Menu Fermer

Attirer les abeilles dans votre serre

Les abeilles aideront-elles votre serre ?

Attirer les abeilles dans votre serre favorisera certainement des récoltes abondantes. Les nouvelles serres ne sont pas toujours découvertes par les pollinisateurs locaux, ce qui peut laisser le jardinier les mains vides, ou avec beaucoup moins de produits que prévu au moment de la récolte. C’est le travail du jardinier d’aider les pollinisateurs à trouver les fleurs cachées dans la serre. Si vous voulez être un jardinier productif, il est utile que les pollinisateurs fassent une partie du travail. Il existe de nombreuses façons d’attirer les abeilles et autres pollinisateurs dans la serre, alors explorons quelques-unes des possibilités.

Queen HoneybeeLa reine des abeilles et quelques abeilles ouvrières.

Devenir apiculteur

Si vous souhaitez devenir apiculteur, c’est un excellent moyen d’avoir des abeilles dans la serre. Sinon, il existe d’autres options décrites ci-dessous. Il existe des tonnes de ressources disponibles si vous voulez devenir apiculteur. La meilleure façon de commencer à apprendre est de rejoindre un club d’apiculture local, d’assister aux réunions et d’acquérir une expérience pratique avec des apiculteurs locaux. Si vous vivez dans le Colorado, par exemple, vous pouvez visiter le Association des apiculteurs du Colorado et trouvez l’organisation la plus proche de chez vous. Une expérience pratique avec des apiculteurs locaux vous aidera à garder vos abeilles vivantes, saines et fécondes.

Il existe de nombreuses façons d’attirer et de garder les abeilles domestiques et différents types de ruches. Naturellement, les abeilles trouvent des grottes, des cavités dans les rochers ou des arbres évidés pour s’y installer. Depuis des milliers d’années, les hommes utilisent les types de ruches suivants : les ruches en argile ou en boue, les Skeps et les arbres évidés, mais ils ne sont pas adaptés si l’apiculteur souhaite récolter du miel. Elles ont été interdites dans de nombreux endroits car l’apiculteur ne peut pas inspecter la ruche sans causer de graves dommages et/ou tuer la ruche entière. Les trois types de ruches les plus courants utilisés aujourd’hui pour l’apiculture sont la barre supérieure, la Warre et la Langstroth. La plupart des apiculteurs modernes utilisent une variante de l’un de ces trois types de ruches, car il est possible de retirer les rayons et d’inspecter la ruche à la recherche de parasites et/ou de maladies. Il est également possible de récolter une partie du miel sans tuer la colonie.

Langstroth HIveRuche Langstroth prête pour une autre boîte à couvain

Les ruches et le matériel apicole peuvent être achetés à différents endroits. Vous pouvez même préférer construire une ruche vous-même. Il existe de nombreux plans sur le Web pour construire différents types de ruches et d’équipements nécessaires. Un tout nouveau modèle de ruche est apparu récemment sur le marché et il pourrait être intéressant de l’essayer. Il s’agit de la ruche Ruche d’écoulement. Si vous préférez opter pour un équipement qui a fait ses preuves et qui existe depuis longtemps, Lac Mann est une excellente source d’équipement apicole. Dadant &amp ; Sons est un autre endroit idéal pour acheter des fournitures d’apiculture. Ces entreprises vendent également des paquets d’abeilles domestiques.

Les paquets d’abeilles ne sont pas un mauvais moyen de se lancer dans l’apiculture. Un colis vous est envoyé directement par la poste. Le problème avec les paquets est que les abeilles ne sont peut-être pas adaptées à votre climat. Il est toujours préférable de trouver des apiculteurs, des ruchers et des clubs d’apiculture locaux. Vous avez beaucoup plus de chances de mettre la main sur des abeilles locales adaptées à votre climat. Les « nucs » (colonies de nucléus) à cinq cadres sont un moyen très courant de démarrer votre première ruche. Les nucs à cinq cadres sont excellents parce que vous obtiendrez souvent une reine pondeuse avec des milliers d’abeilles ouvrières. Les cadres seront remplis de rayons, de réserves et d’une grande quantité de couvain sain. Une autre façon de mettre la main sur des abeilles mellifères consiste à utiliser des pièges à essaims ou des découpes. Ces deux méthodes nécessitent une certaine expérience pratique pour être efficaces. Les découpes peuvent être un excellent moyen d’obtenir une nouvelle ruche, mais si vous n’avez pas l’habitude de manipuler des abeilles, je ne vous conseille pas de le faire seul. Pièges à essaims sont beaucoup moins invasives et constituent un excellent moyen de se procurer une nouvelle ruche, mais elles demandent une tonne de patience. Si vous habitez près d’un rucher ou d’un autre apiculteur, vos chances d’attraper un essaim sont beaucoup plus élevées.

