flexible !…. Règle d’or numéro deux – Il est payant d’être flexible à tout moment dans le jardin aussi !…. Les nombreux avantages des lits « surélevés », « profonds » ou « paresseux ». Protéger les pommes de terre précoces et les autres cultures avec du non-tissé. Nourrissez votre tas de compost ! Plantation des cultures tendres à la fin mai. Autres travaux pour le mois de mai.

Delicious broccoli - Nine Star Perennial

Broccoli Nine Star Perennial is delicious but looks almost too beautiful to eat!
 
Scrap the Supplements – Growing your own Greens is Growing your own Medicine! 
Good news for those of us who grow their own vegetables!  Researchers in Denmark studied data from over 50,000 people over a period of 23 years, and found that by eating just one cup (that’s only 30 grams!) of any leafy greens or nitrate-rich vegetable every day, they significantly lowered their blood pressure and also their risk of heart disease many years later by 12-26%.  Given that cardiovascular diseases are the number one cause of deaths globally, killing almost 18 million people a year it’s great to know that even if you’re a salad-phobe – an incredibly small amount, which you could quite easily put in a tasty smoothie and not even taste, can make a huge difference to your health!  As far as just heart disease goes – they didn’t find any benefits from eating more, but our gut will undoubtedly thank us.  And if we fill up on the huge range of easy to grow greens like spinach, salad greens, chards, watercress, and beetroot etc – it can make meals much cheaper – so then we can afford to splash out on some really good organic meat to go with them. 

Here we always have so many veg with our meals that we often need side plates for them – especially in summer, when it’s hard to know what to choose because there’s so much choice of what to eat!  In addition – those of us who grow rather than buy their veg are eating them far fresher, not chlorine-washed and not packed in planet-polluting plastic!  What better reason could you possibly have to grow your own greens?  It’s a no-brainer when they’re not just so easy to grow – even for beginners – but it’s also an enormously satisfying and rewarding thing to do – so it’s good for our mental health too!  Essentially – it’s growing our own health and saving money at the same time!  If you don’t have a garden – even just a large tub could easily provide far more than 30 grams a day of some type of healthy organic greens – that’s a ridiculously tiny amount!  It proves once again the incredible power of food as medicine for both mind and body!

If you’d like to read the study – here’s the link to it: 

A Delicate subject for some? – HLA, a wasted source of Fertility

Recently on Twitter I saw that there had been a question posed on BBC Gardener’s Question Time (which I listen to rarely – only about once a year) about whether or not you could use human urine on plants. I was somewhat surprised that none of the experts answering the questions had the definitive answer to this.  Having been an organic gardener for over 40 years, and huge fan of the late, great Lawrence Hills, I was aware that he endorsed the use of what he euphemistically termed – ‘HLA, or Household Liquid Activator’ (a mixture of 2 parts water to one part urine) as one of the very best fertilisers for a comfrey bed, or activator for the compost heap, and a resource otherwise wasted and lost to sewage treatment plants. Lawrence said that HLA could provide both potash and nitrogen to comfrey – and that in effect, using HLA on a comfrey bed was a good method of exchanging crude nitrogen for a balanced organic fertiliser.  

For the life of me I’ve never been able to fathom why people are seemingly quite happy to use municipal green waste, containing heaven knows what chemicals from multiple unknown sources, or non-organic manure containing straw undoubtedly treated with Glyphosate and other seriously toxic chemicals – when they are squeamish about conserving a precious resource which they are producing themselves daily and which costs absolutely nothing!  The same applies to chicken manure pellets – which are a by-product of inhumane, intensive factory farming – despite the makers currently claiming that they are organic! These again undoubtedly contain combinations of many chemicals, including the by-products of the genetically-modified feeds which all conventional, non-organic laying hens and chickens are fed, and quite possibly even antibiotic-resistant bacteria!  I’m appalled at how many people use them who otherwise would consider themselves to be dedicated organic gardeners and supporters of animal welfare – when by using chicken manure pellets they are in fact helping incredibly cruel factory farming to dispose of and profit hugely from selling this by-product! 

To get back to HLA – you can in fact use it directly on a comfrey bed in the recommended dilution, and you can also use fresh poultry droppings, which is very useful for me since as I’m now partially disabled and can no longer do the heavy work of barrowing loads of fresh manure to compost heaps and then barrow the resulting compost out onto beds.  As I say later, being flexible and adapting to your current circumstances is vital if you want to continue growing your own food.  And I refuse to let anything stop me from doing that!  So I don’t have large compost heaps any more, which need turning. Instead I make worm compost, which takes all of my kitchen waste and makes far more nutritious compost, so I need far smaller amounts when using it. A good bucketful of worm compost will do the same job as almost barrow full of normal compost, when combined with mulching crops as well.  Using green mulches like grass clippings between rows of crops also keeps down weeds, keeps the soil cool, stops moisture evaporating and feeds worms and other important soil life. I also have a smallish compost bin in one of my tunnels which works relatively fast because it’s warmer, and that takes any soft green waste which the hens don’t eat and which I don’t have room for in the worm bins. – So there’s your answer. You can use it if you want to – it’s up to you!

(I was lucky enough to meet my hero, the inspirational Lawrence Hills in the 1980s, and was later honoured to be asked to sculpt a bronze portrait of him which now resides in the headquarters of Garden Organic (the organisation formerly known as the HDRA – which he founded) 

Golden rule number one in life – always be flexible!

I’m a bit behind with the work here again due to ongoing problems with the ankle I broke badly in March 2019, so very little has been done outside in the kitchen garden so far this spring, apart from some clearing of the encroaching brambles close to the edge of one of the raised beds by my wonderful son, so that I can at least grow some salads outside.  Salads don’t grow well in the tunnel at this time of year as it’s far too hot, and the precious space is needed for other crops like tomatoes too. The intended surgery to hopefully fix my ankle problems has had to be postponed due to COVID-19, and I’m not currently sure exactly when it will happen now. Ideally this autumn would be good, when there’s not too much happening in the garden – but everything is up in the air right now, as you will all know.  As it will necessitate 10 weeks minimum in plaster, before I can stand on it at all – I really don’t want to put it off until next spring. But like so many of you – I can’t make any plans now, so I just do what I can on the good days which I’m very grateful for – and I write on the bad ones when I can’t stand for very long!  

Otherwise, I’ve been concentrating mostly on the polytunnels, as I find those so much easier to manage when I’m unable to walk far or carry heavy weights.  Much of my polytunnel cultivation is done from a stool!  I’m thinking of sowing some green manures on some of the raised beds in the kitchen garden in a couple of week’s time if I can, other than planting one of the raised beds with salads and calabrese, which I already have plenty of seedlings coming on for, and also getting in some winter veg such as leeks and purple sprouting broccoli. Salads are the most important things to grow, as they need to be eaten really fresh and it’s impossible to buy a good variety of them.  The potatoes I have in the polytunnels – in the ground and in pots – should last me until the autumn, as we don’t eat that many.  It’s too late to plant more potatoes now if you want to avoid spraying for blight.. Later on in early August as usual, I shall plant a late crop of potatoes in pots to crop at Christmas and just before.  I start off all my potatoes in pots now to get them growing earlier, to avoid early blight, which means that I can always be flexible, and if they don’t get planted for whatever reason – it means that I don’t lose my precious home-saved seed tubers, many of which varieties are either extremely rare and not available online – or that I will no longer be able to order from the UK after Brexit.

