Menu Fermer

Quelle terre pour serre de jardin

Le sol est une bonne chose à avoir sous les pieds ; on marche dessus et il ne se plaint pas. Il est composé de diverses particules fines, selon la région géographique où se trouve le sol. Les ingrédients courants du sol comprennent des matières organiques en décomposition comme les feuilles mortes et les coupures de gazon, et des matières inorganiques comme l’argile, le sable, le limon et le gravier. Les meilleurs sols du monde sont riches en nutriments, permettent aux racines de pénétrer facilement tout en ancrant la plante et se drainent rapidement, retenant juste la bonne quantité d’eau pour maintenir les plantes hydratées. Mais ce n’est que le début. Le sol contient également un écosystème dont la plupart des gens ne savent rien. Les formes de vie comme les bactéries et les champignons sont des habitants courants du sol, au même titre que les protozoaires et autres organismes unicellulaires. Des créatures plus grandes comme les insectes, les vers et les arthropodes parcourent les pores du sol, creusant des tunnels et mélangeant les couches entre elles, tandis que les énormes mammifères et reptiles créent des tanières à temps partiel sous la surface du sol. Le sol est vivant, et c’est précisément pour cette raison qu’il ne doit jamais franchir le seuil de votre serre.

Milieux de culture en serre

Dans une serre, on oublie le sol et on utilise des milieux de culture. Même si vous vivez dans une région où le sol est idéal, vous risquez fort d’introduire des maladies et des parasites dans votre serre si vous déterrez le jardin et l’emballez à l’intérieur. Une fois que vous avez un problème majeur dans votre serre, croyez-moi, il sera plus facile de mettre le feu à l’endroit que de maîtriser la catastrophe – alors ne laissons pas cela se produire, d’accord ? Contrairement à la terre, les milieux sont mélangés sur commande. Vous pouvez littéralement créer toutes les conditions que vous pouvez imaginer, bien que la plupart des plantes réagissent bien à un milieu léger avec une rétention d’humidité modérée. De nombreux amateurs de serres commencent avec des mélanges de culture préemballés, et il n’y a rien de mal à cela. Les sacs de mélanges de démarrage de semences, de mélanges de mise en pot, etc. contiennent des informations détaillées sur la composition du contenu, y compris une décomposition des nutriments et souvent, le pH du matériau. À un moment donné, la plupart des cultivateurs s’efforceront de mélanger leurs propres milieux pour économiser de l’argent et créer ce qu’ils estiment être les conditions idéales pour leurs plantes. J’ai dressé ci-dessous une liste des ingrédients les plus courants dans les mélanges pour serres et j’ai ajouté quelques informations sur leur fonction. Forts de ces connaissances, vous serez prêts à aller sur le terrain et à mélanger.

Ingrédients courants dans les milieux de culture en serre

Tourbe

La tourbe se présente sous de nombreuses formes, mais pour nos besoins, nous parlons de la tourbe ancienne et déchiquetée. Elle est de couleur marron et est largement utilisée dans le jardinage. Mouiller la tourbe peut être une astuce, mais une fois qu’elle est mouillée, elle retient bien l’humidité et est assez légère pour que même les racines délicates des plantes puissent s’y enfoncer pendant leur croissance. La tourbe est un beau produit, mais elle est controversée en raison de la surexploitation commerciale des tourbières.

Terre de coco

C’est le même matériau que celui utilisé pour la fabrication des garnitures de paniers suspendus, mais avec une granulométrie beaucoup plus fine. Le coco est très absorbant, très léger et facile à mouiller. Contrairement à la tourbe, qui est extraite des tourbières, le coco est un sous-produit de l’industrie de la noix de coco – c’est juste une autre forme de déchets que les jardiniers adorent. Le coco est mon préféré !

Compost stérilisé

Le compost, une fois stérilisé, est un bon moyen de nourrir vos plantes cultivées biologiquement. Il fait aussi un bon paillis. Le compost doit être friable et plus lourd que la tourbe ou le coco – c’est un excellent ajout pour les plantes qui ont besoin d’être ancrées, car il augmente généralement le poids de votre mélange. Le compost peut être une affaire délicate, car sa composition est très variable.

Écorce

L’écorce est parfois utilisée dans des mélanges spéciaux, ou seule, pour les plantes qui ont besoin de très grandes poches d’air dans le sol. De nombreuses plantes d’intérieur, dont les orchidées et les cactus de Noël, vivent dans les arbres dans leur habitat naturel et ont très peu de terre pour couvrir leurs racines. Pour ces épiphytes, un milieu à base d’écorce est idéal, mais vous devrez les arroser fréquemment car l’écorce n’est pas très bonne pour retenir l’humidité.

Sous-produits agricoles

Des sous-produits agricoles comme les coques de graines de coton et les coques de riz sont disponibles dans les régions. Bien qu’ils puissent ajouter des nutriments, aérer les milieux et avoir une certaine capacité de rétention d’eau, ces produits doivent être utilisés avec beaucoup de précaution, car beaucoup peuvent ajouter des niveaux toxiques de micronutriments à votre milieu au fur et à mesure qu’ils se décomposent.

Perlite

Cette substance légère est créée en chauffant la roche ignée à des températures dépassant 1000 degrés Fahrenheit. Cela crée des poches d’air à l’intérieur des particules, mais elles ne sont pas poreuses, donc il est préférable de l’utiliser pour augmenter le drainage dans les mélanges lourds.

Vermiculite

Semblable à la perlite, la vermiculite est fabriquée en surchauffant un minéral appelé mica. Contrairement à la perlite, la vermiculite est poreuse et excelle à retenir l’eau et les nutriments. Vérifiez toutefois attentivement votre vermiculite, car les sources non françaises peuvent être considérablement plus alcalines que la vermiculite généralement neutre produite en France.

Sable

Bien qu’il n’ajoute pas grand-chose au mélange, le sable est un excellent moyen d’ajouter du poids à votre mélange, à condition de ne pas en faire trop. Le sable fin peut détruire ces précieuses petites poches d’air, alors cherchez un sable grossier si vous voulez l’inclure. Si vous avez des plantes particulièrement lourdes sur le dessus ou des problèmes de soufflage, le sable peut être votre meilleur ami.

Mousse de polystyrène

Il existe encore des jardiniers qui préconisent l’utilisation de la mousse de polystyrène dans les mélanges parce que c’est une matière de remplissage bon marché, mais ne vous laissez pas tenter par leurs belles paroles. Il peut augmenter le drainage, c’est vrai, mais à un coût élevé – le polystyrène est à la fois difficile à stériliser et à recycler. Si vous envisagez d’utiliser du polystyrène, pensez plutôt à la perlite. L’environnement vous en remerciera.

Les mélanges les plus basiques sont réalisés à l’aide de milieux moitié organiques et moitié inorganiques. Les mélanges comme la tourbe et la vermiculite ou le coco et la perlite sont courants pour les plantes matures, mais les jeunes plantes et les jeunes plants peuvent avoir besoin d’un mélange beaucoup plus léger. Pour ces jeunes plantes délicates, essayez une formule composée de 70 % de tourbe ou de coco et de 30 % de vermiculite. La tourbe ou le coco garderont le mélange très léger, et la vermiculite ouvrira quelques pores dans le milieu sans renoncer à l’absorption dont vos petits semis ont besoin.