Honeybee Colony Ready for A Cutout.Swarm of Honeybees on Tree

Les abeilles à miel dans la serre

On nous pose souvent la question : Puis-je mettre une ruche dans la serre ? La réponse est non, du moins pas pour les abeilles domestiques. Les abeilles domestiques doivent être gardées à l’extérieur afin de connaître les fluctuations saisonnières de température. Vous ne voulez pas non plus que les abeilles deviennent territoriales dans votre serre. Au milieu de l’hiver, une petite serre ne pourra pas accueillir une grande colonie d’abeilles et il n’y aura pas de sources de nourriture à l’extérieur pour les nourrir. Les abeilles domestiques n’hibernent pas. Elles forment une grappe, mangent du miel et se réchauffent mutuellement en faisant travailler les muscles de leur thorax tout au long de l’hiver. Les abeilles forment une grappe lorsque la température extérieure est de 64°F ou moins et la colonie commence à fléchir ses muscles lorsque la température extérieure atteint 23°F. Lorsqu’il fait plus froid, la ruche devient de plus en plus compacte. Plus il fait chaud, plus elle s’agrandit. Lorsque les températures dépassent 65°F, elles effectuent des « vols de nettoyage » et éliminent les déchets. Au milieu de l’hiver, le cœur de la grappe se situe idéalement autour de 95°F, mais pas en dessous de 55°F, sinon la colonie mourra.

En août 2021, Kyle Brookens, directeur des ventes et génie de l’informatique de Growing Dome, a recueilli un essaim d’abeilles perdues dans nos bureaux de Pagosa Springs, dans le Colorado.

Autres abeilles dans la serre

Croyez-le ou non, les abeilles domestiques ne sont pas les espèces les plus efficaces pour la pollinisation des serres. Les mégachiles et les bourdons sont de bien meilleurs candidats. Les abeilles domestiques ont tendance à être désorientées à l’intérieur des serres en raison de la nature de leur vision. Les mégachiles sont connues pour être les meilleurs pollinisateurs de serres car elles restent à proximité et sont des pollinisateurs plus efficaces que les abeilles domestiques et les bourdons. Je n’ai pas d’expérience personnelle dans l’élevage des mouchettes, mais elles sont censées être faciles à élever. Elles auront besoin du bon type de feuilles de plantes, car elles les utilisent pour faire des cocons. Les pois, les lilas, les roses ou les plantes grimpantes de Virginie sont un bon choix. Les bourdons restent une bonne option car ils sont des pollinisateurs plus efficaces que les abeilles domestiques. Les bourdons sont particulièrement efficaces pour polliniser les plantes de la famille des morelles (comme les tomates ou les aubergines). Bien qu’ils ne soient pas aussi faciles à élever, ils restent une bonne option, surtout si vous avez beaucoup de plantes de la famille des morelles dans votre serre.

Types de pollinisateurs

La plupart des jardiniers savent que les abeilles domestiques ne sont pas les seuls pollinisateurs. La pollinisation peut prendre de nombreuses formes différentes. Le vent est un pollinisateur, par exemple. De nombreux insectes différents, comme les guêpes, les papillons, les bourdons, les syrphes, les fourmis, les coléoptères, les papillons de nuit et même les moustiques, aident à polliniser les plantes. Certaines espèces de chauves-souris et d’oiseaux pollinisent les plantes. Le jardinier joue également un rôle dans la pollinisation. En arrosant, le jardinier peut déranger les fleurs suffisamment pour qu’elles distribuent du pollen. Le jardinier peut même heurter ou effleurer la plante en passant et transporter le pollen vers une autre plante ou d’autres fleurs. En taillant, le jardinier pollinisera certainement des plantes sur son chemin. Il va sans dire que les abeilles ne sont pas les seuls pollinisateurs. Si vous n’avez pas beaucoup d’abeilles indigènes qui volent autour de vous ou si vous souhaitez devenir apiculteur, il existe d’autres solutions.

Attirer les pollinisateurs

Que vous décidiez de devenir apiculteur ou non, attirer les pollinisateurs et leur fournir des sources de nourriture les incitera à trouver votre serre et à polliniser les fleurs. Plus votre population de pollinisateurs est diversifiée, mieux c’est. Certains pollinisateurs sont plus efficaces que d’autres. De plus, certains pollinisateurs recueillent le nectar de plantes spécifiques. Différentes plantes fleurissent à différents moments de l’année, fournissant du nectar aux pollinisateurs tout au long de la saison de croissance. Il est donc dans l’intérêt du jardinier de fournir une diversité de plantes et, en fin de compte, des sources de nourriture, des matériaux de nidification et/ou des maisons pour autant de pollinisateurs différents que possible.

Desiree P. plante des asclépiades à l’extérieur de Growing Domes à Pagosa Springs.