Thinking sideways, adapting to circumstances and flexibility are definitely things one needs to be able to do when life throws challenges in the way!

As you know – I usually just stick to blogging about gardening – not about  more personal stuff as many people do –  but I’m sure that some of you know by now that I’m partially disabled due to progressive degenerative disc disease, and also having from two arms that only half work due to various accidents over the years (and there’s a dodgy ankle and knee to add to that list now! Ha!!)   I don’t like to moan about my difficulties – but sometimes I think perhaps it’s actually a good thing to show people that I’m not Superwoman, much as I would like to be!  So often people say to me – oh it’s alright for you – but I couldn’t because of X, Y, or Z reasons.  So many times I hear things like – « I have a bad back/depression/am unfit/don’t have space/time etc etc »… ..Believe me – just like anyone else – I can sometimes feel like just sitting on the sofa, reading a good book (in my case recipe books!) and stuffing my face with cake!  But I don’t – because I know that if I can drag myself up and make the effort, even if at times it’s quite painful, I will always feel so much better for having made the effort to do it, both mentally and physically – because doing it makes me feel more positive and decisive, and less hopeless, and as any physiotherapist will tell you – much of the pain associated with arthritis and other skeletal issues is actually caused by stiffness – which will normally lessen a bit with gentle exercise.   

I like proving that if you really want to grow your own food you can – no matter what your problems!  As long as you have a patch of ground or a few containers, you can always find some way to overcome your problems if you really want to.  That’s as long as you can at least sit or stand upright!  A great friend of mine was recently diagnosed with MS and can barely walk – but loves growing her own food – so her son has collected a few bathtubs that were about to be thrown out off building sites and made her a very idiosyncratic container garden!  As at the moment standing upright holding onto a walking frame is often just about all I can do until my ankle is better – I’ve decided to experiment with a few more methods of disabled gardening, and gardening in small spaces or with physical difficulties. This is something which I did a lot years ago after spinal surgery, while living in a house with a tiny garden so it’s nothing new to me – although I now have lots of new ideas with more experience. It really keeps my spirits up to be able to pick even a small amount of healthy salad or other veg that I’ve grown myself.

I’m seeing so many people complaining on social media about feeling depressed – especially now with the effects of the COVID-19 lockdown restrictions, and wish I could show them all that it’s so much better to focus on what you CAN do – not what you CAN’T!  I also see many folk saying that they need cake or wine to cheer themselves up. Frankly – both are the last thing they need – especially right now when we need to be eating as healthily as possible – and I speak from experience! Cake is full of sugar which gives you an instant high but then makes you feel even more depressed not long after you’ve eaten it. And wine does exactly the same if you’re drinking too much it on a regular basis!  Both are nice occasionally – but not as a regular salve for one’s moods. Gardening is one of the best ways to cure depression – with many positive benefits for mental and physical health – so it’s far better than trying to give  your mood a temporary lift with junk food or alcohol. Even if you don’t have a garden – or don’t want to try gardening – just going for a walk in the countryside, breathing fresh air and at the same time inhaling the magic Mycobacterium vaccae being released from the soil into the air, is proven to stimulate serotonin production in the brain and lift our mood….then try having a glass of kefir which is full of ‘good mood’-making, probiotic microbes after you’ve finished your activity!  It works every time – I totally guarantee it!

More than ever this year in particular – I feel so blessed that I have my garden. I simply couldn’t live without it.  Not just because it grows so much wonderful produce which I couldn’t possibly buy in shops even in a normal year if I wanted to – but this year it’s been a real life-saver, and we’ve been so grateful for all the healthy, fresh produce.  It’s also my therapy, my sanctuary from the world and solace for any troubles.  Although I have to admit there have been many days in the past when I really had to push myself to get out of the house and do something in the polytunnel – even if some days it was just sitting and planning, because I was in too much pain to do anything else. Even when when the weather is bad I can gently work in my polytunnel, but if I don’t feel like it – then I can just sit feeling the blessing of the gentle early morning sun on my face and listen to the bumblebees buzzing happily while they enjoy the flowers and the birds singing their hearts out! Over the years I’ve had a couple of occasions when I stared possible paralysis, or even death, in the face – but believe me it’s so good to be alive, upright and out in the garden on a spring day! I always feel so much better after being out there doing something positive – no matter how small it is.

It’s truly wonderful to get your hands into the warm, vitally alive soil – literally ‘plugging-into’ the earth’s energy.  I believe that it’s a primal human need in all of us to have even a small patch of earth to connect with, to cultivate and to grow some food. It’s a deep, visceral instinct which man has had since time immemorial.  Despite our seeming ‘modernity’ – the effects of many thousands of years of evolution and survival can’t be erased in what is relatively just a few decades. There is no doubt that humans are much healthier both mentally and physically if they have close contact with the earth and can eat food which has grown naturally in it. Healthy food doesn’t grow without a healthy soil.  Growing healthy food for our families is one of the most basic and satisfying things we can do – and no matter what happens I shall go on gardening! – I hope you will too.

Golden Rule number two – It pays to be flexible at a moment’s notice in the garden now too! 

Once we thought that gardening rules would always be the same for ever – but our seasons are less reliable and predictable now.  It pays to make sure that you’ve got plenty of fleeces available to cover vulnerable tender plants when necessary. Take care over the next few days – as frosts can still occur unexpectedly when the skies clear late at night. Temperatures have been plummeting here at night to -8 deg C on some nights. The potatoes in pots will have to be fleeced every night now as they’re up about 12 inches or more in some cases and it’s not worth taking the risk of losing them. May weather can often see-saw back and forth between baking hot summer-like days and freezing cold wintry nights – so it’s not a good time for a gardener to be away from the garden for very long if you grow all your own food!!  I’m constantly obsessing about the weather in May and ready to run out with fleece at the slightest hint of a frost!  But it really does pay off if one takes that extra bit of care – even if some evenings it’s really the last thing you feel like doing, after a long hard day!  I console myself with the thought of all the delicious crops to come – many of which will see us through all of next winter and beyond. Most of the crops that I grow I could never buy in the shops even if I wanted to – especially grown organically – and I wouldn’t dream of eating anything else but organic! 

