Menu Fermer

Culture de légumes dans la zone de rusticité 6A de l’Alaska

greenhouse in 6ft of snow

greenhouse in 6ft of snow

Jardin sous serre Cultiver des légumes dans un climat froid

Mardell Gunn et son partenaire, Mark Kistler, alias Diz, jardinaient à Haines, en Alaska, à l’aide de serres à cerceaux standard depuis plusieurs années. En 2016, ils ont cherché une structure en polycarbonate capable de résister à de lourdes charges de neige et à des étés humides tout en offrant un environnement protégé pour cultiver des légumes frais aimant la chaleur qui ne peuvent pas être cultivés avec succès à l’extérieur. Plus précisément, des tomates. C’est alors qu’internet les a conduits à un dôme de culture de 26′.

« Si je me souviens bien, à l’époque, les Growing Domes étaient les seules serres à dôme en polycarbonate que nous nous sentions à l’aise de laisser en place toute l’année. Cette année a été un excellent test pour cela. Nous avons eu de la neige mouillée et lourde à près de 2 mètres au-dessus de la serre à la fois. Je dois féliciter la conception. La structure est si solide. Nous n’avons jamais craint une défaillance, et le vent ne l’a pas du tout affectée. » – Mark.

Modifications pour la neige lourde et l’humidité

Alaskan Greenhouse Garden Growing Vegetables

Alaskan Greenhouse Garden Growing Vegetables

Une serre Growing Dome standard peut résister à 75 livres par pied carré de neige. Growing Spaces a également repensé et renforcé des dômes de culture personnalisés pour des endroits comme le lac Tahoe, en Californie, où les charges de neige atteignent plus de 180 livres par pied carré.

Au début du processus de construction, Mardell et Mark savaient qu’ils voulaient apporter quelques modifications au Growing Dome standard afin de mieux s’adapter à leur environnement humide et enneigé. Les mesures supplémentaires comprenaient un poteau au centre de leur serre qui ajoute un peu de soutien supplémentaire et une zone d’entrée couverte étendue qui soulage la pression de la porte, lui permettant de s’ouvrir facilement. Elle est également très belle.

Pour réduire l’humidité, Mardell et Mark ont également choisi de laisser de côté l’étang hors-sol. Au lieu de cela, ils ont compensé la perte du principal puits de chaleur du Growing Dome avec des lits surélevés en béton. Mardell dit qu’ils ont « utilisé plusieurs couches de sacs de terre remplis de sable trouvé sur leur propriété, puis du grillage à poules, puis du béton, et une couche de peinture noire pour attirer la chaleur.

« Nous avons également ajouté une ventilation supplémentaire et installé les ventilateurs sous le sol inclus dans le kit. Je pense vraiment que cela aide à prévenir les moisissures. » – Mardell.

Cultiver des légumes de mai à octobre

Mark et Mardell ne peuvent pas jardiner dans leur dôme pendant les quatre saisons en raison des heures d’ensoleillement minimales pendant les mois d’hiver : « Nous n’avons pas assez de lumière pour cultiver sans ajouter des lampes, ce qui est prohibitif en raison des coûts élevés de l’électricité ». Ils profitent donc pleinement de la saison de culture dont ils disposent.

De la troisième semaine de mai à la fin d’octobre, Mardell cultive entre 150 et 200 livres de tomates. C’est du jamais vu en Alaska. Ils ont plus de 31 plants de tomates, des courges tromboncino, plus de 33 poivrons et une tonne de concombres. Les courges atteignent 12 pieds de haut, profitant pleinement de l’espace vertical de la serre.

 » Ce n’est pas un gros problème dans le sud, mais ici en Alaska, il n’est pas facile d’obtenir une surabondance de tomates ou de poivrons ! Mon dôme de 26′ m’a permis d’avoir cela cette année ! !! C’est un cadeau pour moi d’avoir des tomates qui ont bon goût » – Mardell Gunn.

Investir dans un avenir sain

Mark et Mardell se décrivent comme « des végétaliens qui mangent du poisson parce que le poisson est si abondant ici ». Ils disposent actuellement de 3 000 pieds carrés d’espace de culture répartis sur des terrains à flanc de montagne où ils produisent une grande partie de leur nourriture et espèrent le faire pendant de nombreuses années encore.

« J’appelle le Growing Dome notre handicap à long terme. J’espère jardiner jusqu’à 95 ans, et j’imagine qu’en vieillissant, mon espace de culture extérieur va diminuer, et à la place, je me vois bien jardiner uniquement dans notre Growing Dome. » – Mardell.

Le transport de la serre du Colorado jusqu’en Alaska a représenté un investissement important, mais Mardell et Mark savent que leur serre Growing Dome durera encore plus de 25 ans,

Vous pouvez entrer en contact avec Mardell et lui poser des questions sur la culture de légumes en Alaska dans notre groupe Facebook – Growing Dome Enthusiasts.

Vous pouvez trouver tous nos dômes de culture en vedette dans notre bulletin mensuel « The Happy Grower », sur nos plateformes de médias sociaux (Facebook etInstagram), et dans notre Blog. À la fin de l’année, nous créons un calendrier annuel qui comprend tous les Dômes du mois. Nous les envoyons à tous les participants au Dôme du mois, accompagnés d’un cadeau de produits de jardinage de Growing Spaces ! Postulez ici.

Cet article a été rédigé par Kenzie Jackson et traduit par serre2jardin.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Serre2jardin.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.