De nombreux semenciers vendent désormais des mélanges de graines de plantes indigènes qui profiteront aux pollinisateurs. Par exemple, La beauté au-delà de la croyance est une entreprise de semences située à Boulder, dans le Colorado. Elle propose différents mélanges de graines de fleurs sauvages pour différents États et régions des États-Unis. La plantation de ces mélanges de fleurs sauvages profitera à de nombreux types de pollinisateurs. Elle vend également mélanges spéciaux de fleurs qui attireront les abeilles domestiques, les bourdons, les oiseaux et les papillons. Certaines de ces fleurs sont des annuelles et d’autres des vivaces. Les annuelles devront être réensemencées chaque année. De nombreuses plantes différentes peuvent être plantées à l’extérieur de la serre pour attirer les pollinisateurs. L’asclépiade est particulièrement intéressante pour les papillons. Les tournesols profiteront aux abeilles et aux oiseaux. L’aspérule est une plante vivace qui devrait figurer dans tous les jardins extérieurs car elle attire de nombreuses espèces de pollinisateurs et ses fleurs sont spectaculaires. Tout espace près ou autour de votre serre devrait être rempli de plantes qui attirent les pollinisateurs. Cela encouragera les pollinisateurs à s’aventurer à l’intérieur pour trouver d’autres sources de nourriture.

À l’intérieur de la serre, il est conseillé de cultiver quelques plantes qui profiteront aux pollinisateurs. Il existe de nombreuses plantes différentes qui profiteront aux pollinisateurs comme aux jardiniers. La menthe des chats, les pois, la tilleul, le calendula, la lavande, la menthe et l’échinacée sont des candidats de choix pour la serre. Ce matin encore, j’ai vu quelques abeilles butiner le nectar d’une plante de menthe verte en fleur dans ma serre. L’aneth, le fenouil, l’alyssum et la bourrache sont également de bonnes plantes à avoir dans la serre. Quelques-unes de ces plantes devraient se trouver près de porte et évent des ouvertures pour inviter les pollinisateurs à l’intérieur. Des portes et des aérations ouvertes leur permettront d’aller et venir à leur guise. Si vous avez décidé de filtrer les ouvertures d’aération et les portes, il existe encore des alternatives pour garantir que les plantes de votre serre soient correctement pollinisées.

Pollinisation en serre

Abeilles faisant la sieste dans les tournesols

Toutes les plantes n’ont pas besoin de pollinisation pour donner des fruits. Les plantes autofécondes, ou autopollinisées, ont des fleurs qui répandent le pollen directement sur le stigmate, comme les pois. Les plantes autofécondées ne peuvent pas se féconder elles-mêmes et ont besoin du pollen d’une plante apparentée, génétiquement différente. C’est ce qu’on appelle la pollinisation croisée. Les avocats en sont un bon exemple. Certaines plantes, comme les tomates, ont des fleurs complètes, ce qui signifie que chaque fleur contient à la fois le pistil et l’étamine. La plupart des fleurs complètes sont facilement pollinisées en tapotant les fleurs, en les frôlant ou en secouant la plante. Les fleurs incomplètes signifient que la plante produit des fleurs mâles et femelles séparément. Ces types de plantes dépendent fortement de la pollinisation, tout comme les plantes autofécondes. Les courges et la plupart des concombres sont de bons exemples de plantes qui produisent des fleurs incomplètes. Si la serre est fermée par un écran et qu’il n’y a pas de pollinisateurs dans la serre, les plantes à fleurs incomplètes et les plantes autofécondes devront être pollinisées à la main.

Pollinisation manuelle

Cela peut sembler une corvée, mais la plupart des pollinisations manuelles sont facilement réalisables dans la serre. Comme indiqué plus haut, certaines fleurs ont juste besoin d’une bonne secousse ou d’une tape. Pour les fleurs incomplètes, le jardinier de la serre peut utiliser une plume ou un pinceau pour polliniser les fleurs femelles. Il suffit de recueillir le pollen avec la plume d’une fleur mâle et de brosser le pistil sur les fleurs femelles. Si vous n’avez plus de pollen, il suffit de revenir sur une fleur mâle. Vous pouvez également retirer une fleur mâle et toucher les fleurs femelles pour transférer le pollen. Dans le cas de plantes qui doivent faire l’objet d’une pollinisation croisée, la méthode de la plume ou du pinceau est une bonne option. Au lieu de visiter les fleurs de la même plante, vous devrez transférer le pollen de la plante apparentée, génétiquement différente. Pour l’environnement de la serre, il est préférable de choisir des variétés de plantes qui sont autofécondes et ont des fleurs complètes.

Les défis de la pollinisation

– Températures élevées ou basses- Transfert de pollen inadéquat- Humidité (trop faible)- Niveaux de nutriments du sol trop élevés ou faibles- Timing (la période de floraison est essentielle)- Humidité du sol trop faible

Le poste Attirer les abeilles dans votre serre est apparu en premier sur Serres Growing Spaces.

Cet article a été rédigé par Kyle et traduit par serre2jardin.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Serre2jardin.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.