If you’re already panicking and feeling a bit behind with the work – then don’t worry – so am I  But there’s still plenty of time to catch up this month. Pretty much everything can still be sown, especially things like French beans, pumpkins and squashes – which develop very fast and hate to be held up and get pot bound. I often find my May sowings actually do far better than earlier ones, specifically for that reason. Don’t forget though – that if you use fleeces – take them off during the day and dry them out if possible – because wet fleece is worse than no fleece and offers no protection at all. The weight of it can do a lot of damage too – especially if it gets frozen to the plants. A good way to prevent this and also stop pigeons eating stuff is to suspend netting over the plants first, and then that will support the fleece too – which can be pegged securely to it with clothes pegs – especially worth doing if you live somewhere windy like I do!  A lot of trouble some may think? But when I taste the wonderful early veg that I can’t buy anywhere else – then believe me it’s well-worth every bit of effort! 

In the past, before climate change began, our weather seemed to be a little more predictable – but just as in other areas of life – there’s no point thinking about the past except to learn from it and to be prepared for anything!  We have to deal with the here and now – gardeners now have to think ‘on the hoof’ and be practical. We’re going to have to be a lot more flexible with our gardening in the future, be adaptable and find new ways of doing many things – responding and adapting to the unreliable and fickle weather from week to week. You can pretty much throw the all old gardening advice books out of the window – that is when it comes to advice about exactly when and precisely how to do things. Flexibility is the key from now on. I’ve never slavishly followed the rule books anyway, being something of a rebel! I always asked ‘why’? I read all the basic advice I could in my early days of gardening and then adapted it to my organic way of doing things and also to my particular local climate. That flexibility is vital, is something I’ve learnt from many years of practical experience in various changing gardening situations and locations. I call it ‘seat of the pants’ gardening!

Basic requirements like the need for proper rotations will never change though – in fact they will become even more necessary and relevant to how we can best utilise our precious soils in the future. I find that so many of the new self-declared ‘experts’ these days are spouting advice obviously taken directly from often outdated books and not gained from their own practical experience.  In so many cases that advice is just not relevant any more. Everything is changing now – and so must we – if we want to keep producing enough good, healthy food for ourselves. This year – with unexpected droughts, violent storms and floods happening once again all over the entire planet, and the shortages caused by panic buying, lack of farm workers to harvest crops, and the additional pressures on food chains due to the global pandemic – it is predicted that food prices may rise even more.  And heaven knows what effects Brexit will have on food prices when it happens, both here and in the UK!  So it’s never been more important to grow our own food – and to do it organically – which is sustainable and helps to mitigate climate change – rather than accelerating it as conventional chemical farming does! 

After a very dry spring here again, with only a couple of hours rain in weeks now – later on in the year we may well have to cope with an even worse drought again than last year – but organic soils are much more resistant to the stresses of extreme weather conditions due to their high humus content, so they always tend to cope much better.  The humus which organic soils contain acts as a buffer almost like a sponge – absorbing water and cushioning plant roots against extremes of both floods and drought. Humus also fixes carbon in the soil which helps to offset climate change. In areas where soils have been degraded and topsoil lost through many years of chemical farming, rainfall just runs off the compacted dead mineral dust that passes for soil – causing flooding, instead of soaking into the humus-rich, moisture retentive sponge that a good organic soil should be.  All plants grow far more healthily, withstand stress far better and are more naturally disease-resistant in a living, well-nurtured and properly structured, organic soil.

The many advantages of ‘raised’, ‘deep’ or ‘lazy’ (aka no-dig) beds

Potatoes mulched with grass clippings in one of the new raised bedsPommes de terre paillées avec de l’herbe coupée dans l’un des lits surélevés les plus récents.

Chaque printemps, je suis si reconnaissante pour mes plates-bandes surélevées. Je cultive dans des plates-bandes surélevées ou « profondes » depuis plus de 39 ans maintenant. C’est sur cette base que j’ai initialement planifié tout le potager ici – alors que j’étais allongée dans mon lit d’hôpital après une opération de la colonne vertébrale et plus tard pendant quelques mois à la maison, incapable de marcher après une mauvaise chute de cheval. Je savais déjà à l’époque qu’il ne serait plus question pour moi de jardiner de manière conventionnelle, sur un terrain plat, si tant est que je puisse le faire à l’avenir.

En relisant ma précieuse collection d’anciens magazines « Mother Earth » de la Soil Association, qui remonte à la fin des années 1930, j’ai découvert que la culture dite « sans labour » donnait alors des résultats très intéressants, en particulier sur les sols légers. La culture sans labour n’est pas un concept nouveau, contrairement à ce que beaucoup pensent. D’autres cultivaient en « lits surélevés », « lits profonds » ou même « lits paresseux », comme on les appelle ici en Irlande. J’ai donc décidé de combiner les trois méthodes de culture en fonction de mes capacités lorsque j’ai commencé mon potager ici – en faisant des  » lits surélevés/sans creusement/paresseux  » ! La planification du jardin m’a donné de l’espoir et m’a permis de continuer à vivre ce qui était l’un des moments les plus difficiles de ma vie. Je n’ai jamais regretté le travail de fabrication. À l’origine, il s’agissait simplement de jeter de la terre sur les chemins pour donner plus de profondeur et de drainage, puis de pailler – tout comme les anciens  » lits paresseux  » étaient faits pour cultiver les pommes de terre, à l’époque de la pré-famine, dans l’ouest de l’Irlande. Heureusement, j’avais de l’aide pour faire ce travail difficile à l’époque – et jusqu’à ce que je retrouve ma forme physique, tout ce que j’avais à faire était de pailler et de planter ! Les lits n’ont pas été faits en y attachant des tonnes de fumier non organique acheté ou de compost de champignons, comme le conseillent certains partisans du  » No dig  » – ce qui peut entraîner ses propres problèmes de contaminants, etc.

Après plus de 30 ans de paillage, d’engrais verts et d’ajout d’autant de compost maison que possible, ils sont devenus si hauts qu’ils font plus du double de la hauteur qu’ils avaient lorsque j’ai commencé. Ce n’est que rarement que je dois jardiner sur le terrain plat – pour planter des arbres par exemple – et quand je le fais, je suis tellement reconnaissant pour mes plates-bandes surélevées et mon dos aussi ! Les plates-bandes sont tellement plus faciles à travailler, et c’est une aubaine absolue maintenant que je suis partiellement handicapé avec un bras à moitié fonctionnel depuis que je me suis cassé l’épaule droite il y a plus de 3 ans. Lorsque je faisais de la culture commerciale, j’avais 12 planches non creusées, surélevées ou « profondes », d’environ 10 m de long et 1,3 m de large. J’ai fait des lits profonds surélevés (ou non creusés) d’environ 1,3 m de large ou moins, afin de pouvoir atteindre confortablement le milieu des deux côtés. Sur un lit de 4 pieds, je peux simplement planter 3 rangs de pommes de terre en travers – puis les espacer un peu plus sur la longueur du lit – environ 2 pieds/60 cm d’intervalle le long du lit ou 90 cm/3 pieds pour les cultures principales. Cela fonctionne très bien pour moi. Maintenant j’ai réduit et je prévois de n’avoir que les 6 plus proches de la maison. Je les surélève progressivement en utilisant des planches, afin de pouvoir toujours cultiver mes propres légumes, même si je dois m’asseoir sur une chaise. Je n’ai pas l’intention d’abandonner un jour la culture des légumes ! L’autre moitié des anciens lits profonds sera progressivement plantée avec encore plus de fruits, ce qui, je l’espère, demandera beaucoup moins de travail, tout en restant très productif. Cela nous laissera encore beaucoup de place pour la culture de légumes et les tunnels, que je trouve beaucoup plus faciles à gérer. Les tunnels sont toujours utilisables, quelles que soient les conditions météorologiques extérieures, dans notre climat souvent très humide. Je dois également tenir compte du fait que la famille autour de la table est souvent plus petite, ce qui fait que je n’ai pas besoin d’autant de nourriture.

Mes nouveaux lits surélevés ont été fabriqués avec des planches traitées avec un produit de préservation du bois organique (très important lorsque vous cultivez des aliments) et remplis avec de la terre provenant de l’étang que j’ai créé il y a quelques années au fond de la prairie sauvage. Bien que je n’aie malheureusement pas pu persuader le gars qui a creusé l’étang de séparer et de trier la terre en terre arable et sous-sol, j’ai découvert au fil des ans qu’en utilisant du compost, des engrais verts, des paillis organiques, des cultures de couverture et des rotations appropriées pour créer de l’humus et encourager la vie microbienne bénéfique, il ne faut que 3 ou 4 ans pour convertir même le pire des sols en un milieu vraiment agréable pour faire pousser des plantes, qui n’a jamais besoin d’être creusé. Tout au plus une légère fourche si nécessaire pour enlever les racines. Je peux utiliser mes doigts pour planter de petits modules et une petite truelle pour planter de plus gros modules de choses comme des plants de choux.

Vous n’avez pas besoin de tonnes de compost ou de fumier ! En fait, c’est contre-productif car cela encourage les parasites comme les pucerons, car c’est comme de la malbouffe pour les plantes et ce n’est guère mieux que de les gaver d’engrais chimiques ! Il est de loin préférable d’encourager et de travailler avec la nature et de faire les choses progressivement, en permettant à tous les microbes et à la vie du sol de se développer au rythme de la nature, si vous voulez faire pousser des cultures vraiment saines et nutritives. Si vous empilez les tonnes de fumier riche en azote préconisées par certains, vous risquez tout d’abord un ruissellement massif et une pollution des eaux souterraines dans notre climat de plus en plus humide. Deuxièmement, tout excès de nutriments qui ne s’écoule pas est absorbé par les plantes, ce qui favorise une croissance molle et molle qui est beaucoup plus vulnérable aux parasites et aux maladies, exactement de la même manière que les cultures nourries artificiellement.

Les plantes suralimentées sont tout comme les personnes suralimentées – malsaines ! De plus, outre le fait qu’il est pratiquement impossible de trouver un agriculteur biologique qui vend du fumier, comme je l’ai déjà dit, tout produit non biologique que vous achetez contient de nombreux pesticides, désherbants et résidus d’antibiotiques qui sont extrêmement nocifs pour la vie du sol. J’ai l’intention de convertir progressivement toutes les anciennes planches profondes de mon potager, maintenant réduit, en planches plus hautes au cours des deux prochaines années, en utilisant mon mélange de sous-sol et de terreau et les méthodes biologiques appropriées d’amélioration progressive du sol, comme le fait la nature. Je n’utiliserai pas de méthodes « rapides », car ce n’est pas ainsi que la nature procède !

Si vous ne l’avez pas encore vue – voici la vidéo de la conférence que j’ai donnée en décembre 2016 au National Botanic Gardens de Glasnevin, à Dublin, pour le lancement irlandais de la campagne  » European People for Soil « . Elle était intitulée « Il y a une vie après l’abus des sols ». Dans mon exposé, j’ai montré comment j’ai progressivement rétabli la santé naturelle de mon sol fortement dégradé ici en utilisant des méthodes biologiques :https://www.youtube.com/watch?v=jjN30StFsf0

Protéger les pommes de terre précoces et les autres cultures à l’aide d’une toison

Les plantes les plus vulnérables dont il faut vraiment s’occuper à l’extérieur sont les nouvelles pousses des plants de pommes de terre – elles ne supportent pas la moindre odeur de gel, sinon elles se transforment en bouillie noire, et il faut donc les recouvrir d’un voile si le gel menace. Certaines des variétés précoces ont déjà des boutons de fleurs à cette époque de l’année si la plantation en pots a été retardée – mais je ne m’inquiète pas de cela, tant qu’elles sont arrosées et nourries si nécessaire, elles se développeront et seront bien. Elles seront prêtes après la fin des pommes de terre de tunnel que je commence généralement à planter en pots en janvier. Je commence toutes mes pommes de terre en pots de nos jours, afin d’obtenir des récoltes beaucoup plus précoces et d’éviter le mildiou et les pulvérisations – même avec des pulvérisations organiques comme le cuivre. Je suis étonné de l’inflexibilité de certaines personnes – elles sont stupéfaites que je me donne tant de mal pour des pommes de terre, qui ont toujours été plantées d’une certaine manière ! Pourtant, ils n’hésitent absolument pas à planter de cette façon des plantes semi-rustiques, comme les plantes à massif ou les bulbes ! Et on ne peut même pas les manger ! !! Nous vivons dans une région particulièrement exposée au mildiou – les agriculteurs ne prennent souvent pas la peine d’arracher les cultures atteintes de mildiou, se contentant de les remettre en terre si le prix est trop bas et qu’elles ne valent pas la peine d’être vendues – ce qui signifie que nous pouvons souvent attraper le mildiou très tôt.

Je m’assure toujours d’avoir au moins deux lots de toison pour couvrir chacune de mes planches, juste pour être sûr. La toison est vendue à un prix très avantageux sur un grand rouleau, ce qui me permet de couper exactement ce dont j’ai besoin pour tout couvrir en toute sécurité. Je me procure un énorme rouleau tous les deux ans dans notre magasin de fournitures agricoles local – c’est beaucoup moins cher que de l’acheter en petits morceaux dans les jardineries et les magasins de bricolage ! S’il y a du vent, je recouvre également le voile d’Enviromesh ou d’un filet pour le maintenir en place, ou j’utilise des arceaux de cloche. J’y fixe la toison avec des pinces à linge en bois qui sont toujours nécessaires car il y a beaucoup de vent ici, et ce qui arrive souvent, c’est que la toison se déchire et s’envole dans les rafales soudaines que nous avons juste avant une tempête de pluie – puis le vent tombe après minuit et il y a du gel ! Comme j’ai la chance d’avoir un jardin assez grand à la maison pour cultiver mes légumes, il est facile de sortir et de mettre des polaires le soir après avoir regardé les prévisions météorologiques ! Il me faut environ une demi-heure pour couvrir tout ce qui en a besoin, y compris ce qui se trouve dans le tunnel. Puis j’enlève à nouveau les polaires le matin, ce qui ne prend que cinq minutes environ, afin de les sécher et de les préparer pour la prochaine nuit froide. Comme je l’ai déjà dit, une polaire humide est pire que rien du tout ! Et plusieurs couches sont bien plus efficaces – 2 ou 3 couches de polaire légère et sèche emprisonnent l’air comme le font les couches de vêtements pour nous – et protègent même les choses les plus douces de tout sauf des gelées de printemps les plus dures.

Si vous avez un jardin familial, c’est évidemment un peu plus difficile, car vous n’y êtes pas tout le temps. Dans ce cas, je pense que je fabriquerais un cadre ou des cerceaux pour y draper la toison, peut-être en la fixant avec un filet car elle peut s’envoler très facilement étant donné sa légèreté. Ou vous pourriez fabriquer vos propres cadres bon marché recouverts de polyéthylène comme je l’ai décrit il y a quelques mois, peut-être même en mettant la toison en dessous, où elle restera sèche, comme double assurance. Il est étonnant de voir la quantité d’eau que le molleton peut accumuler au cours d’une nuit froide, et il offre moins de protection contre le gel s’il repose sur les plantes, surtout s’il est mouillé, et il est aussi étonnamment lourd. Vous pouvez penser que tout cela est un horrible bricolage – et à 20 heures le soir, en essayant de couvrir un lit toute seule avec un dos douloureux et une toison qui insiste pour s’envoler au moindre souffle d’air – je serais encline à être d’accord ! Cependant, je sais que je serai récompensée par de nombreuses variétés différentes – certaines extrêmement rares – de pommes de terre biologiques au goût merveilleux, totalement exemptes de produits chimiques et non pulvérisées pendant la majeure partie de l’année ! Je cultive également certaines pommes de terre dans de grands pots, si j’essaie de nouvelles variétés ou si je cultive des variétés très rares. Je cultive normalement 12 à 16 variétés différentes – et si vous pensez que c’est une folie, sachez que Dave Langford, l’expert en pommes de terre qui vit à Leitrim, et qui venait souvent à la journée de la pomme de terre à Sonairte, cultive environ 150 variétés chaque année ! Comme quelqu’un l’a fait remarquer, j’utilise beaucoup de pots de 2 litres pour les faire démarrer, ce qui peut coûter cher, mais comme l’un de mes meilleurs amis est concepteur de jardins, je peux toujours obtenir gratuitement de nombreux pots de la taille dont j’ai besoin. Sinon, ils seraient simplement jetés, probablement pas recyclés, et je réutilise la plupart d’entre eux depuis au moins 25 ans maintenant ! Faites-vous des amis chez votre paysagiste ou votre pépiniériste local – offrez-leur des légumes gratuits en échange de pots dont ils ne veulent pas de toute façon et ils seront peut-être ravis de se débarrasser de ceux qui les encombrent !

Potato Mayan Gold flowers are pretty enough for any herbaceous  border!Les fleurs de pomme de terre Mayan Gold sont assez jolies pour n’importe quelle bordure d’herbes.

La plupart des variétés que je cultive sont des cultivars précoces ou semi-précoces, qui ont besoin d’une saison de croissance plus courte que les cultures principales et qui ont donc tendance à grossir plus rapidement. Cela signifie qu’ils sont assez précoces pour avoir une très bonne récolte avant que le mildiou ne frappe ici – souvent fin juin la plupart des années. Il existe suffisamment de variétés différentes pour répondre aux besoins de chacun. Certaines sont cireuses, d’autres farineuses, d’autres encore sont des pommes de terre à salade ou des pommes de terre aux couleurs inhabituelles. J’aime utiliser différents types de pommes de terre à des fins culinaires différentes, en appréciant la variété. Je m’ennuierais avec la même pour tout – la variété est le piquant….etc.

Si je devais vraiment choisir une seule variété « blanche » pour son goût, ce serait probablement la Mayan Gold qui est une deuxième culture principale précoce/précoce. Elle est très polyvalente, étant cireuse si elle est légèrement cuite, ou très farineuse si elle est cuite plus longtemps. Son apparence est aussi belle que son goût, elle est très ornementale avec un feuillage assez inhabituel et de magnifiques fleurs d’un violet profond. Il est également fascinant de constater que ses feuilles se replient la nuit, un peu comme une Maranta (la plante de la prière). Je l’ai cultivé pendant de nombreuses années depuis qu’il est devenu disponible, à la fois dans le tunnel et à l’extérieur, et je l’ai vu se remettre assez bien des gelées tardives, et même du mildiou – en repoussant sainement lorsque le temps est devenu plus sec. Elle est fantastique pour tous les usages en cuisine, et les grands chefs de Londres l’adorent pour faire des pommes de terre sautées. Son seul problème est qu’elle absorbe énormément de beurre fondu ! D’une couleur or profond, presque semblable à celle de la patate douce, elle augmente même sa teneur en vitamine A pendant le stockage ! Bien que ce soit en fait une pomme de terre assez difficile à conserver, car elle commence à germer comme une folle en novembre, mais j’ai découvert pourquoi en relisant le grand livre sur les légumes de Roger Phillips et Martyn Rix.

Apparemment, les pommes de terre Phureja, dont descend la Mayan Gold, n’ont pas de véritable période de dormance, étant plus adaptées aux conditions de culture des Caraïbes ! Ce qui explique certainement pourquoi cette chère vieille MG s’amuse beaucoup dans le tunnel. Elle est en train de fleurir, et elle est toujours aussi belle ! L’autre avantage de ne pas être sensible à la longueur du jour est qu’elle peut être cultivée à tout moment de l’année. Je l’utilise souvent pour la culture des pommes de terre de Noël, en la plantant fin août ou début septembre. C’est une variété dont je ne voudrais pas me passer ! …….Mais …… il y en a tant d’autres, comme les variétés délicieusement saines, à chair violette et à haute teneur en anthocyanine. J’en ai plusieurs variétés différentes, dont la première – la truffe de Chine ou Vitelotte, comme on l’appelle aussi, que j’ai obtenue dans le Food Hall de Harrods à Knightstbridge il y a plus de 30 ans et qui a été le point de départ d’une passion sans fin pour elles ! Je ne peux jamais résister à quelque chose de différent – il est donc absolument impossible de choisir un seul favori !

Les pommes de terre en pots, que je commence à la mi-mars, sont plantées lorsqu’elles ont atteint une hauteur de 6 pouces. Je les arrose après les avoir plantées, puis je les recouvre d’un épais paillis d’herbe coupée, en maintenant le paillis à une distance de 3 ou 4 pouces ou 10 cm de la base des tiges pour éviter qu’elles ne pourrissent. Puis j’arrose à nouveau immédiatement, sinon la forte vapeur dégagée par l’azote contenu dans les tontes d’herbe fraîchement coupées peut brûler les tiges et les feuilles. Ce point est très important, quelle que soit la culture sur laquelle vous utilisez un paillis d’herbe. Arrosez toujours immédiatement, même si le sol était déjà humide auparavant. Beaucoup d' »experts » oublient de vous le dire – et vous vous demandez alors pourquoi vos plantes jaunissent et les feuilles se recroquevillent – la voix de l’expérience ! Cette opération permet également de « sceller » le paillis d’herbe en un tapis assez bien, en le tricotant en quelque sorte, ce qui aide à maintenir l’humidité dans le sol, réduisant ainsi l’arrosage, et permet également de limiter les mauvaises herbes. Après quelques jours, le paillis brunit et a un aspect très soigné et ordonné. C’est aussi un matériau de nidification très pratique pour les merles – hier, j’ai surpris un merle dans un lit de pommes de terre – il s’est envolé avec un énorme bec rempli de paillis – à distance, on aurait dit qu’il transportait un petit hérisson presque aussi gros que lui – puis j’ai réalisé qu’il se servait de la litière d’herbe fraîchement coupée et bien séchée ! Je suis ravi de pouvoir rendre service en échange de la lutte contre les parasites et de la belle musique ! La gratitude ne s’étendra pas aux framboises gratuites cependant !! Il y a plein de baies plantées exclusivement pour eux dans la forêt !

Au fait, si vous envisagez de conserver quelques-uns de vos tubercules de pommes de terre précoces pour en faire des tubercules de semence au printemps prochain, assurez-vous de marquer une ou deux des meilleures plantes, les plus saines, dès que le feuillage est complètement sorti. Ces plantes doivent avoir des feuilles parfaitement vertes, très saines, sans taches jaunes, sans torsion ni plissement bizarre, car elles pourraient être porteuses de virus. Encore une fois, de nombreux « experts » vous disent de ne conserver que les tubercules d’apparence saine, mais ils ne vous disent pas d’observer les plantes pendant leur croissance, ce qui est pourtant ce que vous devriez faire ! Les tubercules qui sont en fait porteurs d’un virus peuvent avoir l’air parfaitement sains et en bonne santé, et ce n’est que lorsqu’ils produisent du feuillage que vous pouvez voir s’ils sont en mauvaise santé et porteurs d’un virus, et il est alors trop tard. Vérifiez à nouveau leur état de santé au moment de la levée – nous y reviendrons dans quelques mois. Comme je l’ai déjà mentionné, Lady Christl est la plus rapide si vous voulez produire des extra-auriculaires comme je le fais (plantation en janvier), Duke of York (qui a une saveur légèrement meilleure) est la suivante – seulement quelques semaines derrière et Apache est maintenant un grand succès pour les dernières années. Mayan Gold vaut également la peine d’être essayée, bien qu’il faille attendre une semaine environ avant d’obtenir une récolte intéressante. Sharpe’s Express et Annabelle sont également bonnes pour les « extra-arrivées ».

Autres travaux pour mai

Brassicas safely tucked up under EnviromeshLes brassicas bien rangés sous Enviromesh

Plantation des brassicacées comme les choux et les calabrese – il faut les protéger contre la mouche de la racine du chou avec des colliers de brassicacées bien ajustés autour de la tige. Les semis doivent également être protégés à partir de maintenant, car la mouche devient active. Comme il est évident que vous ne pouvez pas encore utiliser de colliers de brassicacées sur eux parce qu’ils sont trop petits, ou qu’ils sont encore dans des pots, il est préférable de les recouvrir complètement de non-tissé ou d' »Enviromesh ». Je préfère ‘Enviromesh’ car il permet une meilleure circulation de l’air et une meilleure transmission de la lumière. Cela arrêtera aussi le papillon blanc du chou, et j’en ai vu plusieurs dans le tunnel il y a un mois !

Si vous commencez dans un nouveau lotissement, où l’herbe a déjà poussé, il se peut qu’il y ait beaucoup de vers de fil de fer, de vers gris et de tipules (larves de papa longues pattes) dans le sol. C’est une bonne idée de retourner le sol plusieurs fois avant de planter et de laisser les oiseaux impatients les gratter. Les étourneaux sont particulièrement doués pour cela ! Ils peuvent autrement dévaster les laitues, les choux, etc. récemment plantés, en tranchant soigneusement la tige, provoquant l’effondrement des plantes, et il est alors trop tard. Si vous voyez que cela arrive à l’une d’entre elles, creusez autour de la base des autres – vous y trouverez peut-être les larves gris-brun semblables à des chenilles avant qu’elles ne tuent d’autres plantes. Détruisez ! Les poulets sont également excellents pour mettre sur un terrain nouvellement cultivé pendant un certain temps, spécialement dans ce but – rien n’échappe à leurs yeux perçants et à leurs becs avides !

Pour la quatrième année consécutive, nous profitons à nouveau de ce qui était une nouvelle culture de brassicacées pour moi jusqu’à il y a quelques années, bien que ce soit quelque chose que je voulais essayer depuis de nombreuses années. Le succulent brocoli Nine Star Perennial que vous pouvez voir ci-dessus – si bon avec un peu de beurre ou de sauce hollandaise (ou dans mon cas – plutôt beaucoup !) Il prend beaucoup de place cependant et il est difficile de tout faire rentrer – même dans un grand jardin – surtout quand il n’y a qu’un seul jardinier – juste moi ! Avec seulement une aide très occasionnelle pour tondre etc. de la part des autres membres de la famille ! Je ne me souviens pas avoir vu moins de dégâts causés par les limaces aux nouvelles pousses luxuriantes des plantes qui émergent rapidement dans les bordures – cela prouve simplement l’un des nombreux avantages d’avoir une population très affamée d’oiseaux et d’autres animaux sauvages que j’encourage dans le jardin !

Les carottes ont également besoin d’être complètement recouvertes d’Enviromesh. Il est préférable de les semer en ligne, plutôt que de les répandre en une large bande – comme j’ai vu quelqu’un le recommander récemment, à moins que vous n’ayez un sol extrêmement exempt de mauvaises herbes, sinon elles seront simplement étouffées par les mauvaises herbes. Il est beaucoup plus facile de voir où se trouve une rangée distincte. Vous ne voulez vraiment pas désherber à moins d’y être obligé, car l’odeur du feuillage meurtri des carottes attirera toutes les mouches de la carotte à 15 km à la ronde ! Dans une rangée, vous pouvez voir exactement où se trouvent les carottes beaucoup plus facilement, puis vous pouvez simplement biner de chaque côté de la rangée et laisser les quelques mauvaises herbes au milieu sans meurtrir le feuillage et provoquer la libération de l’odeur. Faites cela très tôt le matin – les mouches de la carotte ne deviennent actives que vers 8 heures du matin lorsque la journée se réchauffe – donc plus vous pouvez le faire tôt, mieux c’est. Ensuite, arrosez la rangée et recouvrez-la bien – les mouches de la carotte passeront à travers le moindre espace. Je trouve que de cette façon, j’obtiens d’excellentes récoltes sans aucun dommage. Je cultive surtout les grandes carottes de type nantais tout au long de l’année, car je pense qu’elles ont de loin le meilleur goût.

Nourrissez votre tas de compost !

Rappelez-vous : faire du compost n’est pas sorcier, alors ne vous prenez pas la tête avec ça ! Beaucoup de gens pensent qu’il doit être absolument parfait – ce n’est pas le cas. La nature le fait progressivement, toute seule ! Les mauvaises herbes peuvent pousser incroyablement vite à cette époque de l’année, mais toutes les mauvaises herbes annuelles peuvent aller dans le tas de compost, il y aura donc beaucoup de matière pour le faire maintenant ! Assurez-vous simplement d’avoir un bon mélange varié de matières vertes tendres et de matières brunes et tiges plus fibreuses. Si le compost devient un peu visqueux, peut-être parce que vous avez ajouté trop d’herbe coupée ou de matières vertes tendres, retournez-le et ajoutez plus de carbone. Des matériaux tels que des journaux bien déchiquetés, de la paille non pulvérisée, du foin ou des tiges de plantes séchées et des tailles de bois déchiquetées équilibreront la matière humide et introduiront de l’air, de sorte que le tas fonctionnera mieux. Un broyeur est très utile dans un grand jardin, il permet de hacher facilement des éléments tels que les tailles de bois et les tiges de brassicacées à une taille idéale pour les mélanger au tas de compost.

Mettez toutes vos mauvaises herbes vivaces, comme les docks et les orties, dans un tonneau d’eau – beaucoup d’entre elles ont des racines profondes et apportent des minéraux très précieux depuis le bas du profil du sol. Pourries dans l’eau, elles feront un très bon aliment liquide, combiné peut-être avec de la consoude et/ou des orties. Puis, lorsqu’elles auront totalement pourri dans quelques mois, elles pourront être ajoutées au tas de compost avec tout le reste. Je mets tout ce qui pourrait attirer les rongeurs, comme les restes de fruits et de légumes, dans un de ces bacs gris municipaux, avec du papier journal déchiqueté et de la litière pour poules composée de fumier et de copeaux, pour commencer leur décomposition – ils peuvent ensuite aller sur le tas ou dans le jardin s’ils sont assez bien décomposés. Je place un plateau profond en dessous pour récupérer les gouttes – il y en a une quantité surprenante. Je mets en bouteille le liquide qui s’écoule, et après l’avoir stocké pendant un certain temps, il constitue un bon aliment liquide dilué jusqu’à la couleur d’un thé faible. Vous pouvez également ajouter ces produits à votre bac à vers si vous en avez un, bien que les vers n’aiment pas trop les tomates et détestent vraiment les peaux d’agrumes car elles sont trop acides !

New material is added to the compost heap before it's re-covered to retain heatDe nouvelles matières sont ajoutées au tas de compost avant qu’il ne soit recouvert pour conserver la chaleur.

Si vous ne recouvrez pas les tas de compost, tout ce que vous faites, c’est un amendement du sol, et tous les précieux nutriments seront perdus ! Il émettra également des gaz à effet de serre comme l’oxyde nitreux. N’oubliez donc pas de couvrir les tas de compost avec quelque chose d’imperméable, quelle que soit la période de l’année. Cet argument s’applique également à mes commentaires précédents sur le paillage profond avec du fumier ! Le fait de couvrir le tas permet également de conserver la chaleur, ce qui fait pourrir le tas beaucoup plus rapidement, en gardant les fumées qui se condensent ensuite dans le tas, empêchant toute perte d’azote dans l’air. Il ne sert à rien de se donner tant de mal pour faire un bon compost si vous le laissez ensuite ouvert aux intempéries, de sorte que la pluie s’y déverse et emporte tous les précieux nutriments, qui sont lessivés, ruissellent et se perdent, polluant également les eaux souterraines. Afin de capter tout écoulement possible des tas, il est bon de planter des lits de consoude à côté, ou de laisser pousser des orties – qui se plantent généralement toutes seules ! Ces dernières capteront les nutriments qui s’écoulent et les recycleront ensuite dans un aliment liquide ou sur le tas de déchets lorsque leurs feuilles seront coupées.

Si vous venez de commencer à jardiner et que vous n’avez pas encore assez de bon compost disponible, ou si vous voulez « compléter » les nutriments pour des cultures affamées, alors l’engrais granulaire Osmo Organic Universal, la farine de poisson, de sang et d’os, et la farine d’algues sont tous utiles. Il y a de plus en plus de bons engrais organiques composés disponibles aujourd’hui, alors ne laissez pas les cultures à croissance rapide avoir faim, car si elles sont affamées, elles risquent de monter rapidement en graines. Ne les laissez pas non plus avoir soif – gardez-les bien arrosées – en paillant avec des choses comme les tontes de gazon provenant de pelouses non traitées avec des produits chimiques (j’espère que vous ne le feriez pas !) pour conserver l’eau autant que possible. Les plantes ne peuvent pas se nourrir sans eau. Mais ne comptez pas uniquement sur ces éléments – vous avez également besoin de l’humus que les microbes du sol fabriquent à partir des restes végétaux en décomposition et du carbone, que l’on trouve dans les fumiers, le compost ou les paillis, afin de protéger la structure du sol et de nourrir les vers et tous les milliards de micro-organismes qui y vivent et mettent les nutriments à la disposition des plantes, dans ce que l’on appelle une relation symbiotique – mutuellement bénéfique en d’autres termes.

Même si vous pouvez vous procurer du fumier organique bien décomposé, il ne faut pas l’enfouir. Comme je l’ai dit précédemment, une trop grande quantité peut être tout aussi dommageable pour la vie du sol que les engrais chimiques ! La modération est la clé. Vous pouvez compenser un manque d’humus en paillant avec des tontes de gazon et d’autres déchets végétaux, en faisant du lombricompost, en cultivant des engrais verts ou des cultures de couverture à incorporer à la surface du sol et en faisant autant de compost de jardin que possible. Tout est utile – plus c’est varié, mieux c’est. Le compost de champignons est cependant très indésirable, car s’il n’est pas biologique, il contient très certainement des produits chimiques toxiques très persistants qui tuent la vie vitale du sol et peuvent contaminer les cultures. En outre, son pH est très élevé, ce qui peut déséquilibrer la disponibilité des nutriments dans le sol et provoquer la chlorose et le jaunissement des feuilles. Comme je n’ai plus de gros bétail, je n’ai que du fumier de poule, et avec seulement 9 poules, il n’y en a pas assez. J’ai donc tendance à utiliser beaucoup de paillis et d’engrais verts, qui correspondent davantage à la façon dont la nature fait les choses de toute façon !

Plantation des cultures tendres à la fin mai

À la fin du mois, ou au début du mois de juin, selon l’endroit où vous vivez, vous pouvez commencer à planter les cultures plus tendres comme le céleri-rave, le céleri, le maïs doux, les courgettes, les haricots verts et les haricots d’Espagne, etc. après qu’elles aient bien durci (voir avril). Je n’aime pas mettre en place une structure fixe pour les haricots, car je trouve que des cannes individuelles de 2,5 mètres fonctionnent beaucoup mieux sur mon site parfois extrêmement venteux. Elles peuvent alors se déplacer individuellement dans le vent et, une fois qu’elles ont atteint leur taille maximale, elles ne forment pas un  » mur fixe  » ou un wigwam de haricots – qui pourraient bien s’envoler complètement, comme cela s’est produit plusieurs fois au fil des ans ! Nous avons souvent des vents très forts ici pendant nos étés ! Si une seule canne s’envole, les plantes subissent moins de dégâts et risquent moins de se casser. C’est aussi plus facile de les ramasser et de les soutenir à nouveau que d’essayer de ressusciter une rangée entière ! Je sème deux haricots dans un pot de yaourt en plastique de 500 ml – je trouve que c’est la taille idéale. Chaque pot plein est ensuite basculé et planté à côté de sa propre canne. Il est encore temps de semer des choses comme les haricots verts et les haricots d’Espagne, le maïs doux et les courges. Les courges, les courgettes et les potirons en particulier poussent très vite !

My pumpkin display photographed by Joy Larkcom in 1991Mon étalage de citrouilles, photographié par Joy Larkcom en 1991.

Si les citrouilles et les courges d’été se développent rapidement et que le temps n’est pas assez chaud pour les planter – ne prenez pas le risque de les planter trop tôt. Si les racines remplissent les pots, nourrissez-les, rempotez-les dans des pots plus grands et attendez que le temps se réchauffe. Ils détestent qu’on les contrôle et ne récoltent jamais aussi bien si vous les laissez se retrouver en pot. Lorsque vous êtes prêt à les planter, plantez-les dans un endroit bien préparé, vraiment fertile et ensoleillé, et tenez-vous bien en arrière ! Ils poussent très rapidement et constituent un merveilleux aliment pour l’hiver. S’ils mûrissent correctement, ils se conservent pendant des mois – en fait, j’utilise généralement les derniers plants stockés lorsque je sème ceux de l’année suivante ! J’en ai encore quelques-unes de l’année dernière qui sont parfaites !

Lorsque la merveilleuse écrivaine Joy Larkcom, spécialiste des jardins, a séjourné chez nous en 1991, elle a pris cette superbe photo de quelques-unes de mes courges sur la table de mon hall, où j’aime les voir disposées à l’automne. Elles s’y conservent très bien pendant des années car l’endroit est sec mais assez frais. Je n’ose presque pas les utiliser tant elles sont sculpturales et décoratives ! Mais la cupidité finit toujours par l’emporter sur l’art ! Ma soupe au potiron et au basilic est l’une des meilleures soupes de mi-hiver que je connaisse – un vrai réconfort. Mes enfants avaient l’habitude de l’appeler « soupe au soleil » – elle rappelle vraiment toutes les couleurs et la chaleur de l’été au milieu de l’hiver. Les meilleures pommes de terre à conserver ne sont pas les pommes de terre aqueuses, faciles à découper et trop grosses pour « Halloween ». Il faut choisir des variétés vraiment dures, à chair orange foncé et à forte teneur en matière sèche, comme Blue Hubbard, Crown Prince, Marina di Chioggia, Queensland Blue, Hokkaido, Golden Hubbard, Pink Banana et Buttercup. Elles se conservent pendant au moins six mois si elles sont bien mûres et sont un autre légume qui mûrit davantage et dont la teneur en vitamine A augmente avec le stockage. Ceux qui sont bleus au départ deviennent tous roses car ils mûrissent davantage avec l’âge. Elles peuvent être utilisées exactement de la même manière que les courges musquées, mais elles sont bien plus savoureuses ! Elles sont toutes disponibles chez The Organic Catalogue, Suttons, Simpsons, Real Seeds, Mr. Fothergill’s etc. et poussent si vite que vous avez encore le temps de les semer même en juin dans des pots, où leur germination sera plus fiable et plus résistante aux limaces qu’à l’extérieur ! Vous trouverez mes conseils sur le semis de toute la famille des cucurbitacées dans l’agenda polytunnel de ce mois-ci.

Début mai, il y a tant de choses à attendre !

L’hiver est enfin terminé, mais nous n’avons pas encore dit adieu au printemps. Ne soyez pas trop pressé de planter les cultures tendres ou de semer dans un sol qui peut être encore froid et humide. Malgré le temps radieux et ensoleillé du week-end dernier, nous ne sommes pas encore tout à fait en été, et nous devons donc retourner aux jeans et aux bottes en caoutchouc. Ce matin, un vent glacial de sud-est souffle de la mer d’Irlande, avec des fleurs et des feuilles partout ! Le jardin ressemble un peu aux lendemains d’un mariage ! Nous sommes dans cette sorte de mi-temps maintenant – l’antichambre du véritable été. Les coups de vent de ce matin vont faire beaucoup de dégâts sur les fleurs du verger et sur les cultures extérieures. Il n’y aura pas beaucoup d’abeilles qui voleront aujourd’hui non plus !

Chaque jour maintenant, il y a quelque chose de nouveau, de frais et de vert à apprécier dans le jardin et des fruits qui éclosent dans une fleur prometteuse et magnifique. Heureusement, malgré les nuits froides des deux dernières semaines, il y a maintenant beaucoup d’insectes à manger pour les oiseaux et beaucoup d’insectes bénéfiques comme les syrphes qui s’occupent des pucerons. Malgré les nuits froides, nous avons aussi eu de belles journées chaudes et ensoleillées. Tout à coup, tout est luxuriant et d’un vert éclatant et vous pouvez presque entendre les choses pousser ! C’est tellement bon de ressentir ce sentiment urgent de régénération et d’espoir dans la nature, après des mois d’hiver.

Ne vous inquiétez pas pour les choses que vous n’avez pas faites – si, comme moi, vous êtes en retard à cause du temps difficile ou pour une autre raison – la vie s’en mêlant, soyez réaliste – tout ne doit pas être parfait ! Rappelez-vous que la chose la plus importante à faire dans votre jardin est d’en profiter ! Même le plus petit morceau de produit cultivé à la maison est un véritable exploit – alors fêtez-le !

Bon jardinage….. et bon appétit ! Nous avons un été passionnant de produits délicieux à attendre avec impatience – ne sommes-nous pas si chanceux, nous les jardiniers ?

(Veuillez noter. J’aime beaucoup partager avec vous mes idées originales et mes 40 ans d’expérience dans la culture et la cuisson de mes propres aliments biologiques. C’est très satisfaisant et naturellement très flatteur si d’autres personnes trouvent de l' »inspiration » dans mon travail……. Mais s’il vous arrive de copier une partie de mon matériel, ou de le répéter de quelque manière que ce soit en ligne – j’apprécierais beaucoup que vous mentionniez qu’il vient de moi. C’est le résultat de nombreuses années de travail acharné et d’une expérience durement acquise. Merci.)

Cet article a été rédigé par et traduit par serre2jardin.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Serre2jardin.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.